Coups de coeur : Du jeune libraire

Certaines pages s'ouvrent et d'autres se ferment…

Certaines pages s’ouvrent et d’autres se ferment…

Au programme des séries qui commencent et d’autres qui se terminent, les débuts d’années sont pauvre en grosses sorties BD. Mais nous ne manquons pas de nouveautés pour autant c’est l’occasion de se laisser tenter par de nouvelles séries ou pour  se lancer dans une série finie.

Commençons donc avec celles qui commencent:

Bond, James Bond et bien non Black, Jack Black : Jack Black est une légende dans le monde de l’espionnage  anglais. Bon nombre de personnes ayant survécues à une guerre ou à un conflit disent avoir vu un homme affronter des armées entières à la force de son courage. Mais le gouvernement nie avoir recours à une personne dans ce genre. Mais le gouvernement ne sait pas tout. Jack Black existe mais ce n’est pas un homme mais un nom de code qui se perpétue depuis des générations. Vous êtes vous jamais demandé d’où venaient les idées de Ian Flemming lorsqu’il écrivait James Bond, d’ailleurs James Bond, JB, Jack Black. C’est avec ces mots que notre nouveau Jack Black est engagé pour le poste… La suite: excellente histoire d’espionnage 100% action, 100% espionnage. Très efficace cette histoire est un peu comme un bon film pop-corn.

Masqué : Après les Brigades Chimériques aux éditions l’Atalante, Serge Lehman revient toujours avec le but de faire de vrais super héros « à la Française ». Dans cette histoire qui sera en 4 tomes, on découvre un homme qui revient du terrible conflit en Afghanistan, mais à son retour à Paris, la ville lumière qu’il connaissait a bien changé et un groupe d’Anarchistes occupe le quartier Montmartre avec comme icône un hologramme du « Fantôme » personnage de la littérature française du début XXeme. Ses aptitudes au combat vont vite le faire remarquer et lui offrir un nouveau destin… Les Anarchistes de cette histoire me font penser au mouvement des « Anonymous » qui ont repris le masque de V pour Vendetta. Alors les Français savent- ils faire des BD de super-héros ??? réponse en lisant cet album.

L’ours-lune : Sébastien Viozat le scénariste et Florent Bossart le dessinateur nous livrent un excellent western dans la collection 1800 de Soleil. Dans un fort un peu reclus où il ne se passe rien de bien palpitant, les soldats vont faire la découverte d’un capitaine qui a perdu connaissance à la suite d’une bataille. Le conflit avec les indiens semble être reparti de plus belle et ce mystérieux capitaine assez agressif semble cacher de nombreuses choses à ses sauveurs. Un bon western duquel se dégage l’esprit des chamans indiens. Le dessin de Florent Bossard nous fait rentrer dans l’histoire et la mise en couleur nous fait frissonner dans les décors d’hiver.

A l’ombre du convoi : A travers le regard de plusieurs personnages que le destin a lié malgré eux, nous vivons la montée du nazisme en Allemagne et la Shoah. Pas de doute le thème a déjà séduit bon nombre d’auteurs, mais cet album renouvelle notre curiosité pour cette période. Dans cet album, vous ne découvrirez pas la seconde guerre mondiale avec les gentils américains et les méchants allemands, mais une vision de l’intérieur de l’Allemagne avec la traque des Juifs et l’embrigadement des jeunes allemands dans le nazisme de gré ou de force. Loin de l’idéologie collective nous nous intéressons à des êtres humains qui ont chacun des raisons (défendables ou non) d’être où ils sont. Les auteurs nous livrent une succession de flashbacks, qui, petits bouts par petits bouts, nous dévoilent une intrigue palpitante. Un vrai coup de cœur à découvrir ou faire découvrir.

Les âmes nomades : On continue avec des récits qui parlent de choses graves. Il y a quelques temps, le nord de la France faisait face à une vague massive de clandestins venant d’Afrique et d’Euope de l’est, voulant rejoindre l’Angleterre. Hé bien notre histoire démarre dans ce contexte, avec Jules, un ancien cadre dans une entreprise pharmaceutique, il a tout plaqué le jour où il a ouvert les yeux sur les abus des grosses sociétés, et ce monde où l’on est sans cesse à courir après l’argent à tout prix. Depuis sa démission il vit reclus dans une vieille caravane, mais ce véritable génie va sortir de sa dépression pour venir en aide à un groupe de clandestins. Ancrer dans notre réalité, ce récit nous montre les abus et les absurdités de notre société.

Et voici des pages qui se ferment :

Destins : Le 14 et dernier tome de la grande saga de Frank Giroud, le papa de séries déjà mythiques comme : le Décalogue ou Quintett; nous livre une histoire étonnante. L’intrigue tourne autour d’Ellen, notre personnage principal, femme au caractère fort, et engagée dans le monde où elle vit. On la découvre d’abord jeune dans le premier album, alors à l’université elle va s’engager dans un groupe  de jeunes révolutionnaires qui veulent changer le monde. Mais entre les belles paroles et le passage à l’acte, la ligne de non-retour est vite franchie et notre héroïne va vite déraper… Elle se rendra compte très vite qu’elle a dépassé les limites et fuira en Angleterre où elle se construira une nouvelle vie et deviendra une femme qui lutte contre toute les misères du monde. Extrêmement médiatisée, elle deviendra le porte-parole des pauvres du monde, telle une soeur Emmanuelle.  A la fin du premier tome, l’affaire à laquelle elle a participée quand elle était étudiante resurgit et deux choix s’offrent à elle: aller se livrer aux autorités et perdre sa nouvelle vie ou se taire. Si ce début d’intrigue semble plus proche d’un policier tout le génie du scénariste arrive au second tome. Notre héroïne à deux choix et bien plus tôt que de choisir, pourquoi ne pas explorer les deux ??? Ainsi comme expliqué au dos des albums, vous pourrez choisir la version que vous souhaiterez. Chaque choix impliquant des conséquences… Néanmoins ce 14 et dernier tome clos l’histoire. Mais c’est là que l’impossible devient possible puisque dans cet album peut importe les différents choix que fera notre héroïne son Destin est écrit et ces choix la ramènent à la même conclusion mais  comment me direz vous?, et bien lisez..

Weëna : la saga fantastique de Corbeyran se termine après 8 albums. Et ils aura fallu au moins tous ces albums pour mettre en place ces multiples destins, du seigneur maudit au jeune berger devenu soldat dans une guerre qu’il ne comprend pas. Tout comme dans les grandes histoires d’héroic fantaisy, on retrouve de la magie, des guerres ancestrales des amours impossibles et des mariages arrangés. Si tout cela ne vous convient pas alors le dessin d’Alice Picard, vous fera changer d’avis tant elle impose un univers et un trait très doux qui n’enlèvent rien au caractère des personnages.

Cowabunga les tortues ninja sont de retour…

Les Tortues ninja font leur grand retour en 2012 :

Si vous aussi, quand vous étiez jeune vous avez mangé des pizza à vous en faire vomir, pour être cool comme vos héros et que lorsqu’un bâton passait dans vos mains vous le faisiez tournoyer comme Donnatello, si vous n’avez jamais douté que la couleur bleu c’est Léonardo, le rouge Raphaël, l’orange Michaellangelo et le violet Donnatello et surtout si vous trouvez que les films des Tortues ninja et les dessins animés sont géniaux… Alors vous n’êtes absolument pas objectif et vous êtes un fan absolu des 4 mutants verts. Il ne me reste plus qu’à vous dire qu’un nouvel album est sorti pour que vous courriez en librairie pour l’avoir.

Mais sinon, laissez-moi vous présenter cette nouvelle série BD immanquable.

Nos quatre frères mangeurs de pizza et experts en arts martiaux reviennent en BD dans une toute nouvelle histoire avec de nouvelles origines. April O’neil n’est pas cette journaliste superficielle qui doit jouer à chaque aventure le rôle de la jeune fille en détresse, mais une scientifique. Bien avant de devenir un phénomène en dessin animé, les tortues ninja sont nées dans une BD. On retrouve d’ailleurs l’un des deux créateurs de la série aux commandes de ce remake, plus de 25 ans après leurs débuts. Dans cet album qui sert de mise en place, on découvre pourquoi Raphaël est un personnage solitaire empli de rage… On découvre également de nouvelles origines à Splinter, leur maître et père. On retrouve également l’un des vieux alliés des tortues : Casey Jones. Vous l’aurez compris, on reprend tous les bons éléments et on arrête d’infantiliser la série. Fini l’humour potache de Michaellangelo. Je peux vous affirmer, objectivement cette fois-ci, qu’il s’agit d’un excellent comics. J’oubliais presque l’absence de Shredder (enfin pas dans ce numéro???), mais une ombre plane au loin, le mystérieux général Grang…

Ah si, petit détail, les tortues ninja n’ont pas des bandeaux de couleurs différentes. Ils ont tous la même couleur. Si on peut se faire surprendre au début, il est vrai que dans la première version les tortues ninja avaient toutes des bandeaux rouges. La couleur n’est arrivée qu’avec le dessin animé et surtout tout le merchandising (figurines, déguisement…). Donc fini le mercantilisme, retour aux vraies valeurs. Pour notre plus grand plaisir.

Je vous l’avais dis au début de l’article, 2012 est le grand retour des tortues ninjas puisqu’en septembre prochain Nickelodeon lance une nouvelle série animée sur nos petits écrans. De même, du côté des salles obscures, fin 2012 début 2013, les 4 chevaliers d’écailles feront leur retour. Donc plein de questions restent en suspend mais j’espère qu’ils ne nous feront pas un film aussi kitch que dans les années 90. Enfin, un seul visuel a percé (Voir ci-dessous).

Et si vous aviez 3 Souhaits…

Et si vous aviez 3 souhaits…

Qui n’a pas rêvé d’avoir la lampe magique d’Aladin pour avoir la chance en 3 vœux de changer sa vie ???

Mathieu Gabella le scénariste de  » La Licorne  » chez Delcourt (série indispensable, le tome 4 et fin de la série sort en Mars, pour info), revisite avec un savoir-faire les légendes des milles et une nuits. Comme dans « La Licorne », Mathieu Gabella a trouvé en Paolo Martinello un dessinateur de génie. A travers un décor à couper le souffle et des personnages très vivants grâce au dessin dynamique, ce duo nous raconte l’histoire de l’homme que l’on nomme le Kabyle…

Le kabyle a été recueilli tout petit par une bande d’assassins qui l’ont sauvé de la mort, grandissant à leurs côtés, il deviendra vite l’un des leurs. Mais bien qu’il devient l’un des assassins le plus efficace en grandissant, il pose un peu trop de questions. Et son maître le chef des assassins va lui demander l’ultime sacrifice face à son ennemi juré le grand sultan Saladin. Si sa vie d’humain s’arrête à ce moment-là, il renaîtra mais en tant que Djinn et il se devra d’exécuter 3 souhaits pour ses ennemis de toujours avant d’être libéré. En devenant Djinn, il ouvrira les yeux sur l’envers du  décor dans lequel il a grandi et découvrira des vérités sur des personnages de légendes tel qu’Ali-Baba, Aladin, Sinbad ou encore Shéhérazade…

En reprenant de nombreux codes de l’héroic fantaisy et de l’univers des Milles et Une Nuits, les auteurs nous offrent une histoire originale et bluffante. Pour les gens qui resteraient sceptiques, la série sera en seulement 3 albums. Alors sur un tapis volant, à dos de chameau ou à dos de Phénix laissez-vous embarquer dans cette aventure.

Bref # 2 (24/10/11 au 30/10/11)

Cette dernière semaine d’octobre est des plus riche en bonnes surprises.

-Habibi :

Le nouveau Graig Thompson est arrivé et il est indispensable pour toi amateur de BD. A travers le destin de Dodola et Zam deux esclaves, il nous offre une véritable Bible (664 pages) sur le monde oriental. La jeune Dodola va être vendue à un homme pour ce marier avec lui puis cet homme va se faire tuer. Elle sera alors vendue comme esclave, s’enfuir dans le désert avec Zam un jeune esclave qu’elle va élever. Elle finira dans un harem. Une vision magistrale de l’orient, ses moeurs, sa religion, ses légendes, son écriture et son histoire..

Bref : Plus qu’un simple album, il s’agit sans conteste d’une oeuvre majeur de la bande dessinée et je pèse mes mots. Le travail d’enluminures et de calligraphie fait de cet album une véritable oeuvre d’art… A classer dans les Best seller digne des Milles et une nuits.

-Trolls de troy -14-  Boules de poils (partie I):

Le village troll vient d’être miniaturisé. Waha et ses compères vont devoir se rendre dans le monde des hommes, qui sont devenus des géant à leur yeux, afin de comprendre ce qui ce passe. Nos héros vont retrouver des visage connus…

Bref : La machine Trolls de troy est huilée à merveille. On a toujours plaisir à lire les aventures de nos trolls mangeurs d’homme.

-Il était une fois en France -5-Le petit juge de Melun :

La guerre est finie mais les ennuis ne font que commencer pour Joseph Joanovici, car  nul n’échappe à la justice. Le juge de Melun, entend bien éclaircir la mort de Robert Scaffa un résistant exécuté par Joseph et sa bande durant la guerre qui l’accusaient d’être un traître. Véritable traître ou dommage collatéral ??? Le juge veut résoudre le mystère, mais faire justice n’est pas toujours facile, surtout quand on attaque l’un des hommes les plus riches du pays et qu’il à été reconnu héros de guerre…

Bref : Ce tome confirme de manière incontestable la qualité de cette série. Elle se classe dans le panthéon de la bande dessinée grâce a sa mise en scène et ces dialogues dignent d’un film d’Audiard. Pas de doute le prix que cette série a reçu à Angoulême cette année est amplement mérité.

-Barracuda -2- Cicatrices :

Nul doute que les aventures de Pirates on le vent en poupe. Mais Barracuda se dénote des autres aventures en proposant une histoire de pirates… sur terre. On suit dans l’histoire le destin de 3 jeunes personnages qui vont devoir survivre sur l’île de Puerto Blanco. Nos jeunes héros vont devoir se construire dans cet environnement hostile rempli de pirates et de perversion.

Bref : Si Pirates des Caraïbes a relancé la mode des pirates au cinéma, Long John Silver l’a relancé dans la BD et Barracuda, réinvente le genre (Classique). Le dessin et la couleur de Jérémy sont toujours aussi élaborés, pour notre plus grand plaisir.

-Ash -2- Faust :

Dans un univers steampunk /victorien, on découvre Ash une jeune fille enfermée dans un tombeau depuis plusieurs siècles. Cette fille pleine de mystère va avoir du mal à trouver sa place parmi les autres. Mais ses origines inconnues pourraient bien être la clé de l’un des plus grands secrets du monde… l’immortalité.

Bref : L’univers graphique de Krystel Robin nous transporte dans cette aventure mystérieuse. On y retrouve de fortes inspirations asiatiques (Gothiques lolitas). Son trait envoûtera ses lecteurs.

-Aâma :

Un homme se réveille sur une planète déserte, il ne se souvient de rien, son seul  repère: son journal intime qu’il écrit depuis 48h. Que lui garde précieusement son garde du corps, un chimpanzé robot. il a du fuir sa planète où il menait une vie chaotique, après avoir divorcé et être interdit de voir sa fille…

Bref  :le nouveau Frederik Peeters est arrivé et il est résolument Science fiction.

-Georges et la mort :

Georges est un homme à qui la vie n’as pas toujours sourit. Mais si la vie ne lui sourit pas, ce sera la mort. Alors que personne ne voulait de sa musique la faucheuse qui venait pour le tuer va être séduite par sa musique et lui donner une chance d’accomplir son rêve. Démarre alors une étrange relation entre la mort et Georges.

Les auteurs ont voulu rentre hommage aux heures sombres et difficiles de la vie de Brassens, sans jamais y donner une note dramatique.

Bref : La bouffée d’air qu’on attendait plus. Un vrai petit bijoux d’humour et de poésie

-Valérian vu par Manu Larcenet :

Valérian a bien changé, il ressemble aujourd’hui à un ivrogne qui ne se souvient plus de sa vie passée. Jusqu’à ce que l’on ait, à nouveau besoin de lui… Pour l’occasion Manu Larcenet a invité tous ses potes de la BD à venir dessiner des personnages en arrière plan.

Bref : Manu Larcenet était le seul à pouvoir se lancer dans un paris aussi fou. Reprendre Valérian: le plus illustre personnage de BD SF (Science-Fiction). Si vous aimez l’humour de Manu Larcenet cet album est pour vous mais si vous êtes juste un fan de la série Valérian, pas sûr que vous soyez emballé.

-Le sang des porphyres (intégrale):

Une grande saga familiale surprenante. L’histoire ce déroule en Bretagne, lorsqu’un bagnard arrive en ville seul survivant d’une famille maudite, il revient après avoir purgé sa peine. Mais il semble qu’il ne soit pas le seul survivant et qu’il lui reste encore beaucoup de secrets à découvrir sur la chute de sa famille. Dans sa quête il ne pourra pas compter sur les villageois qui voient sont retour d’un mauvais oeil.

Balac le scénariste du premier cycle de Sambre, nous offre une histoire en quatre parties

Bref : Que vous l’ayez déjà lu ou non il vous faut cette intégrale qui compile les 4 volumes en noir et blanc. Chaque année les éditions Dargaud font une intégrale noir et blanc pour rendre hommage à la beauté du trait, de l’artiste. Un magnifique recueil à offrir à noël ou simplement pour son plaisir personnel.

-Réseau bombyce (intégrale):

Plongez dans l’atmosphère steampunk du Réseau Bombyce. Cette intégrale sous coffret regroupe la totalité de l’histoire. Eustache et Mouche sont des voleurs de haut-vol. Ils volent de manière raffinée et spectaculaire, signant leurs méfaits d’une carte de visite au motif d’un papillon. Leur technique est de plus en plus aboutie, si bien qu’un jour, ils vont s’attaquer à la maison du Baron Guillaume Bernard de Harcourd. Ils ne vont pas tomber sur le butin escompté mais sur un « snuff movie »: c’est film pornographique avec des scènes de meurtres très réalistes. Nos deux compères ont mis les pieds où il ne fallait pas…

Bref : si vous n’avez jamais lu cette histoire jetez-vous dessus. Pour cette fin d’année les éditions Humanoides Associèes ont réalisé une magnifique intégrale rendant hommage au trait raffiné de Cécile.

-Carnet intime de Zep:

L’auteur incontournable de Titeuf nous livre un carnet de voyage peu ordinaire. Chaque page laisse place à une illustration, un réverbère, un banc, une place… ainsi qu’une légende.

Bref : Son dessin n’a rien avoir avec le style graphique de Titeuf. Zep nous montre une autre partie de lui…

-DC Heroes #5 Flash (fascicule) :

Après un retour surprise Barry Allen le premier flash est de retour sous le crayon de Manapul. DC comics avait remit au gout du jour le corps des green lantern avec la saga  Blackestnight, c’est au tour de Flash l’homme le plus rapide du monde. Un démarrage idéal pour lire les aventures du bolide.

Bref : A lire absolument avant la saga « Flashpoin »t qui changera à jamais le monde DC comics. Un prélude pour comprendre pourquoi l’univers de Batman et Superman va redémarrer à zéro l’année prochaine.

Bref # 1 (du 17/10/11 au 23/10/11)

Chaque fin d’année est plus que riche en nouveautés, alors voilà une rubrique qui vous donnera un aperçu de mes lectures, par semaine.

Jour J-7-Vive l’empereur ! :

Le principe de la collection Jour J est simple : un album, une histoire, un dessinateur, une uchronie… Dans cette uchronie, Napoléon III gagne contre la Prusse en 70 et un Napoléon IV lui succède. Dans l’album, nous sommes en 1925 et le sacre de Napoléon V se prépare, alors que de nombreuses sociétés secrètes vont tenter de renverser le pouvoir…

Bref : On retrouve avec plaisir des grands noms de l’histoire (Tesla, Hitler, Matha Hari…). L’une des meilleures uchronie de la collection, avec au dessin Gess.

Le droit chemin-2-La nuit de la goule :

On vous en avait déjà parlé lors du premier tome, le second confirme notre coup de cœur. C’est l’aventure de quatre jeunes pupilles de la nation qui ont été envoyées dans un internat pour étudier l’agriculture. Mais nos graines de voyous ne pensent pas à travailler et préfèrent rêver de richesse ou d’amour. Une succession d’événements vont conduire nos amis dans le domaine d’un riche baron vivant à côté de leur internat. Afin d’éviter de tomber sous le joug de la justice pour infraction, ils vont devoir faire les quatre volontés du concierge de l’école, une gueule cassée de la première guerre mondiale. Mais cet homme cache un lourd secret… Nos héros retrouveront ils le droit chemin ?

Bref : Lupano nous entraîne dans une époque d’entre deux guerres où certaines femmes cherchent à s’affirmer et luttent déjà pour l’égalité homme femme. En incluant des personnages historiques dans son histoire, il nous livre une histoire plus vraie que nature… Côté dessin Morgann Tanco excelle et nous plonge littéralement dans l’époque. Vous l’aurez compris, cette histoire en deux albums est à ne pas manquer.

Papeete-1- Livre I rouge Tahiti :

Nous sommes en 1914 sur Papeete, la guerre n’est pas encore arrivée jusqu’ici… Simon vient mener l’enquête d’un meurtre perpétré des années plus tôt…

Les auteurs nous invitent au voyage. Car, encore plus que l’histoire, c’est le dessin et les couleurs de cet album qui en font un véritable bijoux. Une bonne bouffée d’air dans la multitude de sorties de cette fin d’année. Il se pourrait que cet album soit la surprise de ce mois d’octobre.

Bref : Il vous suffit de regarder la couverture pour être envoûté.

Fraternity-2 :

Fraternity est une micro-société. Un village des Etats-Unis en pleine guerre de sécession a voulu s’isoler de cette violence générale pour former une communauté soudée. Mais l’équilibre fragile qui maintient ce village va être mis à mal quand les habitants vont découvrir dans la forêt à coté de chez eux un jeune garçon et son mystérieux protecteur… Cet album fini ce diptyque signé au scénario par Canales (Blacksad)

Bref : Peu importe l’histoire, c’est Munuera, le dessinateur qui donne véritablement vie à cet album. La multitude de gros plans à suivre et les grandes cases donnent une force narrative à l’histoire.

Spirou-52- La face cachée du Z :

C’est parti pour la lune… Spirou et Fantasio vont se retrouver sur la lune là où Zorglub a monté un casino géant. De nombreux dangers attendent notre groom préféré. Et ce danger pourrait bien se cacher au plus profond de Spirou lui même.

Bref : Avec leur humour décalé, le duo Vehlmann et Yoann dépoussière à merveille les aventures de Spirou, n’en déplaisent aux puristes. 

Carrion -2- Les héros de Thunderland :

Un peu d’histoire pour la jeunesse ou pour rester jeune. Cette aventure en deux tomes nous fait penser à Arthur et les Minimoys ou les Minipouces. Le monde de nos héros est une décharge géante et un seigneur sombre manipule les pauvres avec une boisson « le cocakecola » qui asservit tout ces petits hommes. Mais, notre héros rebelle et anti-conventionnel ne l’entend pas de cette oreille. Tout va changer pour lui quand il va découvrir un peuple caché au fin fond de la décharge…

Bref : Derrière ce conte très réussi, se cachent des valeurs écologiques sur le tri des déchets et la mal bouffe. Pour une fois que l’on allie valeurs morales et aventure fantastique… Un livre qui mettra tout le monde d’accord.

Azur-2- L’oiseau sacré :

Alors que différents peuples sont à la recherche d’un trésor qui pourrait changer le cour de la galaxie, on découvre Nikki une jeune fille qui sans le savoir détient des indications sur l’emplacement du trésor. Mais elle va faire la rencontre d’un contrebandier peu scrupuleux prêt à tout pour s’enrichir…

Bref : Dans cette atmosphère de chasse au trésor spatial, les auteur nous offrent une alternative aux séries à succès telles que « Seuls » ou « Les légendaires ».

Histoires courtes de Noaki Urusawa  et La garde du Sultan :

Voici deux ouvrages manga qui se ressemblent, il s’agit de deux grands auteurs manga. Noaki Urusawa est l’auteur de Monster, 20th century boys, Pluto… et Katsuhiro Otomo le créateur d’Akira. Si Noaki Urusawa s’est longtemps battu pour que ses premiers récits ne soient jamais édités à l’étranger, le temps et certainement d’autres arguments auront eu raison de lui. C’est donc un grand plaisir de pouvoir lire ces histoires courtes qui ont été faites bien avant ces succès. Pour Le garde du Sultan c’est le grand Otomo qui nous livre trois histoires courtes le dessin est assuré par Akihiko Takadera.

Bref : Si ces histoires sont loin d’égaler les œuvres cultes de ces auteurs de génies, elles suscitent l’intérêt. Ils sont des raconteurs d’histoires et peu importe celle-ci, car ils savent la rendre intéressante.

La ligue des gentlemen extraordinaires century-2-1969 :

On retrouve notre équipe de gentlemen extraordinaires en plein 1969, dans l’ambiance psychédélique « sexe, drogue et rock-and-roll » de Londres. Une secte occulte  semble s’en prendre à l’industrie de la musique afin de véhiculer leurs idées à travers les pop-stars de l’époque.

Bref : On est loin de l’esprit des premiers albums qui ont rendu cette œuvre incontournable.

X-men par Jim Lee :

Jim Lee est sans conteste l’un des plus grands dessinateurs de comics de sa génération, il a comme Franck Miller ou Tim Sale donner ses lettres de noblesse aux héros classiques, tels  Batman avec la série » Hush » ou « Batman all star » et Superman avec « Man of tommorow ». Mais avant tout cela, il a relancé les X-men en 1991 avec la série « X-men », ce sont ces épisodes que l’on retrouve dans cet album. Un excellent démarrage dans l’univers des mutants. Avec deux histoires complètes dont une sur le retour de Magnéto. Véritable référence comics des années 90.

Bref : Le dessin à lui seul rend cet album indispensable, mais c’est aussi l’occasion de retrouver la fine équipe au complet (Cyclope, Wolverine, Jean, Malicia, Cambit, le Fauve, Tornade, Colossus…)

Ultimate back :

Du coté des Fascicules c’est le retour en force de l’univers Ultimate. Après la saga Ultimatum, les scénaristes ont eu du mal à relancer les histoires de l’équipe Ultimates et Spider-man. Tout change avec Ultimate Spider-man #7 qui est le prélude de la saga qui bouleversera à jamais le destin de Peter Parker. Et du côté de Ultimate Avengers HS #3 on retrouve notre équipe d’ultimates , Iron man, Captain américa… en prise avec Loki le demi-frère de Thor qui est prisonnier du Valhalla.

Bref : Après une longue période ennuyeuse c’est le retour de l’univers ultimate tel qu’on l’aime.

1.2.3……C'est parti les grosses nouveautés

La fin d’année est toujours riche en nouveaux titres attendus :

1- Sillage 14 Liquidation totale :

Après de nombreux déboires, Navis doit enfin rencontrer les autorités suprêmes de Sillage et comprendre toutes la complexité des choix de ses anciens supérieur. Mais tous n’est pas si facile et certaine personne agissant dans l’ombre cherche à prendre le contrôle de Sillage en éliminant un à un les personnes se dressant sur leur chemin. Dans cette album les anciens ennemis de Navis vont devoir faire front ensemble.

Cette album m’est fin à une long attente, enfin du concret après avoir mis en place les élément de l’histoire petit bout par petit bout dans les albums précédents, Morvan nous livre le dénouement de ce cycle qui permettra à Navis de faire peau neuve. Côté dessin Buchet est toujours aussi efficace.

2- Okko 7 Le cycle du feu I :

Okko va être appeler sur la terre de ses ancêtres, pour mener une mission de protection en incorporant  » la garde blanche » avec son équipe. Deux grand clans unissent leur enfants en invitant les 4 grands clans. Dernière cette union ce cache une course au pouvoir, mais le rivalité des clans ce fera très présente lors de ces 6 jours de fête avant le mariage. La mission va prendre un virage inattendu…

Hub confirme son talent à la fois de scénariste et de dessinateur. Plus dynamique que jamais dans cette album l’histoire bouge et le récit avant vite de manière à raconter le maximum de chose sur 2 albums. Le dessin impose un fois de plus l’univers et l’ambiance d’Okko.

3- Le grand mort 3 Blanche :

Après une longue attente voici la suite des aventures de Erwan et Pauline, depuis leur voyage dans cette autre monde rien n’est plus pareil… Erwan cherche désespérément Pauline dans notre monde bien réelle, il trouve une aide précieuse auprès de Gaëlle un amis proche de Pauline, après une viré dans la capitale ils vont retrouvé notre héroïne et sa mystérieuse fille, là ou l’histoire a commencé. Mais que c’est il passé durant leur voyage dans cette autre monde….

Loisel et Mallié ce sont bien trouvés. Au tant sur la Quête de l’oiseau du temps que dans Le grand mort. Cette fable encré dans notre époque apporte une part de rêve et de magie qui sommeil en chacun de nous.

"Atar Gull" un album à ne pas rater

Attention, il y a certains albums à côté desquels il ne faut pas passer à côté, c’est le cas de celui-ci (en plus, c’est un one-shot).

L’esclavage est un sujet qui passionne en ce moment dans la Bande Dessinée, plusieurs auteurs se penchent à leur manière sur le sujet . Ici c’est Fabien Nury et Brüno qui donnent vie à une magnifique fresque, d’après le roman d’Eugène Sue.

L’histoire tourne autour de la vie d’Atar Gull, fils du roi de la tribu des petits Namaquas. L’Afrique est alors l’un des points les plus névralgiques dans le commerce triangulaire de la traite des « nègres ». Notre jeune homme va être vendu à un bourgeois venu faire affaire en Afrique après avoir quitté sa famille à Nantes. Le navire les emmenant en Amérique est attaqué en mer par un pirate au destin torturé. Ce denier revendra les esclaves à la première occasion. Atar Gull se retrouve à travailler dans une plantation pour une famille riche du nouveau monde. Mais que cache notre héros ??? Quel coup du destin peut encore le frapper ??? Et que cache-t-il derrière ce regard si froid et cet air si dur ???

A travers le récit d’un homme torturé par la vengeance et sa condition humaine, Nury et Brüno nous livrent implicitement tous les éléments du commerce triangulaire à commencer par l’Européen bourgeois qui vient pour faire commerce, le pirate qui règne sur la mer pour piller avec barbarie, violence, abus… Et le nouveau monde avec ses riches propriétaires qui exploitent des hommes comme du bétail. Un monde où il y a des dominants et des dominés. Nous sommes en pleine reconstitution historique.

Mais l’histoire ne serait rien si elle n’était pas portée par le dessin de Brüno (l’auteur Nantais a heureusement ou malheureusement, au vu de l’historique de Nantes côté esclagage,  l’opportunité de situer l’action dans sa ville au début et à la fin de l’album). Avec son trait très épuré, il arrive à chaque fois à cerner les émotions des personnages, de leur donner vie et créer une véritable ambiance dans chaque décor qui est accentué par les applats de couleurs. Je me fais toujours surprendre par ce dessinateur car, au premier abord, en feuilletant je vois un dessin figé, mais lorsque je lis l’histoire: tous les personnages s’animent et me plongent en plein coeur de l’histoire.

Je ne peux donc que conseiller la lecture de cet album qui est mon deuxième gros coup de coeur (avec Portugal) de cette fin d’année, il ne faut pas passer à côté d’albums de si grande qualité.

Le comics est à consommer sans modération

Cette rentrée nous amène que du bon en comics, Panini se fait plaisir et nous fait plaisir par la même occasion. Je me suis donc permis de faire un classement à ma sauce avec trois catégories La première Indispensable : les histoires qu’il faut avoir absolument dans sa collection, la seconde Belle découverte : les petites surprises qui valent le détour par l’originalité du scénario ou du dessin. Et la troisieme Geek : les histoires à lire pour comprendre l’univers, pour les fans qui veulent tout savoir (cette catégorie n’est pas une catégorie pour mettre toutes les mauvaise séries attention !!!)

Je commence avec du bon gros classique car Panini réimprime dans un nouveau format  Wolverine les origines, un classique pour tous les amoureux de comics et un bon démarrage pour ceux qui ne connaissent pas  l’univers du mutant. Les films sur les X-Men on rendu plus que célèbres le mutant poilu et griffu. On connait sa bonne humeur et son côté loup solitaire, mais que connait-on de ses véritables origines ? Après avoir subi cette infiltration d’adamantium dans son squelette, il a perdu la mémoire pour devenir une arme de destruction massive (histoire que l’on découvre dans l’Arme X). Mais alors, qui est vraiment Wolverine ??? Quel âge a-t-il ??? et d’où vient-il ??? Plus de 25 ans après avoir été créé, dans les pages de « The Incredible Hulk #180 » , Paul Jenkins et Andy Kubert nous dévoilent les origines du bad boy mutant. D’où lui vient son côté bestial, pourquoi a-t-il un lien privilégié avec Dent de Sabre et d’où lui vient ce surnom de Wolverine ????

Si cette saga a tant marqué les lecteurs, c’est parce que cet album est un veritable  » graphic novel  » (Roman graphique) il allie avec finesse des dialogues parfaits et un dessin original et confirme le talent de Andy Kubert. Le rapport entre l’homme et l’animal est le point fort de cet ouvrage. A classer dans les comics indispensables.

Toujours autour de Wolverine Old Man Logan sort en version deluxe. Si Batman a droit à sa vision futuriste par Miller dans « The Dark Knight Returns », Wolverine a lui aussi droit à son récit marquant. On découvre dans un futur improbable un vieux Wolverine qui n’a pas sorti les griffes depuis des années. Il est devenu un vieux fermier qui refuse de se faire appeler par son ancien pseudonyme mais prefère Logan. Il a une famille et ne cherche d’ennuis à personne. Mais dans ce futur, les super-héros ont été anéantis, seuls quelques rescapés survivent discrètement. Les super vilains ont donc dévasté le monde et des gangs de descendants de Hulk cherche des noises à notre vieux papi. Mais si Logan refuse de se battre, il se doit de protèger sa famille et va devoir accepter une mission pour la mettre à  l’abri. Pas d’inquiétude, si notre papi Logan est pacifiste, il n’a rien perdu de sa répartie légendaire et l’action est au rendez-vous. Mais quels sont les secrets  ??? Un seul moyen de le savoir, lire l’album.

Mark Millar et Steven McNiven, le duo de choc de la saga Civil War, nous livrent une saga à classer dans les indispensables sans hésiter.

Changement d’univers puisqu’il s’agit de DC cette fois avec Batman un Long Halloween, écrit à la base comme une suite directe au « Batman year one » de Miller et Mazzucchelli. Cet album se lit de manière indépendante toutefois : si vous savez que Bruce Wayne est devenu Batman suite à la mort de ses parents, hé bien vous pouvez lire cette histoire sans être perdu. Sombre et réaliste, Batman va croiser pas mal de super-vilains car le mystérieux Holliday frappe sans relâche en annonçant les dates de ses futurs crimes. Batman devra se débarraser de la mafia contrôlée par la famille Falconni. Le duo Jeph Loeb et Tim Sale frappent fort. Bien sûr, un album à classer dans les indispensables. Après l’avoir édité en version Absolute, il ressort en version luxe pour 30,00€ et, promis, ça les vaut. Ce Batman se hisse au panthéon des histoires du Chevalier Noir aux côtés de Year One, Dark Knight Returns, L’Asile d’Arkham, The Killing Joke et Silence. En 6 albums vous avez lu le meilleur de Batman. Indispensable

On continue dans l’univers DC mais cette fois ni Batman, ni Superman dans cette aventure en 2 tomes. Green lantern et Green Arrow vont faire équipe et vous pouvez me croire, ces deux-là sont à bout de nerfs. Après avoir perdu Martian Manhunter et Batman, nos compères en ont marre de jouer au gentil héros qui ne dépasse pas les limites et qui ne punit pas les super-vilains de leurs crimes. Ils vont donc monter une nouvelle Justice League avec une nouvelle charte :  frapper avant les méchants. Ne plus pleurer les mort, mais rendre Justice à tout prix. A classer dans les belles découvertes. Et en plus le dessin est somptueux.

Retour à Marvel avec Thor au nom d’Asgard. Je dirais qu’il existe deux genres d’histoires de Thor qu’il faut lire. Celles dessinées par Olivier Coipel et celles dessinées par Simone Bianchi. Ici, c’est Bianchi qui s’y colle. On peut dire que la fourrure et les petites ailes sur les casques il sait dessiner ! Vous l’aurez compris, la première raison de le lire, c’est pour le dessin et la seconde, c’est qu’il n’y a pas besoin d’être un fan absolu du Dieu Asgardien pour comprendre, car l’hstoire se déroule avant l’arrivée sur Terre de notre guerrier au cheveux or. Asgard est pris dans un hiver sans fin et les neuf royaumes en veulent à l’immortalité de leurs dieux. Thor doit assurer l’interim durant l’absence de son père. A classer également dans les belles découverte.

Un bis pour Mark Millar et Steve McNiven. Je vous disais qu’il était sur Old Man Logan mais ils sont aussi sur Nemesis. Ni dans l’univers DC, ni dans l’univers Marvel, cette histoire est hors contexte. On y découvre un super-méchant Nemesis qui traque les gentils flics. Son but est de prendre le meilleur d’entre eux et de l’humilier et le détruire psychologiquement avant de le tuer. Derrière le masque se cache… un fou obsédé par la violence mais il est extrêmement riche, ce qui lui permet d’avoir des voitures à volonté et des gadgets high-tech. Un personnage qui dérange. Après Kick Ass, voici le deuxième comics édité en France sous le label Millarworld. A noté aussi les nombreux clins d’oeil à Batman Dark Knight, le film (exemple page 42). Pour les amateurs de comics, je dirai que Millar fait du Garth Ennis. Donc avis aux amateurs. Geek 

La Fantasy d’Ankama

Ce mois de septembre Ankama est très présent avec notamment le tome 5 de Maliki qui fut très attendu. Pour fêter ça, une super version collector est sortie avec une couverture alternative, un vernis selectif de toutes beauté, un ex-libris et un suplement d’illustrations en hommage à Maliki. Et le must chic et branché : la tranche des pages dorée, bref un vrai objet de collection.

Mais Ankama a aussi sorti d’autres titres très fantasy :

Luminae – Livre I – La dame perdue (dans la collection Kraken) :

Dans tout monde (aussi magique soit-il) il doit y avoir un équilibre. Le Bien le Mal… Au lendemain d’une grande bataille,  les guerrières et protectrices de Luminae doivent panser leur plaie car le mal gronde et l’affrontement ne fait que commencer. Nos 5 guerrières devront user de toute leur magie pour protèger le bien absolu que représente Luminae surnommée parfois « la Sainte ».

Beaucoup de mystères dans ce premier album, si l’histoire paraît simpliste, il se cache derrière tout ça une véritable narration graphique. Bengal (le dessinateur de Naja et Meka) nous offre un album pour le plaisir des yeux. Il maîtrise à la perfection son trait épuré et ses silences éloquent parlent bien plus qu’un long discourt. On notera au passage des clins d’oeil à Dragon Ball que ce soit dans le combat ou sur le personnage qui incarne le mal absolu.

Donc foncez, ne réfléchissez pas et contemplez avec grand plaisir

 

La saga d’Atlas et Axis – tome 1 (dans la collection étincelle) :

Aussi bien pour nos charmantes têtes blondes que pour tous ceux envie de ce faire plaisir découvrez Atlas et Axis deux chiens peu ordinaire. Leur village à été pilliers par des chiens vikings et les survivants du massacre on été enmener comme esclaves parmis eux la soeur d’Atlas. Nos deux compères afronterons vents et marées pour retrouver et liberé les leurs, mais tous n’est pas toujours aussi simple ils l’aprendrons à leur dépens. Derière cette quête bien simpliste ce cache un dénoument des plus étonnants. Car nos héros ne vécurent pas heureux et nurent pas d’enfant  enfin pas encore… Mais ,peut importe la destination c’est le chemin qui compte et ils vont croisé pas mal de monde sur leur route comme des moutons qui aurai peu leur faire un bon repas mais une légende prétant que les moutons explosent avant de mourir ??? Myhte ou non le seul moyen de le savoir lire l’album…

Ara – tome 1 – Le cercle de pierre (dans la collection kraken) :

Ara une guerrière d’élite qui va répondre à un appel étrange l’entrainant dans un foret remplie de magie et de mystère, la ligue des sorcière va gardé un oeil sur elle à distance car il ce peux que Ara est un destin bien plus que que ce qu’elle peut imaginer. Magie et foret hanchanté son au rendez vous de cette album signé de la main de Tim Mcburnie qui avant déjà fait 7 pirates chez delcourt dans la collection des 7. Encore une fois le graphisme est à l’honneur de cette histoire qui puise sa force dans les décors et les personnages fantastiques du peuple de la foret. notre jeune héroine ne fait que commencé sont périple vers l’inconnu…