Coups de coeur

Devinez qui vient dîner, très chère ?

La nourriture et la BD ne font pas toujours bon ménage, vous avez vu la tête qu’a fait votre ami lorsque vous avez feuilleté son édition originale de Tintin les doigts encore bien gras des frites de ce midi… Et puis quelques tâches de mayonnaise n’ont jamais tué personne, enfin jusqu’à aujourd’hui, car vu le regard injecté de sang du-dit ami, votre espérance de vie vient de chuter dans les limbes du zéro.

Mais actuellement en librairie, il n’y a peut-être pas d’happy-hour sur les hamburgers. On trouve tout de même quelques titres qui font la part belle à la gastronomie. Les médias s’en sont donné à coeur joie avec En cuisine avec Alain PASSARD de Christophe Blain aux éditions Gallimard, il est vrai que plus un auteur est connu, plus sa couverture médiatique est importante. Qui plus est, le grand boom des émissions culinaires, et la promotion internationnale de la gastronomie Française, font d’Alain PASSARD un sujet en vogue. « Un livre de recettes en bandes dessinées, comme c’est charmant ».

Pour notre part, on a plus été charmé par Le viandier de Polpette d’Olivier MILHAUD et Julien NEEL, toujours chez Gallimard, plus frais en bouche, l’album lie une histoire gentillette pleine d’humour avec un soupçon de folie culinaire. Julien NEEL n’est autre  que l’auteur de Lou, ce qui a aidé l’album à une bonne couverture médiatique.

Toujours décrié, (à tort ?) le cannibalisme est aussi du menu, avec la non moins célèbre série américaine Walking Dead, au scénario Robert KIRKMAN, au dessin successivement, Tony MOORE pour le premier tome, puis Charlie ADLARD aux commandes, la série est publiée en France par Delcourt. Son adaptation en série télévisée lui a permis un succès mondial en un temps reccord. L’originalité, rappelons-la, ce sont les personnages principaux que l’on vous sert à manger.

Avec la viande, il est bien important de savoir quel vin servir, non? En cela, il faudra se tourner vers Les gouttes de dieu de Tadashi AGI et Shu OKIMOTO publié par Glénat. Deux ans avant sa traduction, la presse spécialisée autour du vin en faisait des éloges. Depuis les témoignages des cavistes se succèdent, des personnes débarquant dans leur boutique, le manga sous le bras et se constituant une petite sélection de grands vins. Cette histoire suit une intrigue autour d’un jeune homme qui doit, pour pouvoir bénéficier de son héritage, identifier 13 vins. Apparement ce ne sont pas des crus hors de prix, et ils sont apparement plaisants en bouche. Le manga permet également d’apprendre les termes professionnels et l’histoire de plusieurs cépages.

En Dessert, je vous propose de finir par le succulent, mais léger Gourmet Solitaire de Jiro TANIGUCHI sur un texte de Masayuki KUSUMI, dans la collection Sakka des éditions Casterman. Ce délicieux mélange de récits courts, cette succession de plats, je vous jure que cela vous ouvre l’appétit, et si vous avez déjà mangé avant, ce sera juste par gourmandise. L’idée est simple, nous suivons un commercial, peu importe son domaine, qui est amené à voyager aux 4 coins du pays et à ne pas avoir de repas à heures fixes. A travers ses rencontres culinaires, on découvre non seulement les plats mais également les habitudes des Japonais dans leur quotidien.

Je ne serais pas un bon hôte si je ne vous proposais pas un petit digestif, mais peut-être avez-vous envie de poser les bouquins et de vous détendre devant 2 ou 3 films:

Tompopo, film Japonais trés drôle, où l’on voit l’union de plusieurs personnages pour aidée Tompopo ( fleur de pissenlit), une femme seule avec son fils, qui tient une petite gargotte et qui va tenter de devenir le meilleur restaurant à nouilles du quartier. Plein de portraits se croisent en arrière plan, comme une séance collective dans un restaurant européen, où des femmes viennent prendre un cours pour savoir manger des spaghettis…

Le festin chinois, énorme délire Hong-Kongais, du grand n’importe-quoi, pour sauver un restaurant, une équipe de bras-cassés va devoir participer à un concours hors norme, et pour s’en sortir ils vont devoir pister ‘un chef qui a sombré dans l’alcool. Du karaoke déjanté, au poisson géant dans la salle de restaurant, des mafieux aux poupées gonflables, vous n’écouterez plus Carmen de la même oreille.

Tachiguchi, film Japonais de Mamoru OSHII, le créateur de Ghost in the shell, Avalon, Skycrawlers… cet ovni présente une série de portraits, depuis l’après-guerre au Japon, de plusieurs clochards et autres mendiants passés maîtres dans l’art de manger à l’oeil. Visuellement déconcertant, M. OSHII nous bluffe une nouvelle fois avec une espèce de roman photos animé.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon appétit.

Green lantern vs Captain America le duel au soleil…

Que vous aimiez ou non, vous n’avez pas pu passer à côté Green Lantern et Captain America qui sont incontestablement les deux films de l’été.  Alors qui choisirez-vous pour ce duel au soleil: DC ou Marvel ?

Cette semaine, c’est Green lantern, donc une petite présentation s’impose :

Green, super green…,lantern, depuis quelques années est devenu le personnage préféré des lecteurs de DC, rivalisant de popularité avec Batman et Superman.

Mais qui est Green Lantern ? Et bien sous le masque se cache Hal Jordan, un ancien pilote d’avion. Il a été choisi par l’anneau pour succèder à Abin Sur. Car lorsque ce dernier s’écrase sur la Terre et rend son dernier souffle, il transmet son anneau de pouvoir à Hal Jordan. Cet anneau lui fera découvrir tout un univers dont il ignorait l’existence ainsi que la planète OA berceau du corps des Green Lantern, une sorte de police intergalactique.

Pour découvrir au mieux le personnage, vous pouvez lire Green Lantern Renaissance chezPanini. Il ne s’agit pas du début de l’histoire comme vous pourrez le voir dans le film, mais d’une suite, des années plus-tard. Le petit résumé au début de l’album vous permet de rattrapper en quelques lignes le cours de l’histoire. Vous pourrez également découvrir les autres Green Lantern de la Terre. Cette aventure a relancé le héros en 2005, un must . Pour pour ceux qui préfèrent rester proches de l’univers du film, découvrez le prélude, qui nous présente 5 mini-aventures des héros du film à savoir Kilowog, Tomar-re, Abin Sur, Hal Jordan et Le corps des green lantern.

Enfin si vous suivez le héros depuis quelques temps, j’espère que vous n’avez pas raté Justice league : Justice à tout prix 1/2 » il s’agit d’une aventure regroupant le Green Lantern,  Hal Jordan et Green Arrow, qui ne supportent plus de voir leurs amis mourir au combat (Batman, Martian Manhunter, Aquaman…). Ils décident de faire des exemples du côté de leurs ennemis, afin faire régner la justice par la peur. Une excellente saga en deux volumes, nos héros ont enfin compris que mettre les méchants en prison en attendant qu’il s’échappent n’est pas une bonne solution. Mais que faire ? Et le reste des super héros seront-ils d’accord pour laisser faire une justice « oeil pour oeil, dent pour dent » ????? Le petit plus qui change tout: le dessin ! qui est extra.

Enfin si le personnage vous a plu, lisez Brightest Day ,qui commence en septembre. Il s’agit de la suite de la saga Blakest night qui vient de ce terminer en France, un grand cross-over indispensable….

Je profite de cet article pour faire une brève sur les films en cours de DC. Le très attendu Batman the dark knight rise, troisième et dernier volet de la trilogie de Christopher Nolan. On y retrouve avec plaisir Christian Bale,Morgann Freeman,Gary Oldman… pour les petits nouveaux il s’agit de Marion Cotillard (Miranda Tate), Anne Hathaway (Catwoman),Christopher Judge (Bane). Nolan a annoncé que la boucle se bouclerait avec cet ultime épisode. Alors Batman se fera-t-il casser la colonne vertébrale ????????

Sinon les projets qui font du buzz sur la toile: il y a le Superman the man of steel repoussé à juin 2013 qui  se dévoile petit à petit sous la baguette de Zack Snyder.

                                                         

Rions un peu …

A’y’est, j’ai fini … de déballer les derniers cartons de nouveautés avant la reprise dans 2 semaines. Du coup, autant profiter du temps libre pour se tourner vers des titres qui datent un peu, mais que l’on a toujours plaisir à relire. C’est l’été, on a besoin de détente et de décontraction, à la rigueur un minimum de sport et rigoler permet de faire des abdos sans trop se fatiguer.

Quoi de mieux par ces jours de chaleur que la douce brise marine, tout le monde à bord avec Ratafia de POTHIER & SALSEDO aux éditions Milan. 5 tomes sont parus, les 4 premiers constituent un récit complet et le tome 5 est une histoire complète .

Tout commence aux Caraïbes, une partie de cartes se termine sur un carré d’as qui s’abat tel un couperet, ce qui n’a pas trop lieu de réjouir le sinistre personnage qui fait face à notre chanceux joueur. Celui-ci n’est autre qu’un jovial petit papy, qui a fait un effort sur sa panoplie de pirate. Sans mots dire, il se lève, ramasse son butin et rejoins nonchalament le bord du navire ancré dans la baie. Dans un silence absolu, le vieux capitaine prépare son navire au départ et s’enferme dans la cabine… « Vous êtes qui? » L’équipage découvre que le petit bonhomme en question, celui qui vient de leur passer sous le nez, qui s’amuse avec leur navire et qu’ils découvrent pour la première fois est leur nouveau capitaine.

Voici pour cette petite mise en bouche, je vous laisse le soin de découvrir par vous même que la partie de cartes du début de l’histoire n’était qu’une partie de kilo de merde, que les cartes aux trésors peuvent réserver bien plus de surprises que l’on croit, et qu’un dos fixe peut en cacher un autre.

Sorti tout droit des années 65 et des Pifs-Gadget, quel bonheur que de se laisser dépayser par MATTIOLI et son M le Magicien. Cette oeuvre rééditée par l’Assocation dénotait déjà à l’époque. Même encore maintenant, elle peut offrir un univers riche en idées loufoques. Nous suivons les récits courts, toujours sur une page, de M le magicien, pas beaucoup plus grand qu’une paquerette ou un champignon ; il a tout de même sauvé la vie de Corto Maltese. M assiste au douxspectacle qu’est la vie : quand l’abeille quitte la ruche, elle fait bz, quand elle revient, elle fait zb.

Ce chef d’oeuvre du patrimoine ravira petits et grands, par son onirisme, sa légèreté et sa simplicité .

Un de mes préférés, écartez les enfants,… un peu plus loin,… encore… Lincoln est mon fils de pute préféré, c’est pas de ma faute, c’est le métier de sa maman, et le manque de considération (clientèle exclue) que l’on peut porter à sa mère n’est rien comparé à l’exclusion dont est victime Lincoln .

Le personnage de Olivier, Jérôme & Anne-Claire JOUVRAY, ce jeune cowboy qui déteste l’humanité enière, va quitter sa ville natale en y mettant le feu. Son indifférence face à la vie ne va pas en laisser un autre d’indifférent: Dieu . Et Dieu, il peut avoir des idées bien arrêtées, s’il souhaite que Lincoln trouve une raison de vivre, il va lui en donner les moyens et surtout le temps .

Bien évidement, si Dieu s’intéresse à lui, le Diable n’est pas en reste, il ne nous reste plus qu’à suivre les aventures de notre anti-héros, avec les deux zozos sur le dos . 6 tomes publiés aux éditions Paquet, qui ne peuvent se lire individuellement mais dans l’ordre chronologique .

J’en ai déjà parlé, j’en reparlerai encore: LETURGIE, YANN, LETURGIE, un trio d’enfer pour un autre trio d’enfer, SPOON, WHITE et la plantureuse Courtney BALCONI . Huit beaux albums, chez Vents d’Ouest, qui relatent les aventures complètement barrées de ces deux pauvres loosers, seuls flics blancs dans un commissariat d’un quartier black de New-York . Leur capitaine tient du supérieur de Starsky & Hutch, seulement lui, son anxiété le fait s’empifrer de nourriture de tout genre, on le voit donc emplir son bureau au fil des aventures de son imposante présence .

Spoon, le gnôme, la teigne, accroc à l’univers Disney, il risquera sa vie pour son Goofy fétiche, il est également un fan invétéré de Clint EASTWOOD, d’où son flingue presque aussi gros que lui . Sa stupidité n’ayant d’égale que son narcissisme aigû, il poussera le vice jusqu’à piquer une cadillac rose, comme dans le film de Clint, alors qu’il est recherché par toutes les polices des Etats-Unis . Le piège grossier dans lequel il tombera peu de temps après n’arrange pas son image .

White, il cherche désespérément à être quelqu’un, à avoir un patrimoine, à avoir de la classe, avoir une certaine noblesse, enfin toutes ces qualités qui en font l’antithése de son nabot de collègue . « Qui se ressemble s’assemble », la part de bêtise de White vaut bien celle de Spoon, leur présence cumulée au même endroit à des allures d’exponentielles, vous vous rappelez ces courbes qui prennent des envolées vertigineuses en un temps record . Leur passion commune pour la belle Courtney, présentatrice télé des événements chauds pour une chaîne d’actualités, leur permet d’être présents à chaque fois qu’elle dégôte un scoop .  

Chaque album est une histoire complète et fait un clin-d’oeil à un genre cinématographique en particulier: la blackploitation des années 60-70, les James BOND, les thrillers (Psychose, le Silence des Agneaux…), les films Hong-Kongais …

Il ne faut pas se priver non plus des autres séries de YANN et la famille LETURGIE . De bonnes heures de rires garanties .

Bone de Jeff SMITH aux éditions Delcourt, où comment démontrer qu’il n’y à pas que des super-héros dans les comics . Bone est ce personnage avec ses airs de Casper le fantôme . Ses cousins sont assez doués pour s’attirer des problèmes, nous découvrons notre trio en fuite éperdue devant toute la population d’une ville dont ils ne sont autres que les descendants du père fondateur .

Leur chemin va les mener vers le pays des rats garous amateurs de tartes, le pays où une grand-mère bat les vaches à la course, un pays où une princesse a besoin d’un héros comme Bone .

La série est en 9 tomes, il existe 2 histoires individuelles qui complètent l’univers de Jeff SMITH, je préfère l’ancienne édition en noir & blanc, mais l’actuelle, colorisée, reste sympathique . Et les dragons ? vous les préférez avec ou sans bonnet de nuit ?

La fameuse affiche où 3 rats lisent « la Peste » de CAMUS dans une décharge en rigolant à gorge déployée est issue de l’univers déjanté de l’auteur-biker-rocker PTILUC : Pacush Blues (A noter l’ouverture du Pacush Bar à proximité de la librairie, on vous en parlera pour leur inauguration le 2 septembre) . Cette série sous acide revisite notre société vu par les rats qui vivent des vestiges de nos détritus, au mileu d’une décharge qui n’offre comme panorama, en dehors des immondices, que l’autoroute qui la coupe en deux .

13 albums, plus deux livres d’illustrations (face de rats),chez Vents d’OuestPTILUC a une autre série RAT’S, que je trouve personnellement moins efficace . Je terminerai par dire que le premier tome (Premières Mesures) à un arrière-goût d' »Idées Noires » de FRANQUIN qui n’est pas désagréable .

The last one, Garulfo, de AYROLES, MAIORANA et LEPREVOST aux éditions Delcourt . Cette série terminée en 6 tomes conjugue sous toutes les formes les personnages de contes de fées .

Garulfo n’est qu’une grenouille, oui, mais une grenouille qui va apprendre que si une princesse l’embrasse, il se transformera en prince charmant .

1-Trouver une princesse 2-Se faire embrasser par la-dîte princesse 3-Se transformer en prince 4-Si cela ne marche pas, revoir ses leçons, il faut également une sorcière pour lancer le sort…

Donc reprenons : 1-Trouver une sorcière 2-la persuader de lancer le sort sans contre-partie trop importante pour sa santé 3-En sortir vivant 4-Retrouver la princesse qui accepte d’embrasser les grenouilles 5-Retenter l’expérience 6-Affronter les conséquences …

Bonne lecture et relecture à tous .

Pulp de Fruit

Quoi de mieux qu’un roman de gare pour passer l’été, on sait presque tout de suite où l’auteur vous emmène, cela va vous distraire et vous occuper une partie de vos vacances… Et bien Emmanuel REUZE, lui, vous propose la BD de gare : le train-train du récit d’aventure déraille à tous les coups, vous vous tordrez tellement de rire sur votre serviette à la plage que vous arriverez à chopper un coup-de-soleil intégral .

Gare ! la Moustache au Poitrail aux éditions Vraoum revisite les récits d’aventures, de SF, de polars … et les émissions de télé qui captivent un si grand nombre de téléspectateurs où l’on satisfait cette si grande soif de voyeurisme refoulée du public, frustré de ne pas être Quelqu’un .

Delphine Bonnard réussira-t-elle à manger son réacteur nucléaire dans le temps imparti, ce qui lui permettra d’épouser Johnny Hallyday ?… Madame et monsieur Pingouinet iront-ils au supermarché utiliser le bon de réduction qu’ils viennent de recevoir par la poste ?… Cindy est-elle conne ?…Qui est le directeur de ce fichu asile de fous ?… Est-ce qu’un agent du fisc est un humain comme les autres ?… Etes-vous bigornophiles ?…

Comme l’a dit Homer Simpson : la Bible ne donne aucune réponse, alors précipitez-vous sur cet ouvrage de références Gare ! la Moustache au Poitrail d’Emmanuel REUZE aux éditions Vraoum qui ne vous en donnera pas beaucoup plus .

Si vous trouvez qu’il ne fait pas encore assez chaud, vous pouvez partir pour l’Inde, grâce à Georges BESS qui une nouvelle fois nous offre un récit se déroulant dans son pays de prédilection . Avec Alejandro JODOROWSKY, nous avions eu le droit au Lama blanc, chez Carabas il avait écrit Leela et Krishna ; actuellement chez Dupuis, nous avons Pema Ling à nous mettre sous la dent, et voici Le Vampire de Bénares publié chez Glénat, histoire en trois tomes.

Une enquête fantastique sur les rives du Gange dans la ville sacro-sainte de Bénares où tant d’Indous viennent mourir. Seulement, la police vient d’arrêter un anglais qui a aggressé bon nombre de malheureux qui erraient la nuit prés des bûchers de crémations.

Mircéa, notre héros, appelé par son ancien professeur à se rendre à Bénares va pourtant découvrir une toute autre ampleur de l’évènement. Ce sont des centaines de disparitions que la police passe sous silence. Que va-t-il bien pouvoir découvrir derrière toute cette histoire ? Quels sont les individus louches de l’histoire ? Quelle est la capitale du Togo ? Est-ce que les All-black vont remporter la coupe du monde de Rugby cette année ? Dieu est-il mort ? Quel est le secret du Gibolin ? Romain passera-t-il son permis de conduire cette année ? Le président de la République Française peut-il accéder à tous les manèges dans les fêtes foraines ? …

Je ne suis plus tout à fait sûr qu’il y ait toutes les réponses à ces questions dans cet ouvrage, mais presque …

La nouvelle collection de chez Soleil  « Anticipation » nous propose la réédition de Sha de LEDROIT et MILLS , mais également deux titres :

Déluge, de PONA et HERVAS, une histoire en deux tomes. La terre n’est plus qu’eau, et notre héros n’a pas une goutte d’anisette sur lui : un drame psychologique insoutenable. 

Nirvana, de l’inévitable ISTIN (on est chez Soleil, ne l’oubliez pas) et BOUDOIRON, la série sera un peu plus longue, seulement voilà, vous avez suffisament d’éléments pour éventer le scénario avant la page 15 .

Après la vague des polars ésotérico-historiques, les uchronies, voici les anticipations… Ne soyons pas vaches, tout comme la collection série B chez Delcourt, ce genre d’ouvrages n’est pas déplaisant, n’a pas d’autres prétentions que de vous distraire un moment, et ça marche .

L’un des plus beaux titres de l’année

La vie d’un libraire est plutôt agréable dans l’ensemble : nous passons notre temps à lire des bandes dessinées. Oui, mais certaine fois, à force d’en lire tous les soirs, nous sommes lassés de toutes ces histoires. On devient exigeant et on se demande si c’est nous qui n’apprécions plus la BD ou si il n’ y a que des choses moyennes ou passables. Et puis dans cette déferlante de sortie, arrive « Le Montreur d’Histoires » et là, la vie reprend ! Vous savez, c’est ce genre d’ouvrage qui vous met une claque sans prévenir et vous rappelle pourquoi vous aimez faire votre boulot. Un album qui vous presse à dire à tous les gens qui passent que c’est la pépite à lire du moment.

Maintenant que je vous ai mis l’eau à la bouche, je vais vous en parler un peu plus. On retrouve Zidrou au scénario. Souvenez-vous, il avait déjà marqué les esprits avec « la vieille dame qui n’avait jamais joué au  tennis et autres nouvelles qui font du bien » et le drôle et attendrissant « Lydie« .  Raphaël Beuchot – connu jusqu’à aujourd’hui sous le nom de Raphaël B, un jeune Nantais plein de talents – œuvre aux dessins.

Donc, c’est une histoire qui se passe en Afrique. Dans quel pays me diriez-vous ? Là n’est pas la question mais dans l’Afrique de notre époque. Il était un fois… en est le héros, un jeune homme qui sillonne les routes avec son théâtre de marionnettes pour offrir du rêve à qui viendra l’écouter. Mais raconter des histoires pour il était une fois, c’est une philosophie de vie, ce n’est pas mentir, c’est voir la vie avec les yeux d’un enfant. Si vous lui demandez pourquoi son singe est blanc et tout petit, il vous dira que lorsqu’il l’a connu, c’était un énorme yéti et que sous le soleil d’Afrique, il a fondu. Cependant, raconter des histoires dérange toujours, surtout lorsque le message est l’amour et la liberté. A sa manière, sans violence ni révolte, il va affronter la tyranie et l’oppression. Tel Gandhi, son esprit et ses histoires seront plus fortes que n’importe quelles armes. Le prix à payer sera lourd mais peu importe l’acharnement de ses opposants, son message sera transmis par son calme et son courage. Il enlèvera la peur dans le coeur des gens, car sans peur, les tyrans et les tyrannies les plus abjectes n’ont plus lieu d’être. Peu importe l’individu, seul le message de l’histoire doit rester.

Les auteurs nous offrent une fable d’aujourd’hui dure, émouvante, ou la beauté de l’imaginaire côtoie la dureté de la vie. Pour ma part il s’agit du meilleur titre depuis ce début d’année et ce n’est ni Emmanuel ni Gérald qui me contrediront. Donc, je ne peux que vous encourager à le lire et si le jury d’Angoulême a du goût, vous en attendrez parler en Janvier 2012. En attendant un grand merci aux auteurs pour ce pur moment de bonheur.