Coups de coeur

Back to the 10’s ! Episode 4

Que ce soit à la télé, dans les magazines, ou les réseaux sociaux, vous n’y échapperez pas : vous aurez une rétrospective de ce qui a marqué la décennie 2010. Hé bien, nous avons beau être libraires, nous sommes humains, nous aussi. Voici donc un petit florilège des 10 années écoulées et cela tombe bien puisque, peu ou prou, cela correspond aux années d’activités de la librairie !

Alors coupons court à la polémique. Oui, la prochaine décennie ne démarre qu’en 2021, mais tant pis ! Fusionnons nos 10 années civiles et les 10’s !

Enfin, rendons à César ce qui est à César. J’emprunte le concept global de ce best-of au magazine Première dont le hors-série a eu la bonne idée de mêler palmarès, box-office et coups de cœur. Donc moi aussi !

Vous trouverez donc le Grand Prix du Festival d’Angoulême (décerné fin janvier), le Prix de la Meilleure BD des Utopiales (décerné fin octobre), le Grand Prix de la Critique de l’ACBD (décerné début décembre), notre meilleure vente à la MLN (en nombre d’exemplaires jusqu’au 31 décembre) et mon coup de cœur subjectif de l’année écoulée.

 

 

 

2013

Grand Prix du Festival d’Angoulême :

Quai d’Orsay T2/ A.Lanzac & C.Blain / Dargaud

Quand la bande dessinée lorgne du côté de la politique avec humour et second degré, on obtient un diptyque savoureux. Toutes ressemblances avec des situations et des personnes réelles ne seraient pas forcément fortuites. Et non encore une fois, je n’ai pas vu l’adaptation cinéma.

Prix de la Meilleure BD des Utopiales :

Souvenirs de l’Empire de l’Atome / T.Smolderen & A.Clérisse / Dargaud

Quand on multiplie les références à l’âge d’or de la SF, quand on rend hommage aux grands noms et à l’esthétique de ce « mauvais genre », on ne peut qu’être acclamé aux Utopiales. Premier volume d’un panorama sur la littérature populaire du 20ème siècle, les auteurs développent avec jubilation un rétrofuturisme de bon aloi.

Grand Prix de la Critique de l’ACBD :

Mauvais Genre / C.Cruchaudet / Delcourt

Étonnamment, j’étais persuadé que cet album était sorti depuis plus longtemps que cela. Comme s’il avait de toute éternité sa place parmi les « très bons » albums. En effet, en quelques pages Chloé Cruchaudet aborde la guerre, la fidélité, l’identité, la sexualité… D’autres n’en font pas autant sur toute une série !

Meilleure vente à la MLN :

Blacksad T.5 / J.Canales & J.Guarnido / Dargaud

Évidemment, quand un nouveau Guarnido arrive (cf 2019 aussi), il « pète » tous les scores ! Amarillo, tome 5 longtemps attendu de la série Blacksad, a désarçonné les fans. Et pour cause, le gros matou n’est pas le moteur de l’intrigue : il témoigne au mieux, il subit au pire. Quant à la Beat Generation, elle était pour beaucoup de lecteurs un concept lointain. Qu’importe, l’album demeure un excellent épisode !

Coup de cœur :

Paco les mains rouges T.1 / F.Vehlmann & E.Sagot / Dargaud

Beaucoup d’albums en lice cette année-là, mais la palme va à l’amitié. Encore une fois, ce coup de cœur s’accompagne d’une exposition et d’une rencontre hors-normes. La fascination d’Eric Sagot pour Cayenne et plus largement pour le voyage a permis de façonner lentement mais sûrement un diptyque qui imprègne pour longtemps les mémoires.

N’allez pas par là, c’est la peste monseigneur !

2020 fait la part belle au dessin ! N’est-il pas vrai que c’est l’année de la BD ?

Dans tous les cas voici une des plus belles surprises de ce début d’année avec une production locale et le nouvel album de la maison d’éditions Vide Cocagne vient de frapper un grand coup avec une petite tuerie: Peste de Gauvain Manhattan.

C’est une prouesse graphique pour un récit très original, 250 pages de lecture vous plongeant dans un univers médiéval où la haute couture a une place prépondérante car comme chacun sait au royaume Bordevalinois: « Chez nous le style est d’une importance capitale si on veut se faire respecter ». Gauvain Manhattan a développé un monde d’une richesse magnifique, avec un dessin généreux, des personnages attachants au tempérament bien trempé pour certains, un bestiaire foisonnant de diversité et d’ingéniosité visuelle.

Je reste dans le médiéval avec une autre tuerie, à savoir que ma sélection va tenir du génocide tellement tous ces albums sont merveilleux.

Après La terre des fils, Gipi revient avec une autre histoire de fiction, et il s’associe pour l’occasion à un dessinateur que nous apprécions tous trois particulièrement: Luigi Critone, dessinateur entre autre de 7 missionnaires chez Delcourt et l’adaptation de Je François Villon de Jean Teulé, toujours chez Delcourt. Ce nouvel album s’intitule Aldobrando, sort aux éditions Casterman et est un récit complet.

Cette histoire aux accents burlesques est un récit initiatique pour ce jeune homme confié aux bons soins d’un sage, qui, estimant Aldobrando en âge de découvrir le monde, lui confie une chasse au dahu: Aldobrando est responsable des problèmes de santé de son père adoptif et doit trouver une plante médicinale lui permettant de se rétablir et ses temps sont comptés.

Enchaînant les rencontres et les quiproquos, Aldobrando se retrouve en prison, accusé de la mort du jeune prince et va vivre des aventures, croisé des personnages hauts en couleur et découvrir par lui-même qu’il ne faut jamais se fier aux apparences. Cette histoire est, à n’en pas douter, l’une de nos plus belles découvertes de ce début d’année.

Le grand retour d’un auteur culte à nos yeux, Miguelanxo Prado.

Cet auteur à fait les grandes heures de Casterman aux cours des années des romans (A SUIVRE), il revient tel Albator avec un oeuvre originale, Le Triskel volé, récit complet, et l’éditeur en profite pour remettre à disposition un album qui n’a pas pris une ride et qui reste toujours aussi exceptionnel, Trait de craie, agrémenté d’un supplément ? Non ! de deux suppléments mesdames & messieurs, rien que ça. A la fin de l’histoire vous bénéficiez dans un premier temps du récit en hommage à Hugo Pratt, un numéro spécial d’(A suivre) lui était consacré regroupant les témoignages de plusieurs auteurs, et dans un deuxième temps, pour le dernier numéro de ce magazine, Prado revenait avec un mini récit évoquant Trait de craie.

Le Triskel volé est une histoire abordant l’héritage du petit peuple qui s’est retrouvé confronté à un moment de son histoire à l’expansion de l’humanité, ce qui mettait leur existence en péril et une cohabitation périlleuse; mais l’heure du réveil est peut-être arrivé ?

Trait de craie: un homme fait une escale en voilier sur une île qui ne figure sur aucune carte marine. Peu de temps avant lui, une femme s’est arrêtée elle aussi, ses compagnons qui avaient leur propre bateau ont continué leur route et doivent repasser afin qu’ils reprennent la mer ensemble. Sur l’île, un phare abandonné et qui ne fonctionne plus. Une femme et son fils qui tiennent ce qui tient lieu d’auberge occasionnelle et de drugstore où le troc est parfois de rigueur. Une digue d’une longueur indécente laisse une trace au milieu de l’océan tel un trait de craie sur ce grand tableau bleu, où tout un chacun à laisser un message ou une trace de son passage. Un huis-clos toujours aussi haletant.

Et pour finir, deux auteurs que j’ai déjà mis à l’honneur, en premier une anthologie d’histoires courtes d’Inio Asano, auteur emblématique de Bonne nuit Pun Pun, Dead dead  demon dededede destruction etc… la quasi totalité de ses titres sont disponibles aux éditions Kana. Ce recueil vous permettra de découvrir la diversité de ses histoires, des thématiques qu’il a l’habitude de développer et de savourer complètement la qualité de son dessin.

L’autre perle n’est autre que la nouvelle série de Naoki Urasawa, l’auteur de Monster, Billy Bat, 20th century boys, Pluto et tant d’autres récits qui auront marqué l’histoire du manga.

Asadora aux éditions Kana s’inspire d’une série télé japonaise qui a commencé dans les années 60 et qui perdure encore, met en avant une jeune fille qui n’a de cesse de s’engager pour le bien être d’autrui. A n’en pas douter connaissant l’auteur, cette nouvelle histoire risque de nous valoir plein de surprise et d’en déconcerter plus d’un.

 

Back to the 10’s ! Episode 3

Que ce soit à la télé, dans les magazines, ou les réseaux sociaux, vous n’y échapperez pas : vous aurez une rétrospective de ce qui a marqué la décennie 2010. Hé bien, nous avons beau être libraires, nous sommes humains, nous aussi. Voici donc un petit florilège des 10 années écoulées et cela tombe bien puisque, peu ou prou, cela correspond aux années d’activités de la librairie !

Alors coupons court à la polémique. Oui, la prochaine décennie ne démarre qu’en 2021, mais tant pis ! Fusionnons nos 10 années civiles et les 10’s !

Enfin, rendons à César ce qui est à César. J’emprunte le concept global de ce best-of au magazine Première dont le hors-série a eu la bonne idée de mêler palmarès, box-office et coups de cœur. Donc moi aussi !

Vous trouverez donc le Grand Prix du Festival d’Angoulême (décerné fin janvier), le Prix de la Meilleure BD des Utopiales (décerné fin octobre), le Grand Prix de la Critique de l’ACBD (décerné début décembre), notre meilleure vente à la MLN (en nombre d’exemplaires jusqu’au 31 décembre) et mon coup de cœur subjectif de l’année écoulée.

 

 

 

2012

Grand Prix du Festival d’Angoulême :

Chroniques de Jérusalem / G.Delisle / Delcourt

Continuant son périple à travers le monde, Guy Delisle pose un regard faussement naïf sur les gens qui l’entourent. Après la Corée, la Chine et la Birmanie, l’auteur explore Israël, avec ses aberrations, ses paradoxes et sa fascination. Et c’est bien. Autre chose ? Oui, lisez-le !

Prix de la Meilleure BD des Utopiales :

Big Crunch T.1 / R.Gourrierec / Delcourt

Quel dommage de voir une série prometteuse abandonnée avant sa conclusion. Après deux tomes haletants où des enfants découvrent que leur père est un super-héros, Rémi Gourrierec est parti pour d’autres projets. Il nous restera toujours une énergie et une spontanéité rafraîchissante… pour ceux qui ont la chance de trouver ces albums !

Grand Prix de la Critique de l’ACBD :

L’Enfance d’Alan / E.Guibert / l’Association

Emmanuel Guibert avait encore beaucoup de choses à nous dire sur Alan Cope. Pour notre plus grande joie ! Avec finesse, il nous dresse le portrait d’un homme ordinaire, humble et celui d’une époque si lointaine et si proche à la fois. 

Meilleure vente à la MLN :

Blast T.3 / M.Larcenet / Dargaud

Manu Larcenet s’approche de la conclusion de sa tétralogie en distillant noirceur et malaise et le public ne s’y trompe pas. L’errance de Polza Mancini et ses blasts nous laissent pantois. Vous pensez que Larcenet était allé au bout de son désespoir en l’humanité ? Rendez-vous en 2015 !

Coup de cœur :

Daytripper / F.Moon & G.Ba / Urban Comics

Un album, un festival, une rencontre, voilà une trinité sur laquelle s’appuie ce coup de cœur. Pour l’album, c’est cette idée sous-jacente qui en fait tout le charme : quelle trace laisse-t-on de son passage sur Terre ? Que va-t-on retenir ? Puis à Saint-Malo, c’est la rencontre Fabio Moon, sa gentillesse, son énergie. Et une folle aventure dans un robuste camion !

Back to the 10’s ! Episode 2

Que ce soit à la télé, dans les magazines, ou les réseaux sociaux, vous n’y échapperez pas : vous aurez une rétrospective de ce qui a marqué la décennie 2010. Hé bien, nous avons beau être libraires, nous sommes humains, nous aussi. Voici donc un petit florilège des 10 années écoulées et cela tombe bien puisque, peu ou prou, cela correspond aux années d’activités de la librairie !

Alors coupons court à la polémique. Oui, la prochaine décennie ne démarre qu’en 2021, mais tant pis ! Fusionnons nos 10 années civiles et les 10’s !

Enfin, rendons à César ce qui est à César. J’emprunte le concept global de ce best-of au magazine Première dont le hors-série a eu la bonne idée de mêler palmarès, box-office et coups de cœur. Donc moi aussi !

Vous trouverez donc le Grand Prix du Festival d’Angoulême (décerné fin janvier), le Prix de la Meilleure BD des Utopiales (décerné fin octobre), le Grand Prix de la Critique de l’ACBD (décerné début décembre), notre meilleure vente à la MLN (en nombre d’exemplaires jusqu’au 31 décembre) et mon coup de cœur subjectif de l’année écoulée.

 

 

 

2011

Grand Prix du Festival d’Angoulême :

5000 km par seconde / M.Fior / Atrabile

Allez, un petit moment d’ego-trip ! La sortie discrète de ce petit album chez Atrabile ne m’avait pas empêché de le repérer et de grandement l’apprécier à sa sortie. Alors quelle sensation de fierté (déplacée, certes) lorsque, sur place au festival d’Angoulême, les hauts parleurs annoncent les résultats et que des confrères se posent la question « Mais qu’est-ce que c’est que cet album ? ». « Moi, je sais… ». Et j’aime toujours cette étrange histoire d’amour…

Prix de la Meilleure BD des Utopiales :

Château de sable / P.O.Lévy & F.Peeters / Atrabile

Premier paragraphe d’honnêteté : j’étais passé à côté de cet album. Il avait pourtant tout pour plaire, un auteur qui trouve ses marques graphiques définitives, un scénario déroutant… Je ne l’ai lu que beaucoup plus tard. L’aurai-je primé ? On ne le saura jamais…

Grand Prix de la Critique de l’ACBD :

Polina / B.Vives / Casterman

La rareté des BD sur la danse le plaçait déjà dans un cadre bien particulier. Mais la grâce avec laquelle Vives retranscrit les mouvements chorégraphiés ou naturels, la musique, le tempo, place cet album au-dessus de la mêlée. Enfin, l’ambiguïté et l’âpreté des rapports humains entre élèves, professeurs et amis étaient les derniers arguments pour que cette histoire soit marquante. Et, non, je n’ai pas vu l’adaptation cinéma.

Meilleure vente à la MLN :

Portugal / C.Pedrosa / Dupuis

Entre la librairie et Cyril, c’est une longue histoire d’amour ! Alors qu’il était encore à travailler sur ses planches, Cyril Pedrosa sentait déjà que son album serait hors du commun. Nous aussi ! Il nous a donc fait confiance pour notre premier événement king size ! Exposition, chorale, dédicace, rencontre VIP, ex-libris… Portugal a eu droit à tous les égards. Normal pour un album d’exception !

Coup de cœur :

Les Ignorants / E.Davodeau / Futuropolis

Pourquoi celui-ci ? Parce que c’est une ode à la passion ! C’est un modèle d’engagement. C’est l’album qu’il faut offrir à ceux qui ne connaissent pas la BD, à ceux qui ne savent pas reconnaître deux bouteilles de vin. C’est un album qui se laisse siroter lentement doté d’une liste de suggestions à suivre les yeux fermés.

Back to the 10’s ! Episode 1

Que ce soit à la télé, dans les magazines, ou les réseaux sociaux, vous n’y échapperez pas : vous aurez une rétrospective de ce qui a marqué la décennie 2010. Hé bien, nous avons beau être libraires, nous sommes humains, nous aussi. Voici donc un petit florilège des 10 années écoulées et cela tombe bien puisque, peu ou prou, cela correspond aux années d’activités de la librairie !

Alors coupons court à la polémique. Oui, la prochaine décennie ne démarre qu’en 2021, mais tant pis ! Fusionnons nos 10 années civiles et les 10’s !

Enfin, rendons à César ce qui est à César. J’emprunte le concept global de ce best-of au magazine Première dont le hors-série a eu la bonne idée de mêler palmarès, box-office et coups de cœur. Donc moi aussi !

Vous trouverez donc le Grand Prix du Festival d’Angoulême (décerné fin janvier), le Prix de la Meilleure BD des Utopiales (décerné fin octobre), le Grand Prix de la Critique de l’ACBD (décerné début décembre), notre meilleure vente à la MLN (en nombre d’exemplaires jusqu’au 31 décembre) et mon coup de cœur subjectif de l’année écoulée.

 

 

 

2010

Grand Prix du Festival d’Angoulême :

Pascal Brutal T.3 / R.Sattouf / Fluide Glacial

Première entrée de Riad Sattouf dans ce classement et pas la dernière, le jury d’Angoulême a décidé de couronné le Riad Sattouf moqueur et impertinent. Nul ne le sait encore vraiment, mais l’auteur va aller bien au-delà de ce récit humoristique…

Prix de la Meilleure BD des Utopiales :

Derniers Jours d’un Immortel / F.Vehlmann & G.de Bonneval / Futuropolis

SF oblige, ce récit parle tout autant de notre société contemporaine que de notre futur. Dans un monde où la mort où ne recouvre plus les mêmes réalités, où plusieurs peuples coexistent, comment envisager une cohabitation harmonieuse. Sobre, touchant, profond, cet album impose son rythme et son indispensable présence dans vos bibliothèque.

Grand Prix de la Critique de l’ACBD :

Asterios Polyp / D.Mazzuchelli / Casterman

Le très grand et trop rare Mazuchelli ! Celui de Batman Year One, de Daredevil Born Again mais aussi de Big Man ! Le parcours d’Asterios tant physique que mémoriel, avec ses soubresauts, ses accélérations, son intériorité, capte le lecteur pour ne pas le lâcher. Et que dire des trouvailles graphiques pour exprimer la vision de chaque protagonistes ? ! Non, vraiment un gros gros coup de cœur.

Meilleure vente à la MLN :

Troll de Troy T.14 / C.Arleston & JL.Mourier / Soleil

Malgré des rayonnages quasi-vides et des piles modestes (on regrette presque cet instant de frugalité éditoriale à présent), les lecteurs sont au RDV pour notre premier Noël d’indépendants. Et c’est une valeur sûre du divertissement qui arrive en tête des ventes !

Coup de cœur :

Lydie / Zidrou & J.Lafebre / Dargaud

C’est avec cet album que Zidrou s’est révélé en tant que scénariste complet. Jusqu’ici remarqué pour ses histoires humoristiques et jeunesses, il avait déjà commencé à titiller ma curiosité avec La vieille dame qui n’avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien. Avec Lydie, il va bien au-delà et parvient à émouvoir le lecteur par un récit émouvant, si tendrement humain, optimiste mais qui n’a pas peur d’aborder le deuil, la tristesse, la perte… J’entrevoyais alors de possibles pépites à venir : le futur allait me donner raison.