Coups de coeur

Portrait d’un buveur (et c’est pas moi)

La boisson, la picole, la biture, l’alcool à l’excès , quel magnifique programme en perspective, on va se la mettre à l’envers comme c’est pas permis. Si d’habitude on vous parle de modération, profitons du Portrait d’un buveur de Olivier Schrauwen et Ruppert & Mulot, dans la collection Aire-libre des éditions Dupuis.

Tout d’abord, je ne vous cache pas ma déception par le flop que j’ai fait fin 2018 avec le précédent album de Ruppert & Mulot, Soirée d’un faune à L’Association. J’y croyais à mort, j’étais persuadé qu’une nouvelle fois, leur idée originale susciterait de la curiosité, mais voilà, le rendez-vous, si il a eu lieu, ne se tenait pas chez nous, à la Mystérieuse.

Et pourtant, imaginez-vous rentrant tranquillement à la maison avec votre dernier achat de BD sous le bras, vous vous installez bien confortablement, et vous déplier l’équivalent d’une carte routière à vous en désarticuler les bras.

 

Cela ressemble à un beau merdier, présenté comme ça, non ?! Et non seulement il y a plein de monde, mais ils ont réussi à y coller un hélicoptère, et comme toute « carte routière » qui se respecte, l’histoire est recto/verso.

Ces auteurs ne travaillent pas toujours en duo, et ne font pas que des livres « objet » mais quand ils s’y mettent, ils me ravissent. Ils ne se baladent pas toujours, que chez des éditeurs indépendants, ils font des petites incartades chez les plus gros, et concernant Dupuis, c’est chez cet éditeur qu’une partie du grand public les a découvert avec La grande odalisque et Olympia, en collaboration avec un petit jeune du nom de B. Vives, mais peut-être n’en entendrez-vous jamais parler.

Revenons à notre poivrot.

Un peu de respect messieurs-dames, il a un nom, il s’appelle Guy, il n’a de cesse de vous le chanter (ou hurler) au creux de l’oreille jusqu’à ce que vous craquiez pour lui payer un verre, peu diront de lui que c’est un joyeux drille, mais beaucoup diront qu’il est lourd, pesant… imbuvable, c’est un comble !

A ce stade on ne voit que ses errances nocturnes, comme tant d’autres ont pu vaquer de bar en bar jusqu’à plus soif, pardon, dans cet état on dit pussssouaafff. Mais Guy n’en est plus au simple stade de soiffard, jovial ou non. Son addiction est telle qu’elle le pousserait aux pires actions pour assouvir sa soif, du plus simple vol au pire meurtre crapuleux (c’est un meurtre où vous faites une sieste juste après).

Tout cela n’était qu’une simple introduction, une mise en bouche, Guy a une vie figurez-vous, il est maître charpentier dans la marine, et c’est entre deux campagnes en mer qu’il se permet de faire la bringue. Dans son quotidien, nous voyons les séquelles de l’alcoolisme, lorsqu’il n’a pas sa dose, il est sujet de crise de delirium tremens, ses gestes manquent d’assurance. Sa personnalité aussi varie selon son taux d’alcool dans le sang: du bravache soiffard ne reste nulle trace lorsque le sobre et pleutre charpentier reprend sa place.

Guy ne va pas être seul dans son périple, l’expression populaire, c’est bien avoir un cadavre dans son placard, ben avec Guy, c’est une sacrée penderie que vous visiterez. 

Si j’ai dit précédemment qu’il était prêt à aller jusqu’au meurtre, il y a aussi les dommages collatéraux, et toutes ces victimes se retrouvent spectateurs de le vie de Guy, dans une espèce de non-monde, séparé du notre par un simple rideau.

On perçoit la frustration qu’ils peuvent ressentir lorsqu’ils se rendent compte combien Guy traverse la vie sans rendre de compte à qui que ce soit, sa lâcheté, sa traîtrise et la moindre de ses frasques restent toujours impunies.

L’approche graphique vous paraîtra peut-être singulière, l’alternance des cases en couleur et celles qui vous sembleraient des cases préparatoires lui donne un charme fou.

J’ai pris autant de plaisir à lire ce livre que ce petit bijou qui se cache au fond de la librairie, l’alcool en moins, ou plus modérément (ça y est, il l’a dit ! Et pourtant je ne voulais pas jouer au consensuel), ce petit chef-d’oeuvre En mer de Drew Weing aux éditions çà & là, qui garde en commun le périple maritime et le poids de la vie sur les frêles épaules de nos personnages de bande dessinée.

Oh, oh, oh, oh, la BD à l’Italienne…

Hello chers amis lecteurs, en ce début d’année on peut dire que l’actualité met l’Italie en avant, et  si ce sont plutôt les relations politiques franco-italiennes qui font la une de l’information, gardons un peu plus de légèreté afin de découvrir que l’édition de la Bande Dessinée Française fait la part belle aux auteurs Italiens. Voici donc quelques morceaux choisis des nouveautés de ce début d’année 2019.

Tout d’abord Sissi, une femme au-delà du conte de fées, Giorgia Marras, éditions Steinkis. Cet album a été réalisé au cours d’une résidence de l’auteur à Angoulême, cela ne vous apport rien de plus que de le savoir. Il est amusant d’avoir l’occasion de le lire alors que l’année dernière les éditions Dargaud ont publié Charlotte impératrice, le premier tome d’une nouvelle série de Fabien Nury (Il était une fois en France, La mort de Staline…) et mise en images par Matthieu Bonhomme (L’homme qui tau Lucky Luke, Le marquis d’Anaon, Messire Guillaume…). pourquoi amusant ? Tout simplement que le fait d’avoir deux biographies consacrées à ces deux belles soeurs, se différencient qu’en fonction du choix des auteurs d’avoir choisie l’une l’autre, dans les deux cas, la « garce » c’est « l’autre ». Blague à part, il vaut mieux effectivement avoir lu les deux pour garder une certaine objectivité sur leur personnalité.

Cependant Giorgia Marras relate la vie de Sissi en tenant compte de la perception de ses contemporains, que ce soit la noblesse, mais la population également et ce, qu’ils soient Autrichiens ou Hongrois, les implications n’étant pas les mêmes.

Outre la part biographique et historique, c’est surtout sur sa personnalité que nous allons nous attarder. De part ses origines et sa condition, son intégration dans la famille impériale ne va pas se faire aisément. Elle arrive néanmoins à ne pas être le jouet des intérêts de chacun, y compris de l’éducation de ses enfants, car son fils, l’héritier, sera amené à être non seulement un chef d’état mais aussi un chef de guerre, mais elle arrive à reprendre en main son éducation afin qu’il soit un homme de son temps et non un esprit formaté.

Nico et le coeur de Cronos, Edoardo Natalini, éditions Akiléos. Nous n’avons jamais caché l’intérêt que nous avons pour cette maison d’éditions, et avec les deux titres que je vais vous présenter cette fois, l’originalité est encore au rendez-vous.

Cet album est une histoire accessible pour un jeune public, un récit complet, ce qui je le sais en satisfait plus d’un aujourd’hui. C’est un récit Fantastique, avec des créatures étranges, une confrontation entre deux civilisations.

Nico est membre de la tribu des Crooks, mais n’est pas physiquement tout à fait comme ses congénères. Alors qu’ils sont plutôt petits, la peau blanchâtre, les yeux noirs profonds ainsi que les cheveux noirs de jais, lui est grand, les cheveux roux, les yeux clairs. Ces différences font qu’il a été marginalisé, on le cantonne à la frontière afin de surveiller d’éventuelles incartades des humains sur leur territoire, à lui la charge de les effrayer muni de son habit de Krampus, une créature effrayante qui tient les intrus à distance.

Une chance pour lui, c’est qu’il est l’ami du fils du chef, Shinn, trop content d’avoir un ami rigolo, car trop bizarre physiquement, et qui lui ramène des objets du monde des humains, et plus précisément des jouets. Seulement un raid éclair parvient à franchir la frontière et kidnappé le jeune Shinn.

Nico par seul à l’aventure tenter de sauver son ami. Il va passer la frontière, découvrir un monde inconnu à lui, croiser le chemin de soldats qui en ont assez des combats incessants, de voir leurs camarades tombés et ont décidé de déposer les armes. Il semble également qu’il y ait un problème avec le Jour, ou la Nuit, dans tous les cas il règne une drôle d’ambiance. 

Voici une aventure foisonnante, de personnages, d’idées et de surprises.

Toujours chez Akiléos: Emma Wrong, de Lorenzo Palloni & Laura Gugliemo.

Un bon polar cela vous tente ?

Les recettes les meilleures peuvent parfois être les plus simples, un huis-clos, un casting comme Agatha Christie était capable de nous les pondre, un contexte particulier impliquant que les personnages ne sont pas aussi libres de leurs mouvements tels qu’ils pourraient l’espérer.

Emma Wong, cette belle et grande jeune femme débarque trois jours avant le premier essai nucléaire sur le sol américain en plein coeur du désert du Nevada, dans un motel à proximité du site, où quelques touristes sont venus assister à l’événement (ATTENTION !!! L’abus d’exposition aux radiations des essais nucléaires est dangereux pour la santé, du moins une étude est en cours). Emma vient dans un but bien précis, elle poursuit l’homme qu’elle aime, un problème… elle ignore à quoi il ressemble. Michaël, elle connait son nom, elle connait son étreinte, ils ne sont pas des inconnus l’un pour l’autre, mais Michaël est un espion ! Après avoir passé un bout de chemin ensemble, Michaël a repris son indépendance, surtout afin de préserver sa compagne des risques de représailles, et puis ses missions l’amène aux quatre coins du monde, toujours sur la brèche. 

Mais Emma a décidé de n’en faire qu’à sa tête, et bravant tous les dangers, elle suit son amour sans cesse, sur tous les terrains, quels que soient les circonstances et les risques encourus. Dans sa course effrénée, elle ne se trompe quasiment jamais et talonne Michaël, et aujourd’hui, elle est convaincue de sa présence dans ce motel.

Un cadavre flotte au beau milieu de la piscine: que s’est-il déroulé au cours des trois derniers jours, quel casting se cache derrière le florilège de personnages présents, du couple américain idéal ou idéalisé, aux migrants clandestins qui bossent en cuisine, c’est l’Amérique dans toute sa splendeur et se décadence qui se tient devant nous.

Le charme du dessin et de la colorisation renforce cette ambiance de polar cinématographique des années 50′ avec une luminosité radicale dont bénéficie ce désert exposé au soleil implacable. Vous aussi soyez les bienvenus au Hot Rock motel !

This is the end my friend, et quoi de mieux qu’un bon Western Spaghetti pour finir cette présentation: Kids with guns, Capitan Artiglio (Julien Cittadino), éditions Casterman.

Kids with guns ! Après Negalyod, également aux éditions Casterman, on va se dire qu’il n’y a rien de plus normal maintenant d’avoir des Westerns avec du dinosaure à toutes les sauces.

C’est un premier tome d’un nouveau titre que l’on peut conseiller pour adolescents/adultes, une histoire très déjantée, tout dans la finesse, trois frangins, desperados de profession, il viennent trouver refuge dans ce rade isolé au milieu de nulle part. 

Ces trois visages ne vous seront pas inconnus, très fortement inspirés du bon, la brute et le truand. Ah ! Au fait,ils ne sont pas trois, mais QUATRE, le plus jeune a oublié de présenter sa fille à ses deux tontons, à leur grande surprise, le jeunot à adopter une gamine qui l’accompagne partout maintenant et qui va se montrer foutrement douée pour le maniement des flingues et une prédisposition pour flinguer son prochain.

On aura le droit d’avoir notre petite dose chamanique, c’est pas parce que l’on vous a déjà collé des dinos que l’on ne peut pas pousser la plaisanterie encore plus loin, non ?!

Vive l’Italie ! Vive le cinéma ! Vive Roberto Benigni ! Vive les Fumetti !

Un début 2019 très artistique

L’art est mis à l’honneur et ce grâce à deux artistes de talent: Christian Lax qui sort le nouvel album de la collection issue du partenariat Futuropolis & Le musée du Louvre, Une maternité rouge. Taiyô Matsumoto quant à lui présente un titre chez Kana en lien avec l’art, éveil. Il est mis à l’honneur à l’occasion de l’exposition d’Angoulême, l’éditeur Kana publie le troisième et dernier volet de: Le rêve de mon père. Une édition à tirage unique de sa série Number 5 en deux intégrales. Pour ne pas être en reste, Delcourt vient de réimprimer Amer Béton et début février représente, dans une collection « prestige », Ping Pong. Que des bonnes nouvelles.

Les derniers récits de la collection Futuropolis et Louvre éditions m’avaient pleinement satisfait, Naoki Urasawa avec Mujirushi, Le signe des rêves et Taiyô Matsumoto et ses Chats du Louvre. Et si d’autres auteurs avant eux m’avaient séduits comme Liberge, De Crécy, M.A.Mathieu, je dois bien reconnaître que Christian Lax vient de marquer un grand coup avec Une maternité rouge.

En choisissant une histoire qui met en avant le pavillon des sessions, consacré aux arts d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques, Christian Lax peut développer son récit sur plusieurs points. En premier lieu nous sommes témoins du « pillage » dans les années 60′ des oeuvres culturelles qui ont quitter leur terre d’Afrique pour finir dans les musées occidentaux. Nous enchaînons avec Alou, jeune Malien d’aujourd’hui, qui gagne sa vie en revendant le miel qu’il récolte de manière traditionnelle et ancestrale. Respectueux de l’enseignement de son art il vénère les gestes transmis et respecte ses dieux, mais ce n’est pas au goût des membres de l’état islamique qui fait régner la terreur et détruit toute trace culturelle qui ne correspond pas à leur vision du monde.

De cette rencontre explosive rejaillit un autre témoignage de ces ancêtres, une sculpture Dogon d’une figure de maternité, et l’un de ses aînés va lui confier la tâche de l’amener au musée du Louvre afin qu’elle retrouve une de ses soeurs qui y ait déjà exposée et qu’elle échappe ainsi au massacre culturel. Son chemin sera celui des migrants qui continuent de faire la une des journaux du mondes entiers, qui bravent mille périls avant d’échouer sur nos côtes. Nous croisons avec lui la route de ceux qui partagent ces périls, les volontaires et les associations qui leur apportent leur aide dans les camps de fortune, en l’occurrence sur les bords de seine aux abords du musée du Louvre.

Une nouvelle fois Christian Lax est en mesure de mettre en valeur une profonde humanité au coeur de son récit, son dessin nous dépayse dès les premières planches, nous partageons la quête de Alou, de la majestuosité d’un baobab au coeur du désert, auquel il rend hommage avant d’y prélever son miel, jusqu’à la terreur de la traversée à bord d’un frêle esquif perdu dans les méandres incertains de la mer Méditerranéenne, ne sachant pas qui arrivera vivant au bout du voyage.

Taiyô Matsumoto

Ce n’est pas la première fois que j’essaye du vous convaincre de l’intérêt ou ne serait-ce que la curiosité qu’il faut porter à cet auteur, mais quand l’actualité me donne une nouvelle fois l’occasion d’en faire des tonnes, il n’y a pas besoin de me pousser trop fort.

éveil, une histoire publiée dans un format équivalent à nos format franco-belge classiques (24*32 cm environ) couverture cartonnée, mais qui se lit dans le sens de lecture original de l’oeuvre. C’est une histoire complète qui va se dérouler au sein d’une tribu, constituée notamment de sculpteurs et de danseurs.

Les danseurs sont en charge de communiquer avec les divinités, mais celles-ci ne répondent à leur appel que si les danseurs portent des masques cérémoniels qu’elles reconnaissent dignes d’elles. Le problème, c’est qu’aujourd’hui, la cérémonie ne fait pas écho aux oreilles des divinités.

C’est Tsubaki qui a été désigné pour réaliser les masques des danseurs, le sculpteur désigne son successeur, et c’est son plus jeune fils qui a hérité de sa charge, mais cela irrite les danseurs, à leurs yeux seul Yuri, le fils aîné, a les faveurs des dieux, arrive à les percevoir et à les sensibiliser au travers de ses créations misent en scène dans les danses. Seulement Yuri est hyper sensible, il appréhende le monde extérieur et n’ose s’aventurer en-dehors de sa maison ou de son atelier, ce qui ne l’aide pas non plus à s’intégrer au sein du groupe.

éveil est un récit initiatique, onirique et plein d’autres choses en « ique » genre magnifique, merveille artistique ou Mr Boombastic… 

L’autre perle est le dernier tome de sa trilogie, Le rêve de mon père, toujours chez Kana.

Nous sommes au début des années 90′ Shigeo vit seul avec sa mère, nous sommes à l’approche des grandes vacances et parce qu’elle a besoin de temps pour elle, Shigeo va devoir aller vivre quelques temps avec son père Hanao.

Hanao a passé la trentaine mais reste ancré dans son rêve d’intégrer la fameuse équipe des Giants, la meilleure équipe du circuit de Base Ball au Japon et ce malgré son âge avancé pour une carrière professionnelle. En attendant il fait parti de l’équipe du quartier, entraîne les enfants et les adultes au moyen de ses idées les plus farfelues, mais il n’empêche que malgré tout, ses talents sont indéniables et Shigeo ne peut que constater l’aura dont bénéficie son père. 

Shigeo fait tout autant montre d’intelligence et de précocité que son père Hanao semble être bête, pour ma part je préférerais dire qu’il est naïf face à la vie et agit dans la spontanéité de ses envies. Leur relation va être des plus tumultueuse, Shigeo se sentant l’obligation d’endosser la responsabilité de faire tourner la baraque comme il se doit.

Ce qui est touchant dans cette histoire, c’est entre autre chose, comment la perception de Shigeo évolue et ce dès le premier tome, le regard sur son père change malgré lui, il aimerait pouvoir garder son oeil critique et réprobateur vis à vis de son père, mais l’amour filial resurgit malgré tout. Après Sunny, Taiyô Matsumoto nous enchante une nouvelle fois sur la vie perçue par le regard d’enfants.

Et comme je le disais vous pouvez bénéficier des nombreuses rééditions ou remises en avant de ses différentes histoires.

 

 

 

Des albums « myosotis »…

Pourquoi myosotis ? Parce que cette fleur a pour surnom anglais « Forget-me-not » et ces trois albums perdus dans le maelstrom des grandes nouveautés eux non plus ne doivent pas être oubliés. Un titre tiré pas les cheveux ? Qu’importe, je n’en avais pas d’autres (et puis c’est cohérent pour un chevelu) !

Commençons pas un onirisme échevelé (je file la métaphore) avec « Le Dieu Vagabond » de Fabrizio Dori, paru aux éditions Sarbacane. Eustis raconte à qui veut bien l’écouter ou lui donner son vin quotidien qu’il faisait partie de la thiase, le cortège Dionysiaque de l’Age d’Or. Une malencontreuse poursuite après une nymphe effarouchée lui voua la colère d’une déesse sévère et l’errance sur Terre. Plus de 2500 ans de punition, tout de même… Toutefois, ce vagabond rêveur dit-il la vérité? Est-il un ancien satyre éloigné des siens ? Un simple rêveur ? En tout cas, certains de ses voisins tentent le pari de le croire et l’accompagnent dans sa quête de rédemption. Ils leur faudra braver les enfers, rêver leur vie et se réconcilier avec les trois figures divines de la Lune ! L’Odyssée, en comparaison, n’était qu’une partie de rigolade !

Fabrizio Dori impose en quelques pages un style très marqué, rejeton incroyable de l’esthétique grecque revue par le prisme de Klimt et/ou des impressionnistes. Ses planches doivent autant à Mucha par leur construction qu’à Van Gogh pour ses couleurs changeantes. Avec une connaissance fine des mythes antiques et des mystères dionysiaques, il habille son intrigue sans imposer son savoir. Et surtout, comme Pan, les silènes et les ménades, il nous mène, enjoués, au fil des pages, alternant joie, peine, émotion et rire. Laissez-vous, vous aussi, entraîner dans cette sarabande graphique !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On change radicalement d’ambiance avec le tome 1 de « Virus » de Sylvain Ricard au scénario et Rica au dessin, le tout aux éditions Delcourt !

Alors, bien sûr, on aimerait un petit avertissement du style : « Attention, toutes ressemblances avec des situations réelles seraient fortuites. Ne vous inquiétez pas c’est de la fiction« . Pas du tout ! Au contraire même : un copieux dossier final nous rappelle (de manière un peu anxiogène) la réalité des expériences militaires sur les virus. On y apprend les tâtonnements de la science, les visées stratégiques, les excuses préventives qui additionnés donnent un cocktail délétère. Dans ce récit, un scientifique porteur d’un virus génétiquement modifié, hautement pathogène et dans bien des cas mortel se retrouve dans un lieu confiné… mais surpeuplé ! En effet, il s’est sciemment rendu à bord d’un bateau de croisière en partance pour les Etats-Unis. Les autorités sont au courant, les hautes instances savent la dangerosité de ce virus sorti de son laboratoire. Que se passera-t-il lorsque la nouvelle en même temps que la maladie se répandra sur la population ? Combien d’individus seront sacrifiables pour sauver la société ? Pour sauver le président ? Ce thriller dont le tome 2 est annoncé pour la fin de l’année se lit d’une traite. Avec une légère suer froide dans le dos…


 

La Révolution française de 1789, bien qu’étant un tournant marquant de l’histoire de notre pays, a été peu explorée en bande dessinée. Alors que l’on ne compte plus les récits napoléoniens, que les deux guerres mondiales sont jalonnées de nombreux albums de qualité, la fin du 18ème siècle est abordée timidement et jamais de manière pérenne. Pourquoi ? Est-ce une période trop riche en événements ? Trop complexe dans ses rouages politiques ? Trop « sacrée » pour que la BD s’en empare avec ses gros sabots réducteurs ? Peut-être un peu de tout ça sans doute.

En tout cas, Florent Grouazel et Younn Locard comblent talentueusement une lacune avec « Révolution« publiée aux éditions Acte Sud/L’An 2. Dans le premier tome de cette trilogie sobrement titré « Liberté », les auteurs nous plongent sans fards dans le tumulte populaire. Le peuple a faim, il ne supporte plus les injustices qui l’accablent et le moindre changement politique est vu comme une trahison. L’insurrection est proche et la noblesse, qu’elle soit proche du roi ou au contraire mise à l’écart, rajoute de l’huile sur le feu avec ses interminables manigances. Seuls les députés peuvent encore jouer d’une quelconque influence alors que le Tiers Etats songent à prendre les armes.

Les auteurs ont choisi d’associer personnages historiques avérés et figures de fiction afin de nous rendre témoins de tous les bouleversements en jeu du haut en bas de cette société. A travers trois lignes d’intrigues qui se croisent, nous voyons l’inéluctable révolution se mettre en branle. Tout d’abord, Marie et Louise deux jeunes filles issues des classes populaires, ballottées par les émeutes ; Abel de Kevélégan, frère du député Augustin de Kervélégan, qui ne connait rien à la politique et débarquant de sa province découvre un Paris foisonnant autant enivrant que dangereux; enfin Jérôme Laigret, noble désargenté, œuvrant dans l’ombre pour la destitution du Roi avec peu de succès…

Je vous encourage très vivement à découvrir cette fresque historique de haute tenue !

[Au moment où je conclus ces lignes, j’apprends que simultanément Glénat et Delcourt lancent des séries se déroulant durant la Révolution. Patience…]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour en terminer avec les myosotis, je vous encourage à découvrir ou redécouvrir les œuvres de Kenji Tsuruta (auteur de Forget-me-not, vous suivez ?) : l’Île errante et les aventures d’Emanon

Ambiance Steampunk

L’univers Steampunk (mouvement culturel qui mêle l’esthétique et la technologie du XIXème siècle à des éléments de science-fiction) a toujours été un univers qui me fascine aussi bien pour sa richesse que pour son esthétique soignée. Il se dégage un charme et une chaleur dans ces mondes utopiques et tout est encore possible grâce à la science. Marchant dans les pas de Tesla et Jules Verne, ces récits cachent souvent une grande aventure faisant de chaque lecteur un aventurier au sens noble du terme.

Voici un petit florilège de titres sortis cette année correspondant à cette univers riche et varié :

Les 3 Fantômes de Tesla – Tome 2 – de Marazano et Guilhem Bec chez Le Lombard

Tesla, Edison… et un univers Steampunk. Il vous en faut vraiment plus pour craquer pour cette série ? Il y a tout ce qu’il faut pour plaire au amateur du genre. Un petit bijou de Bande Dessinée tout simplement. Le premier tome était déjà super, le second continue de manière brillante. Guilhem Bec fait une fois de plus des étincelles du bout de son crayon et nous entraîne dans ce récit rempli de mystères.
Pour rappel voici notre chronique du tome 1 : http://www.mysterieuse-librairie.fr/co…/3-fantomes-de-tesla/

 

M.O.R.I.A.R.T.Y  – Tome 1 – de Fred Duval, Jean-Pierre Pecau et Stevan Subic chez Delcourt
Élémentaire mon cher Watson ! 

Cette histoire pourrait suivre l’histoire de Moriarty l’ennemi juré de Sherlock Holmes, si le titre n’avait pas des points entre chaque lettre. Pourquoi le mot est-il découpé ainsi ? Ici il s’agit bien d’enquêtes menées par le grand détective qui doit résoudre le mystère qui touche un certain Mr Hyde. Mais James Moriarty n’est jamais loin. Et c’est parti pour une série de diptyques des plus réussis. Au scénario, on retrouve le duo de choc Fred Duval et Jean-Pierre Pecau(Jour J et bien d’autres…) pour une plongée dans l’univers steampunk et victorien de ce Sherlock Holmes. Au dessin, c’est Stevan Subic qui de son trait fin et précis impose son univers sombre et mystérieux qui convient à la perfection au récit. Le tout mis en couleurs par Scarlett Smulkowski qui apporte à l’atmosphère et l’ambiance du récit. Et n’oublions pas de citer Nicolas Siner qui signe cette magnifique couverture qui ne manquera pas de capter votre attention. Une excellente relecture.

Dream Factory – Tome 1 – de Jérome Hamon et Suheb Zako chez Soleil (dans la collection Méthamorphose) :

 

Signé par le prodigieux dessinateur Suheb Zako, qui nous émerveille avec son dessin tout droit sorti d’un film d’animation. Un coup de crayon qui dégage beaucoup d’émotion et de poésie. Une petite bulle de douceur dans ce monde mécanique. Jérôme Hamon quant à lui vous transporte du bout de sa plume dans un univers mystérieux où deux enfants livrés a eux-mêmes doivent survivre en travaillant pour manger. Mais le jour où la sœur aînée ne va pas pouvoir se rendre à l’usine, c’est son petit frère normalement trop petit pour travailler qui va prendre sa place. Mais il va disparaître le même jour. Que lui est-il donc arrivé ? Et qui sont ces gens très étranges qui dirigent cette mystérieuse usine ? 
Voila un bel exemple de BD à partager en famille. Elle ravira aussi bien les petits que les grands.
Le seul risque c’est qu’à la fin vous ayez trop envie de lire le tome 2.

Lady Mechanica – Tome 5 – de Joe Benitez, Martin Montiel et Chen chez Glénat Comics :

C’est beau, c’est tellement beau que juste pour le dessin je craque complètement pour cette série. Joe Benitez est un amoureux de l’univers Steampunk et se fait plaisir au détour de chaque cases pour en mettre un peu plus. Les couvertures sont énormément travaillées, mais ne sont qu’un avant goût de ce que l’on découvre graphiquement à l’intérieur. Visuellement c’est la série la plus aboutie du genre. Côté histoire on suit la jeune Lady Mechanika qui tient son nom de ces membres artificiels. Elle a subi de nombreuses modifications qui font d’elle une détective hors pair. Elle fait d’ailleurs souvent la une des journaux. Mais sa grande énigme à elle est de découvrir qui elle était avant cette transformation, d’où elle vient et surtout qui lui a fait ça ? Les 2 premiers tomes sont une histoire en 2 volumes ensuite chaque album est un récit complet. C’est un condensé d’action qui brille de tous les côtés. Les Jeux vidéos ont Tomb Raider, le comics a Lady Mechanika.