Vous allez vibrer, frémir, pleurer, rire…

Nous continuons à recevoir plein de nouveaux titres et les surprises s’enchaînent, il y a de quoi s’en prendre plein les mirettes, de découvrir ou redécouvrir certains des sujets abordés, bref de passer de sacrés moments de lecture encore une fois.

Les temps retrouvés, Kei Fujii & Cocoro Hirai éditions Ki-oon collection Latitudes

Un premier tome pour une histoire en 2 parties, de quoi faire vibrer votre petit coeur, une belle histoire d’amour entre deux retraités au pays du soleil levant. 

Lui c’est Ippei, il est veuf, son fils aîné vit chez lui et tient une supérette de quartier avec sa femme, la situation n’est pas aussi florissante qu’ils l’espéraient ce qui entraîne quelques petites tentions au sein de la famille. Les enfants ne comprennent pas que le grand père ne veuille pas sacrifier son plan retraite pour les aider financièrement, lui de son côté trouve qu’il est déjà bien généreux de les héberger gracieusement, même si c’est une habitude courante au Japon que le fils aîné d’une famille s’installe dans la maison familiale ou bien reprenne l’activité paternelle.

Elle, c’est Kotoko, veuve également, elle vient d’arriver au centre Gin, un lieu d’activités et de rencontres pour personnes retraitées, pour y donner des cours de chants. Une idylle va naître entre les deux protagonistes, de façon malhabile, les sentiments seront mis à nus, mais leur âge avancé les laisse perplexes quant à se lancer dans une nouvelle vie amoureuse. Il s’en suit des rencontres et sorties variées qui vont leur permettre d’échanger leurs souvenirs de la vie de chacun, et pas seulement sur leur parcours personnel, mais leur vie amoureuse passée.

Là où le bas blesse, c’est que c’est de leur entourage que viendront les problèmes, n’y voyant là que les caprices de personnes âgées se comportant avec la désinvolture d’un enfant. Outre cette histoire touchante, on retrouve le duo Kei Fujii & Cocoro Hirai, les auteurs de Sous un ciel nouveau aux éditions Ki-oon également, mais le fait de le publier en couleurs et dans le sens de lecture occidental, permettra peut-être de lui trouver un nouveau lectorat.

Dracula, Bess adapte Bram Stoker aux éditions Glénat.

Une énième adaptation de l’un des plus grands classiques de la littérature et pas spécialement de la littérature Fantastique. Il y peu de temps les éditions Delcourt ont publié la version de Mike Mignola, l’auteur de Hellboy, à savoir que c’est à cette occasion qu’il développa son style graphique devenu une référence avec ses grands à-plats de noir. Mais pour l’heure Georges Bess est le maître aux commandes.

Georges Bess a déjà une belle carrière d’auteur, mais pour le grand public, ce sera sa collaboration ace Jodorowsky pour la série Le lama blanc qui risque fort de vous parler.

C’est avec une grande maîtrise du Noir & Blanc, des doubles pleines pages dès le début de l’album que vous vous en prenez plein les mirettes. L’adaptation est parfaite, respectant l’oeuvre originale et la mettant en valeur visuellement, le simple fait de jouer avec la polymorphie du comte Dracula renforce la terreur dans laquelle le personnage de Jonathan Harker va plonger.

Je ne vais pas vous faire l’affront de vous poser les bases de l’histoire tout de même, si ?! Un clerc de notaire, Jonathan est envoyé au coeur de l’un des territoires les plus isolés et les plus effrayants, la Pennsylvanie, (ah non ça c’est dans les Simpsons), la Transylvanie, les Carpates quoi. Sa tendre fiancée, Wilhelmina Murray, l’attend auprès de son amie Lucy, jeune fille de noble famille qui se trouve harcelée, et ce n’est pas pour lui déplaire par toute une ribambelle de prétendants.

Le client de Jonathan est un noble Slave, le comte Dracula, souhaitant venir s’installer en Angleterre et sur Londres en particulier. Nous sombrerons dans le milieu de l’aliénisme car l’on ne ressort pas indemne d’une telle rencontre, le prédécesseur de Jonathan Harker, le sombre Renfield en a subit les conséquences et est soigné par l’un des prétendants de Lucy.

Si après ça vous souhaitez continuer à lire du grand classique dans le genre de l’Horreur et du Fantastique, enchaînez avec Frankenstein de Mary Wollstonecraft Shelley illustré par Bernie Wrightson, un autre grand maître du Noir & Blanc édité en France aux éditions Soleil.

Miles et Juliette, Salva Rubio & Sagar, éditions Delcourt.

Même pour les néophytes Miles Davis est connu pour être une référence en matière de Jazz, on sait que c’est particulier et qu’on l’entend moins souvent que les autres grands noms. 

Il les a côtoyés Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Billie Holiday, il leur doit ses premières armes, mais sa rigueur et sa droiture dans son approche de la musique ne va pas de paire avec le monde du Jazz où bien des musiciens sont tombés. Alors qu’il fait bande à part, à la recherche de son Son, une sonorité nouvelle, hors du commun, ne se rattachant à aucun des genres l’ayant précédé. On lui reproche de ne pas avoir su prendre soin de son mentor Charlie Bird Parker, trop défoncé pour assurer la tournée, ses sets sur scène, c’était trop pour le jeune Miles, il ne peut assumer d’être spectateur de la déchéance de son maître ainsi que son manque de rigueur professionnelle.

C’est dans ce contexte, alors qu’il regroupe atour de lui des musiciens capables de le suivre dans son génie créatif, qu’il prépare enregistrement et tournée, qu’il se voit proposé un séjour à Paris lors d’un festival de Jazz, et que les organisateurs se battent comme de beaux diables afin de l’avoir sur scène.

Tous les musiciens, noirs faut-il le préciser, noirs et américains, ayant connu, et aujourd’hui encore la ségrégation, tous tombent des nus de l’accueil qui leur est réservé, ils découvrent une liberté de mouvements qu’ils ne connaissaient pas, et ils n’ont pas à subir le poids du regard et du jugement des gens qu’ils croisent dans la rue.

Derrière cette frénésie musicale et artistique se cache une drôle de bande de zouaves, ou de zazous en particulier.

Miles Davis croise Boris Vian, le trublion l’entraîne jusqu’à St Germain-des-Près, là il croise Marguerite Duras, Jean Paul Sartre, Pablo Picasso… et tant d’autres, la liste n’en finit plus, mais une apparition change tout dans l’univers de Miles Davis, elle incarne sa Lady Bird, Elle, c’est Juliette Gréco.

C’est une rencontre intense de quelques jours à peine, des certitudes qui s’effondrent, des promesses échangées, une course à la vie d’une intensité folle, ce sont toutes possibilités qui s’offrent à ceux qui vivent leur amour comme si c’était le premier et le dernier. P***** c’est beau ce que j’écris, je me ferais chialer. Non, en revanche ce qui est beau c’est l’approche du dessin offrant une intensité visuelle à la musique, et se permettant également des scènes drôles comme celle du téléphone (et oui pour la connaître celle-là il faudra lire l’album).

Chaplin en Amérique, Laurent Seksik & David François, éditions Rue de Sèvres.

Un premier tome d’une trilogie consacrée à Charlot, à savoir qu’un autre album est paru chez chez Dupuis par Bruno Bazile et Bernard Swysen, en un seul tome.

Mon coeur penche tout de même pour celui de Selsik et François, car il offre au lecteur une mise en images qui sert proprement et admirablement une retranscription du cinéma muet pour la bande dessinée. Il y a des prouesses d’ingéniosité, un mouvement en action, en bref il est terrible.

De son arrivée aux Amériques, en passant par ses débuts à Hollywood, du choix de son costume à sa première prestation, tout y passe. Alternant le ton de l’humour avec le soucis professionnel de bien monter sa carrière, nous suivons Charlie Chaplin devenir le grand Charlot.

Je le disais plus haut, le dessin de David François (David le prénom et François le nom), sert magistralement le personnage de Charlot, comme au cinéma, il crève l’écran, il joue avec les cases, avec la planche, cinéma et bande-dessinée ne font qu’un et on en redemande. Le fait que cette histoire soit prévue en 3 tomes laisse présager de s’attarder sur des moments intéressants de la vie du grand petit homme.

The Kong Crew #1- Manhattan Jungle, Eric Hérenguel, éditions Ankama.

Alors là ! C’est la grande surprise pour nous trois. La couverture est chouette, c’est sûr. Elle envoie du lourd, on sent une ambiance cinématographique, un gorille badass, comme le disait Franck Cho, auteur de comics et créateur de la série Liberty Meadows, « de toute manière mettez un singe, ça marche toujours et cela fait toujours plaisir« .

Amateurs de Road Runners, de Pin Ups, de pilotes et leur chien mascotte, de gorille géant (ben oui il n’y en a qu’un) et de tas d’autres bestioles, soyez les bienvenus.

Imaginez un peu, c’est facile il faut faire appel à votre mémoire, et quelque soit la version du film que vous ayez pu voir, du moment que King Kong finissait par débarquer à New-York. Apparemment on nous a pas montré la bonne fin du film, ils lui ont pas la pâtée, il est pas tombé du haut de l’Empire State Building et la belle n’a pas pleuré dans le creux de sa mimine, pas du tout ma bonne dame. 

C’est plutôt l’inverse, Kong est devenu le King, il s’habille en costard pattes-d’eph à paillettes, et chante Be bop a lula. King Kong domine Manhattan, il n’y a plus d’humains sur son territoire, les habitants ont fui l’île, et il est dorénavant interdit de s’y rendre.

La frontière est gardée par des pilotes émérites de l’armée américaine et leur virtuosité du pilotage n’a d’égale que leur indiscipline.

Un hydravion vient de braver l’interdit et s’est glisser aux abords de Manhattan, à son bord, un aventurier aguerri à l’exploration des territoires les plus hostiles, et affronter les plus grands prédateurs connus. L’autre passager est un scientifique qui tient à voir par lui-même l’évolution de la faune et de la flore de l’île depuis que Kong en a pris possession, il a une théorie et redoute d’avoir raison. Le tout sur un air de Rock & Roll, on lit à tombeau ouvert, la capote est relevée et on ne s’arrêtera qu’une fois en enfer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.