Le comics est à consommer sans modération

Cette rentrée nous amène que du bon en comics, Panini se fait plaisir et nous fait plaisir par la même occasion. Je me suis donc permis de faire un classement à ma sauce avec trois catégories La première Indispensable : les histoires qu’il faut avoir absolument dans sa collection, la seconde Belle découverte : les petites surprises qui valent le détour par l’originalité du scénario ou du dessin. Et la troisieme Geek : les histoires à lire pour comprendre l’univers, pour les fans qui veulent tout savoir (cette catégorie n’est pas une catégorie pour mettre toutes les mauvaise séries attention !!!)

Je commence avec du bon gros classique car Panini réimprime dans un nouveau format  Wolverine les origines, un classique pour tous les amoureux de comics et un bon démarrage pour ceux qui ne connaissent pas  l’univers du mutant. Les films sur les X-Men on rendu plus que célèbres le mutant poilu et griffu. On connait sa bonne humeur et son côté loup solitaire, mais que connait-on de ses véritables origines ? Après avoir subi cette infiltration d’adamantium dans son squelette, il a perdu la mémoire pour devenir une arme de destruction massive (histoire que l’on découvre dans l’Arme X). Mais alors, qui est vraiment Wolverine ??? Quel âge a-t-il ??? et d’où vient-il ??? Plus de 25 ans après avoir été créé, dans les pages de « The Incredible Hulk #180 » , Paul Jenkins et Andy Kubert nous dévoilent les origines du bad boy mutant. D’où lui vient son côté bestial, pourquoi a-t-il un lien privilégié avec Dent de Sabre et d’où lui vient ce surnom de Wolverine ????

Si cette saga a tant marqué les lecteurs, c’est parce que cet album est un veritable  » graphic novel  » (Roman graphique) il allie avec finesse des dialogues parfaits et un dessin original et confirme le talent de Andy Kubert. Le rapport entre l’homme et l’animal est le point fort de cet ouvrage. A classer dans les comics indispensables.

Toujours autour de Wolverine Old Man Logan sort en version deluxe. Si Batman a droit à sa vision futuriste par Miller dans « The Dark Knight Returns », Wolverine a lui aussi droit à son récit marquant. On découvre dans un futur improbable un vieux Wolverine qui n’a pas sorti les griffes depuis des années. Il est devenu un vieux fermier qui refuse de se faire appeler par son ancien pseudonyme mais prefère Logan. Il a une famille et ne cherche d’ennuis à personne. Mais dans ce futur, les super-héros ont été anéantis, seuls quelques rescapés survivent discrètement. Les super vilains ont donc dévasté le monde et des gangs de descendants de Hulk cherche des noises à notre vieux papi. Mais si Logan refuse de se battre, il se doit de protèger sa famille et va devoir accepter une mission pour la mettre à  l’abri. Pas d’inquiétude, si notre papi Logan est pacifiste, il n’a rien perdu de sa répartie légendaire et l’action est au rendez-vous. Mais quels sont les secrets  ??? Un seul moyen de le savoir, lire l’album.

Mark Millar et Steven McNiven, le duo de choc de la saga Civil War, nous livrent une saga à classer dans les indispensables sans hésiter.

Changement d’univers puisqu’il s’agit de DC cette fois avec Batman un Long Halloween, écrit à la base comme une suite directe au « Batman year one » de Miller et Mazzucchelli. Cet album se lit de manière indépendante toutefois : si vous savez que Bruce Wayne est devenu Batman suite à la mort de ses parents, hé bien vous pouvez lire cette histoire sans être perdu. Sombre et réaliste, Batman va croiser pas mal de super-vilains car le mystérieux Holliday frappe sans relâche en annonçant les dates de ses futurs crimes. Batman devra se débarraser de la mafia contrôlée par la famille Falconni. Le duo Jeph Loeb et Tim Sale frappent fort. Bien sûr, un album à classer dans les indispensables. Après l’avoir édité en version Absolute, il ressort en version luxe pour 30,00€ et, promis, ça les vaut. Ce Batman se hisse au panthéon des histoires du Chevalier Noir aux côtés de Year One, Dark Knight Returns, L’Asile d’Arkham, The Killing Joke et Silence. En 6 albums vous avez lu le meilleur de Batman. Indispensable

On continue dans l’univers DC mais cette fois ni Batman, ni Superman dans cette aventure en 2 tomes. Green lantern et Green Arrow vont faire équipe et vous pouvez me croire, ces deux-là sont à bout de nerfs. Après avoir perdu Martian Manhunter et Batman, nos compères en ont marre de jouer au gentil héros qui ne dépasse pas les limites et qui ne punit pas les super-vilains de leurs crimes. Ils vont donc monter une nouvelle Justice League avec une nouvelle charte :  frapper avant les méchants. Ne plus pleurer les mort, mais rendre Justice à tout prix. A classer dans les belles découvertes. Et en plus le dessin est somptueux.

Retour à Marvel avec Thor au nom d’Asgard. Je dirais qu’il existe deux genres d’histoires de Thor qu’il faut lire. Celles dessinées par Olivier Coipel et celles dessinées par Simone Bianchi. Ici, c’est Bianchi qui s’y colle. On peut dire que la fourrure et les petites ailes sur les casques il sait dessiner ! Vous l’aurez compris, la première raison de le lire, c’est pour le dessin et la seconde, c’est qu’il n’y a pas besoin d’être un fan absolu du Dieu Asgardien pour comprendre, car l’hstoire se déroule avant l’arrivée sur Terre de notre guerrier au cheveux or. Asgard est pris dans un hiver sans fin et les neuf royaumes en veulent à l’immortalité de leurs dieux. Thor doit assurer l’interim durant l’absence de son père. A classer également dans les belles découverte.

Un bis pour Mark Millar et Steve McNiven. Je vous disais qu’il était sur Old Man Logan mais ils sont aussi sur Nemesis. Ni dans l’univers DC, ni dans l’univers Marvel, cette histoire est hors contexte. On y découvre un super-méchant Nemesis qui traque les gentils flics. Son but est de prendre le meilleur d’entre eux et de l’humilier et le détruire psychologiquement avant de le tuer. Derrière le masque se cache… un fou obsédé par la violence mais il est extrêmement riche, ce qui lui permet d’avoir des voitures à volonté et des gadgets high-tech. Un personnage qui dérange. Après Kick Ass, voici le deuxième comics édité en France sous le label Millarworld. A noté aussi les nombreux clins d’oeil à Batman Dark Knight, le film (exemple page 42). Pour les amateurs de comics, je dirai que Millar fait du Garth Ennis. Donc avis aux amateurs. Geek 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.