Apprendre en lisant de la Bédaie.

Chers vous, oui vous lecteurs de nos coups de coeur, vous qui le lisez maintenant, et que ce « maintenant » soit au moment ou cet article vient d’être publié, ou bien que ce « maintenant » se situe dans quelques années, auquel cas il ne faut pas tenir compte de mes repères temporels évoqués dans l’article. Nous sommes à la rentrée éditoriale 2019/2020 et c’est l’occasion pour moi de remettre en avant deux/trois titres du début d’année et certains qui viennent d’arriver qui vous donne l’impression de mourir moins con, ou qui agrémenteront vos discussions d’une prochaine soirée entre amis ou chez l’ambassadeur du coin de la rue.

De la Vierge à Vénus de Patrick Chambon aux Impressions Nouvelles. (Artemisia de Nathalie Ferlut & Tamia Baudoin collection Mirages aux éditions DelcourtLa vision de Bacchus de Jean Dytar collection Mirages aux éditions Delcourt).

Soutenu par un travail graphique exceptionnel (si, si), voici un ouvrage qui nous propose un regard sur l’évolution de la peinture consacré à la représentation féminine par les peintres mais également sur le regard des spectateurs devant les tableaux. Au même titre que l’émission D’art D’art, l’approche est très accessible pour les néophytes, et permet d’éveiller la curiosité de creuser un peu plus le sujet. Je me permets par la même occasion de remettre en avant deux autres ouvrages s’inspirant pour le coup de personnages et faits réels, mais qui disséminaient quelques clés de compréhension techniques.

A la recherche de Moby Dick d’après Herman Melville, Isaac Wens & Sylvain Venayre chez Futuropolis.

C’est le 200 ème anniversaire de la naissance de Melville en cette année 2019, et les auteurs reconnaissent eux-même que voici une énième adaptation de ce titre majeur de la littérature, mais pour le coup, j’avoue avoir eu une belle surprise à la redécouverte de cette oeuvre. En effet nous allons suivre une journaliste de France Culture allant à la rencontre de spécialistes et qui va retracer l’historique de ce livre ainsi que tous les éléments qui le composent. Vous avez donc en alternance, les rencontres et discussions qui vous amènent les éléments d’informations que vous découvrirez peut-être, voire même sûrement, avec l’adaptation en Bande-Dessinée de l’histoire elle-même, mettant en évidence ce qui vient de vous être expliqué. Pour exemple, on y apprend les intentions premières de Melville derrière son oeuvre, le fait qu’il a fallu attendre 90 ans avant sa traduction, la symbolique du cachalot dans diverses écritures… une mine d’informations je vous l’assure. Et pour agrémenter tout ça le dessin colle parfaitement, à mon humble avis, à une adaptation de roman d’aventure.

El commandante Yankee de Gani Jakupi collection Aire Libre aux éditions Dupuis. ( La baie des cochonsRendez-vous avec X (France-Inter), Dobbs & Mr Fab, Comix Buro éditions ).

L’histoire vraie de cet américain, William Morgan, qui est allé se battre auprès des révolutionnaires cubains, tout comme certains avaient rejoint les républicains en Espagne. A noter qu’au même moment est paru une adaptation en bande Dessinée de l’émission de France-Inter Rendez-vous avec X, et le deuxième n° était consacré à l’affaire de la baie des cochons, ce qui permet de faire un beau complément d’apport d’informations. El commandante Yankee bénéficie d’un dossier complémentaire à la fin de l’album, avec même parfois la réaction de certains survivants à la réalisation de cet ouvrage. Personnellement je trouve ce travail assez exceptionnel et m’a réellement apporté un regard nouveau sur un sujet que je croyais avoir déjà abordé sous différents points de vue.

Ceux qui construisent des ponts, Alfonzo Zapico aux éditions Futuropolis. (Eduardo Madina, homme politique socialiste et survivant d’un attentat de l’ETA en 2002. Fermin Muguruza leader du groupe punk Kortatu).

Un échange autour d’un verre de deux individus ayant des parcours et des points de vue différents de l’histoire du Pays Basque, mis en image par Alfonso Zapico. Un échange très instructif sur l’expérience de chacun, leur vie, leur engagement, mais surtout la volonté de vouloir construire une société où chacun aurait sa place dans un pays qui a subi au cours de son histoire suffisamment de péripéties qui ont marquées et scindées en plusieurs morceaux ses habitants.

C’est aujourd’hui dimanche, Mary Aulne & Clémentine Pochon aux éditions Les enfants rouges.

C’est en se baladant à proximité de chez elle que l’auteur a découvert un pan de l’histoire de sa région mais également de la France dont on a eu tendance à vouloir faire disparaître des mémoires. Bien souvent on accentue le fait que chez nos voisins allemands, ceux qui vivaient à proximité des camps de concentration ne pouvaient pas ne pas savoir. Dans ce cas présent, c’est la même chose, et parfois, les habitants participaient au fonctionnement de l’un des 2 camps de concentration présents sur le territoire français qui ne regroupaient que des femmes, résistantes, juives, tziganes, homosexuelles… C’est en découvrant une toute petite stèle commémorative qu’elle a décidé de creuser en profondeur et tenter de retrouver des témoins encore vivantes et de leur consacrer ce devoir de mémoire.

Le théorème funeste, Alexandre Kha, éditions Tanibis.

Un regard original sur l’histoire de l’évolution des mathématiques et d’un théorème en particulier, qui a marqué plus d’une vie de mathématiciens. personnellement, j’ai découvert qu’il n’y avait pas 1 mais 2 Pythagore, et que c’est au deuxième que l’on doit le fameux théorème. On y apprend les ramifications entre les observations de la nature déclinant sur la géométrie au développement de l’algèbre. Même si l’on se doute de l’implication de certains de ces hommes qui ont consacré leur vie à leur passion, mais parfois jusqu’à y laisser leur santé.

Là où nos pas nous mènent, Jérôme Bouquet, éditions Fllbl.

Je fais une légère entorse à ma thématique, mais au coeur de cette histoire, on revoit tout de même la migration des peuples primitifs, leurs croyances et révérences face aux éléments de la nature. Comment ils passèrent à la sédentarité, ou bien obligés face à l’hostilité d’autres tribus, obligés de reprendre la route. L’apparition de l’agriculture, le développement d’outils, mais surtout dans le cas présent, l’utilisation de ce qu’ils ont à portée de main pour développer des instruments de musique. Un très chouette dessin au bénéfice d’une histoire originale, un très agréable moment de lecture dans tous les cas.

A partir de la semaine prochaine, l’avalanche de nouveautés se fera sentir et ce jusqu’à Noël, et cette année encore, votre portefeuille ainsi que vos étagères vont le sentir passer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.