3 Auteurs, 3 Noms, 3 Albums indispensables…

Dans nos articles nous vous parlons souvent des auteurs, ces hommes de l’ombre qui donnent vie aux histoires. Aujourd’hui je voulais vous en présenter trois que vous connaissez sûrement, de part leur nom ou leurs personnages voire leurs albums. Et si jamais vous ne les connaissez pas, voilà une bonne occasion de les découvrir.

Mon premier résume à lui seul la BD Franco-Belge, mon second a été à l’initiative d’une nouvelle vague de BD et mon troisième utilise la BD pour communiquer sur des thèmes forts, bref mon tout est trois auteurs qui ont chacun oeuvré pour faire de la BD ce qu’elle est aujourd’hui : variée et complète.

André Franquin :

Il est l’auteur de BD Franco-belge par excellence. Il s’est fait connaître en reprenant le personnage de Spirou après Rob Vel et Jijé. Mais Franquin est un créateur de génie et reprendre les aventures du groom ne le satisfera pas longtemps. Il crée alors Gaston Lagaffe dans les pages du magazine Spirou. Il crée également un autre emblême de la BD : le marsupilami. Et il ne s’arrêtera pas là puisque viendront ensuite les Idées Noires. Chaque album et personnage qu’il fait devient un trésor  de la BD.

Aujourd »hui les éditions Dupuis rééditent dans un tout nouveau format « Bravo les brothers », initialement paru à la fin de l’album « Panade à Champignac », il fait l’objet d’un livre unique reprennant l’intégralité de cette histoire courte et un supplément très détaillé sur l’histoire et la vie du magazine Spirou. Le supplément est accompagné des planches originales de Franquin en fac-similé noir et blanc. Un vrai trésor sorti tout droit des coffres secrets de chez Dupuis. Bref, une version indispensable pour cette histoire qui regroupe la plupart des personnages de Franquin, Gaston Lagaffe, Le Marsupilami et Spirou…

Lewis Trondheim :

Il fait partie de la nouvelle vague BD. Avec Joann Sfar et Manu Larcenet, il symbolise un nouveau genre de BD. Un dessin simplifié, qui n’est pas là pour en mettre plein la vue mais pour servir l’histoire. On pourrait croire que ces auteurs ne sont pas bon en dessin mais détrompez-vous. Ils ont cassé les codes pour ouvrir des portes à la nouvelle génération. Si le dessin n’est pas tape-à-l’oeil, la narration et le découpage sont de grande qualité ce qui donne cette agréable sensation à la lecture. Pour finir, Lewis Trondheim c’est : Approximativement, Lapinot et les Carottes de Patagonie, Les Petits riens de…, Donjon, Les aventures de Lapinot, Les aventures sans Lapinot et bien d’autres…

Aujourd’hui, c’est avec Ralph Azham qu’il nous revient, toujours aussi fort, toujours aussi drôle et toujours aussi rapide trois albums en un an. Avec cette série, il revient sur l’univers fantastique qu’il affectionne et qu’il avait développé avec Joann Sfar, mais ce dernier n’a pas trop de temps pour la BD en ce moment avec tous ses projets cinéma. Alors faute de pouvoir continuer de nous faire marrer dans Donjon, il créé un univers similaire avec de la magie, des châteaux, des jeunes héros maladroits et un humour désopilant. Bref si comme moi, vous êtes frustré de ne pas pouvoir lire de nouveau Donjon, sautez sur Ralph Azham. En plus ce 3° opus met fin au premier cycle, mais on peut compter sur Lewis pour nous régaler à nouveau très bientôt avec un nouveau cycle des aventures de cet apprenti mage héros malgré lui…

Philippe Squarzoni :

Il s’agit peut être du moins connu des trois. Et pourtant il fait partie de ces auteurs qui se servent de la BD pour faire passer des messages forts. On pourrait presque parler de journaliste BD. Il s’attaque à des thèmatiques très complexes. Comme la politique, l’écologie, les conflits dans le monde. Il n’est pas l’inventeur de ce procédé mais il y apporte sa touche. Pour chaque album, il devient incollable sur le sujet qu’il traite, il rencontre des gens pour lui expliquer ou en lisant le maximum de sources possibles. L’excercice n’est pas facile, comme expliquer dans un format BD des choses aussi torturées que la politique et l’écologie ??? Il fait un travail de vulgarisation. Pour le lecteur, l’album doit rester un plaisir, mais lorsque ce dernier lira la dernière page, il devra avoir compris tous les tenants et les aboutissants de l’oeuvre. On pourrait le comparer à Etienne Davodeau ou Joe Sacco, mais non…

Aujourd’hui il revient chez Delcourt avec Saison Brune. Sans être une suite, c’est néanmoins le prolongement de Dol, son album qui analysait les deux mandats de Jacques Chirac. En finisant Dol, il avait remarqué que l’écologie n’avait pas pris une place importante dans le mandat de cet ex-président, mais que le sujet devenait un point crucial de notre avenir et que les médias s’emparaient de plus en plus du sujet. Squarzoni n’est pas un bien pensant qui fait la morale à tout le monde, ni quelquun qui impose ses idées. C’est juste un homme curieux, qui veut partager sa curiosité et nous rendre curieux sur des thèmes qu’on entend tous les jours dans les médias mais dont notre seule connaissance se limite à ce que nous disent  les infos. Cet album dresse donc un bilan, sur l’écologie. Si vous aimez les histoires positives et les fins heureuses, ne lisez pas cet album. Si vous en avez marre de ne pas avoir d’avis sur les choses et de voir au-delà des médias, alors allez-y, foncez!

(photos : nous n’avons pas trouvé à qui les créditer, qu’ils se manifestent)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.