Portrait d’un buveur (et c’est pas moi)

La boisson, la picole, la biture, l’alcool à l’excès , quel magnifique programme en perspective, on va se la mettre à l’envers comme c’est pas permis. Si d’habitude on vous parle de modération, profitons du Portrait d’un buveur de Olivier Schrauwen et Ruppert & Mulot, dans la collection Aire-libre des éditions Dupuis.

Tout d’abord, je ne vous cache pas ma déception par le flop que j’ai fait fin 2018 avec le précédent album de Ruppert & Mulot, Soirée d’un faune à L’Association. J’y croyais à mort, j’étais persuadé qu’une nouvelle fois, leur idée originale susciterait de la curiosité, mais voilà, le rendez-vous, si il a eu lieu, ne se tenait pas chez nous, à la Mystérieuse.

Et pourtant, imaginez-vous rentrant tranquillement à la maison avec votre dernier achat de BD sous le bras, vous vous installez bien confortablement, et vous déplier l’équivalent d’une carte routière à vous en désarticuler les bras.

 

Cela ressemble à un beau merdier, présenté comme ça, non ?! Et non seulement il y a plein de monde, mais ils ont réussi à y coller un hélicoptère, et comme toute « carte routière » qui se respecte, l’histoire est recto/verso.

Ces auteurs ne travaillent pas toujours en duo, et ne font pas que des livres « objet » mais quand ils s’y mettent, ils me ravissent. Ils ne se baladent pas toujours, que chez des éditeurs indépendants, ils font des petites incartades chez les plus gros, et concernant Dupuis, c’est chez cet éditeur qu’une partie du grand public les a découvert avec La grande odalisque et Olympia, en collaboration avec un petit jeune du nom de B. Vives, mais peut-être n’en entendrez-vous jamais parler.

Revenons à notre poivrot.

Un peu de respect messieurs-dames, il a un nom, il s’appelle Guy, il n’a de cesse de vous le chanter (ou hurler) au creux de l’oreille jusqu’à ce que vous craquiez pour lui payer un verre, peu diront de lui que c’est un joyeux drille, mais beaucoup diront qu’il est lourd, pesant… imbuvable, c’est un comble !

A ce stade on ne voit que ses errances nocturnes, comme tant d’autres ont pu vaquer de bar en bar jusqu’à plus soif, pardon, dans cet état on dit pussssouaafff. Mais Guy n’en est plus au simple stade de soiffard, jovial ou non. Son addiction est telle qu’elle le pousserait aux pires actions pour assouvir sa soif, du plus simple vol au pire meurtre crapuleux (c’est un meurtre où vous faites une sieste juste après).

Tout cela n’était qu’une simple introduction, une mise en bouche, Guy a une vie figurez-vous, il est maître charpentier dans la marine, et c’est entre deux campagnes en mer qu’il se permet de faire la bringue. Dans son quotidien, nous voyons les séquelles de l’alcoolisme, lorsqu’il n’a pas sa dose, il est sujet de crise de delirium tremens, ses gestes manquent d’assurance. Sa personnalité aussi varie selon son taux d’alcool dans le sang: du bravache soiffard ne reste nulle trace lorsque le sobre et pleutre charpentier reprend sa place.

Guy ne va pas être seul dans son périple, l’expression populaire, c’est bien avoir un cadavre dans son placard, ben avec Guy, c’est une sacrée penderie que vous visiterez. 

Si j’ai dit précédemment qu’il était prêt à aller jusqu’au meurtre, il y a aussi les dommages collatéraux, et toutes ces victimes se retrouvent spectateurs de le vie de Guy, dans une espèce de non-monde, séparé du notre par un simple rideau.

On perçoit la frustration qu’ils peuvent ressentir lorsqu’ils se rendent compte combien Guy traverse la vie sans rendre de compte à qui que ce soit, sa lâcheté, sa traîtrise et la moindre de ses frasques restent toujours impunies.

L’approche graphique vous paraîtra peut-être singulière, l’alternance des cases en couleur et celles qui vous sembleraient des cases préparatoires lui donne un charme fou.

J’ai pris autant de plaisir à lire ce livre que ce petit bijou qui se cache au fond de la librairie, l’alcool en moins, ou plus modérément (ça y est, il l’a dit ! Et pourtant je ne voulais pas jouer au consensuel), ce petit chef-d’oeuvre En mer de Drew Weing aux éditions çà & là, qui garde en commun le périple maritime et le poids de la vie sur les frêles épaules de nos personnages de bande dessinée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.