Hasta la vista Coyote.

Le noir est de rigueur aujourd’hui, oui ! Coyote nous a quitté ! Noir pour le deuil, mais noir, car c’est de noir vêtu, tout bardé de cuir qu’il apparaissait, ce géant qui dépassait d’une tête tout le monde faisait se tourner les têtes à chacune de ses apparitions. Litteul Kevin, Mammouth & Piston, Les voisins du 109, Diego de la SPA… le monde de la BD et des bikers sont une nouvelle fois orphelins.

coyote2

C’était un grand bonhomme, avec un coeur gros comme ça, mais plus si costaud en fin de compte.

coyote4

J’ai découvert Coyote à l’adolescence, dans le magazine Hot Bike qui publiait les aventures de Mammouth & Piston, avec leur repaire, le Sli-Bar, où le Jack Daniels coulait à flot, par le biais de la Bande Dessinée, je découvrais sa passion pour les Harley Davidson ainsi que pour les filles bien gaulées, et je savourais avec plaisir sa joie de partager de bons instants avec ses potes.

coyote1

Ensuite, ce fut l’arrivée de Litteul Kevin, une enfance rêvée, au milieu d’une bande de bikers. Imaginez un peu, lorsque ses parents lui annonce au matin de la rentrée qu’il doit prendre le bus pour se rendre à l’école, et ô surprise, l’attend devant la maison toute une cohorte de bikers qui l’accompagne jusque dans sa classe.

coyote3

J‘en étais même à apprendre par coeur le mot de passe que kevin et ses copains avaient trouvé afin d’accéder à leur base secrète: « Au delà de la nuit dans le Kalahari, Le lion va rugissant comme un gros chat qui miaule… Car le sable brûlant chauffe ses roubignoles. » Vous pouvez compter les pieds, ce sont bien des Alexandrins, et oui Coyote enseignait même la poésie.

coyote6

Le temps a passé et ses histoires continuaient à m’accompagner et toujours à me faire marrer. J’avais eu l’opportunité de le croiser deux ou trois fois au cours de salons, parfois en compagnie de Margerin, Ptiluc, Fane, Bar2… Et puis l’année dernière, s’est présentée l’occasion inespérée de passer un week-end en sa compagnie, chez moi, à Perros-Guirec, où il se rendait une nouvelle fois avec un copain commun qu’il avait réussi à faire invité au festival de Bande Dessinée et à qui je voulais faire découvrir la région.

coyote7

Je ne tenais pas à vous raconter ma vie, mais juste en quelques mots expliquer pourquoi sa disparition va en toucher plus d’un, ses proches, ses amis et tous les inconnus qui auront eu l’occasion comme moi de le croiser au hasard de la vie et pendant un court instant, découvrir le personnage sympathique et généreux qu’il était. Nous tenons donc tous les trois à présenter nos condoléances à ses proches. Et à coup sûr, les Harley Davidson vont faire du bruit cette semaine et notamment sur Toulouse. Hasta la Bista… Coyote ! et comme le disait Litteul Kevin lorsque son père partait en virée en bécane: « Bonne bourre ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.