Actualites

Que de rencontres !

« Good news everyone » dixit le professeur Fornsworth dans la série Futurama, vous le savez déjà, ce week-end deux rendez-vous s’offrent à vous avec la Mystérieuse Librairie Nantaise, Alexe et Krystel à la médiathèque de Pornic le samedi 20 octobre, et le même jour Franck Margerin au skatepark Le Hangar.

Serait-ce bien raisonnable d’en rester là ?

Pour ce week-end, en tout-cas oui, mais la semaine prochaine Le Chevelu et le Grand représenteront Haut et Fort les couleurs de Urban Comics au festival de Saint-Malo, « Quai des bulles« . Et devinez qui viendra dîner, non, dédicacer : Fabio Moon.

Le scénariste de Daytripper, ce sublime (oui oui, j’ai bien dit sublime) ouvrage que nous vous avons mis entre les mains et que nous continuons à vous recommander chaudement, l’auteur sera présent le samedi après-midi et le dimanche.

Alors si vous passez sur la Côte d’Emeraude la semaine prochaine, n’hésitez pas à venir nous passer un petit coucou, vous serez accueillis aussi chaleureusement qu’à la librairie.

 

Et puis jetez un petit coup d’oeil sur le calendrier tout en bas de l’agenda, vous ne serez pas déçus !!!!

Banzaï!!

Quelques rendez-vous pour les week-ends à venir

Les vacances sont finies ? vous souhaitez ne pas retomber trop vite dans votre rythme d’hiver ? Voici des petites suggestions de sorties, histoire de vous en prendre plein les mirettes et plein les oreilles.

Les revoici, les revoilà, après leur dernière soirée crêpe-cidre, les Catcheurs de Dessin à Moustache remettent le couvert pour une soirée bière-frites. Vous le savez maintenant que je ne me lasse pas de leur faire de la pub et donc pour le plus grand bonheur des petits et grands nos joyeux drilles reçoivent dans la bonne ville de Nantes le 21 septembre leurs invités Belges, les dernières rencontres furent sanglantes, des revanches et autres coups bas sont à redouter.

Comme la rentrée annonce également de nouveaux arrivants sur Nantes, mais également pour celles et ceux qui ignorent l’originalité de cet évènement, cette fois-ci je refais une petite présentation de ce qui vous attend si vous vous rendez le 21 septembre au Stakhanov, 7 rue de la Bâclerie (dans le quartier Bouffay), 44000 Nantes.

Des dessinateurs-catcheurs ou bien des catcheurs dessinateurs ? Des hommes et des femmes, en collant, dégoulinants de sueur s’affrontent sous vos yeux ébahis, les représentants des deux équipes se succèdent sur le ring, leurs armes : une feuille de papier et un crayon, de la mauvaise foi et/ou le soutien immodéré du public. Chacun d’entre-vous à votre arrivée se verra remettre deux bouts de papier, le premier sera vierge et c’est vous qui inscrirez, avec vos petites mimines, un mot, une idée, ensuite deux sujets seront tirés au sort imposant ainsi la thématique du duel. Celui-ci se déroule en deux manches au terme desquelles le public sera amené à voter, à l’aide du deuxième petit bout de papier qui vous aura été remis afin d’élire la meilleure improvisation. Les combats sont soumis au contrôle d’un arbitre mais comme chacun de ses pairs, il ne peut pas avoir l’oeil en permanence sur les deux concurrents à la fois, ce qui laisse à certains d’entre-eux une ouverture pour parfois commettre quelques coups bas. Les personnes qui ont eu la chance d’être tirées au sort auront l’opportunité de repartir avec les oeuvres réalisées. Comme beaucoup de leur prestations, un groupe assurera la partie musicale, les Ping Pong Tactics.

Ensuite rendez-vous les 6 et 7 octobre à la halle de la Trocardière à Rezé pour la convention de tatouage, une autre forme d’art graphique mais à l’ancienne, sur de la peau humaine, ni plus, ni moins. Que vous soyez amateur ou non, cela vous donne l’occasion de voir des réalisations en direct d’oeuvres d’art, parfois les (futurs) tatoués ont économisé longtemps afin de pouvoir passer sous la piqûre des artistes et de voir se réaliser un dessin qui les accompagnera jusqu’au bout de leur vie.

Outre des tatoueurs de tout poil et de tout pays, différents stands seront présents, de piercing, fringues et autres accessoires… mais vous pourrez avoir l’occasion de rencontrer François Amoretti, l’auteur de Burlesque Girrrl publié par Ankama qui vient spécialement en dédicace pour l’occasion, et c’est votre grand libraire de service (pour l’occasion j’endosserai mon pseudo du libraire tatoué) qui accompagnera l’auteur.

Le petit plus, sachez que les organisateurs de la convention vont faire venir des Pin’up pour un défilé, de quoi réchaufer l’atmosphère aux prémisses de l’hiver. L’héroïne de la bande dessinée étant elle même modèle pour des défilés du même genre, en plus d’être la chanteuse d’un groupe de musique, ce sera une belle occasion de donner chair et corps à l’atmosphère de la bande dessinée de François Amoretti.

Attendez-vous également à quelques concerts et autres animations tout au long du week-end.

Le week-end suivant, pour les amateurs de musique et de bande dessinées, l’association OTO organise la dixième bourse aux disques et à la BD le 14 octobre à la salle Pierrot Martin à Montaigu (informations et réservations sur associationoto@gmail.com), le jeune et le grand libraire seront présents pour l’occasion avec un choix d’ouvrages, histoire de participer à cet évènement convivial.

On ne s’arrête plus en enchaînant dès le week-end suivant avec le Nantes bikes & skate show, les 20-21 octobre au Skatepark Le Hangar à Nantes.

  Un super show s’offrira à vous : des démonstrations en tout genre, mais ce qui risque de vous intéresser encore plus, c’est que pour l’occasion, un invité de marque sera là : Frank Margerin. Il viendra en dédicace pour son dernier album paru, Je veux une Harley, l’histoire d’un mec qui se rend compte que la vie ne dure qu’un temps et qui se pique sa crise de quinquagénaire en se faisant ce petit plaisir, acheter une Harley Davidson.

Tout comme l’histoire de P’tit Luc, l’histoire du petit crétin qui rêvait d’une grosse moto, tous les motards ou amis de ces derniers y reconnaîtront des expériences vécues.

Et c’est encore le grand libraire qui vous accueillera sur le stand de l’éditeur Fluide Glacial qui fait venir l’un de ses motards d’auteurs, et cette fois c’est ma panoplie de libraire-motard que j’enfilerai. Je vous préciserai ultérieurement pour la date exacte de présence de l’auteur qui ne viendra que pour une journée.

Je vois qu’il vous reste encore un week-end fin octobre, Si ! Si ! Un tout petit les 27 & 28, et bien n’hésitez pas et rendez-vous à Saint-Malo pour Quai des Bulles !

Que nous réserve cette fin d’année ?

Comme chaque fin d’année les éditeurs prévoient un grand nombre de sorties, attendues ou non, et pour beaucoup d’entre-vous il devrait y avoir quelques satisfactions. Je ne peux pas vous faire une liste exhaustive qui vous prendrait la journée à tout lire mais je peux néanmoins vous mettre l’eau à la bouche avec une petite sélection de ce qui nous arrive en librairie dans les mois qui viennent.

Pour les éditions Glénat, le 7 novembre, nous devrions pouvoir savourer Julius tome 2 (le troisième testament) avec T. Montaigne au dessin. Le 5 septembre, L’attentat, l’adaptation du roman de Yasmina Khadra par L. Dauvillier et G. Chapron, le 12 septembre nous aurons le droit à la non-attendue série Uchronies, l’éditeur profite du succès de la première saison pour éditer un nouveau tryptique: New Beijing (12 sept.)- New Moscow (17 oct.)- New Delhi (7 nov.). Personne ne s’y attendait mais le 19 septembre nous verrons se pointer l’épilogue de l’un des grands classiques de Glénat Ballade au bout du monde. Le 10 octobre, le tome 3 de Hertz (le triangle secret) et le 17 octobre, ô surprise les tomes 3 de deux séries qui commençaient à prendre la poussière Harkhanges et 6666. Le sixième et dernier tome d’ Il était une fois en France sortira le 24 octobre et le 31 La guerre des Sambre t3. Au mois de novembre, 4 titres devraient avoir leur petit succès, Bouncer tome 8 (et oui, la série quitte Les humanoïdes associés au bénéfice de Glénat), Le roi des mouches tome 3, la suite et fin de Conquistador, dyptique paru sur l’année 2012 et pour le plaisir des petit(e)s Lou tome 6 qui sortira le 28 novembre. Aux éditions Vents d’Ouest nous aurons le 19 septembre un nouveau Chaboute, un peu de bois et d’acier, le 26 septembre, le tome 4 Des quatre de baker Street et le 17 octobre le tome 4 Du grand mort de Loisel.

Du côté de Dupuis, Dargaud et Lombard, le trio belge ne sera pas en reste avec Le titre tant attendu et qui en éclipsera plus d’un, j’ai nommé Blast de Manu Larcenet, le tome 3 devrait sortir pour le 5 octobre, sinon d’ici là voici un peu ce qui arrivera: cela fait des années qu’elles sont annoncées, les intégrales de Barbe Rouge le 24 août, Jul revient avec sa série Silex & the city le 31 août et cette même semaine  Andréas sera à l’honneur avec une nouveauté, Capricorne tome 16 et plusieurs rééditions de ses plus vieux travaux.Le 21septembre Alter Ego ultimatum, le septième et dernier tome du récit SF qui en a étonné plus d’un cette année. Dans la série des grands classiques, XIII revient le 5 octobre avec un XIII mystery, la même semaine Trondheim sera présent avec le tome 4 de Ralph Azam et Jérôme Moucherot, l’assureur halluciné de Boucq fera son grand retour. Leo est également au rendez-vous avec son univers des mondes d’aldébaran et la sortie du tome 3 Des survivants le 19 octobre et le même jour Largo Winch tome 18.

Du côté des indépendants c’est L’enfance d’Alan qui devrait se faire remarquer aux alentours des 14 et 21 septembre, Emmanuel Guibert reprend son personnage de la guerre d’Alan pour retranscrir sa jeunesse entre 1925 et 1936, l’auteur n’est autre que celui Du photographe (Dupuis) pour ceux qui ne connaissent pas cette série parue à l’Association  et qui avait déjà bénéficiée d’une belle intégrale juste avant l’été. Riad Sattouf et Sa vie secrète des jeunes sera également de la partie le 22 octobre, troisième tome de cette série qui débuta dans les pages de Charlie hebdo. Les éditions Les Rêveurs publieront au mois d’octobre le premier volume de Krazi Kat (1924-1929), c’est juste l’un des plus grands classiques de l’histoire de la bande dessinée, enfin je dis ça je ne dis rien. Ce n’est pas une nouveauté, mais courant septembre, Les requins marteaux éditent une version à 22.00 euros de Pinocchio de Winshluss, un de mes chouchous je l’avoue.

L’Atalante, cette maison d’éditions nantaise n’est pas en reste dans l’univers de la bande dessinée puisqu’une intégrale de La brigade chimérique verra le jour pour octobre.

Aux éditions 12Bis, vous ne l’attendiez pas ? Et bien il paraît quand même, le tome 5 du Cycle de Cyann de Bourgeon, et vous aurez le droit également au nouvel Epervier de Pellerin un peu plus tard aux éditions Quadrants. Olivier Vatine fait son retour avec une nouvelle série, Niourk chez Ankama et pour les fans un troisième opus de Doggy bag. Du côté de chez Futuropolis, fin août, le tome 2 des Enfants de Jessica, en octobre le quatrième et dernier tome de Notre mère la guerre et dans la collection Gallimard Hors Série, la deuxième partie de Aâma de Peeters.

Chez les mastodontes comme Soleil ou Delcourt, Les naufragès d’Ythaq tome 10 en septembre et certains d’entre-vous n’en peuvent plus d’attendre Walking Dead tome 16 le 5 septembre. Un autre comics risque de faire parler de lui, en tout cas c’est déjà le cas aux Etats-Unis, le nouveau Franck Miller, Terreur Sainte, l’auteur de Sin City, 300 … aborde cette fois un sujet ultra sensible, les guerres de religions de notre époque et le terrorisme et avec un certain parti-pris qui est très loin de faire l’unanimité. Plus de légèreté avec Sillage tome 15 et encore plus de rigolades avec Lincoln aux éditions Paquet.

India dreams tome 7, Alix senator, Canardo tome 21 et une version luxe de Habibi seront au programme des sorties Casterman. Ce n’est qu’une infime partie de ce qui vous attend, d’autres surprises suivront, maintenant il ne vous reste plus qu’à être patients.

 

 

 

Ils sont de retour

Nos vaillants catcheurs de dessin à moustache après avoir silloné les routes de france, d’Europe que dis-je du monde ! Les voici de retour à Nantes pour une soirée GRATUITE, le 31 juillet à partir de 20h00, à Crêpe Town, derrière le palais de justice sur l’île de Nantes pas trop loin des machines, suivez l’éléphant ou les touristes, ça marche aussi.

Ils sont beaux, forts puissants, dégoûtants, ce sont les catcheurs de dessin à moustache.

Pour une fois je ne vous en rappellerai pas le principe, histoire de piquer votre curiosité et vous incitez à vous y rendre seul, entre amis ou en famille.

 

Hep ! psssstt. Si le beau temps se maintient, il y a la huitième édition du festival de la plaine sur mer ce week-end

Un petit tour en bord de mer ? ou de l’océan en l’occurence, j’oublie toujours que du côté de chez vous on voit les choses en grand.

Regardez moi ce beau temps et cette chaleur qui ranime tous ces petits visages maussades, comment conjuguer son amour des livres et une petite virée rafraichissante, la solution se trouve à La Plaine sur Mer ce dimanche. Pour la huitième édition, la sympathique et joyeuse équipe met en avant le polar. Qui ne serait pas tenté de se trouver une bonne intrigue dans laquelle se plonger cet été, les pieds enfouis dans le sable, à se dorer la pilulle à ne rien faire d’autre que de laisser le temps s’écouler. En plus, si les voisins de plage, ou les mouettes, sont trop bruillants, votre lecture pourrait peut-être vous donner des idées pour réduire les nuisances.

La fête du livre de La Plaine sur Mer, c’est l’opportunité de rencontrer des auteurs, éditeurs et autres acteurs locaux de l’univers du livre. Rien de plus simple pour s’y rendre: depuis Nantes, vous prenez la rive sud de la Loire et cap plein Ouest, vous y êtes en moins d’une heure. Et une fois sur place, en moins de 5 minutes vous pourrez aller piquer une tête dans la flotte, alors n’oubliez pas votre maillot. Bon Week-end.

Fumetti 2012 rencontres de la BD curieuse  » GRATUIT !!!!!!!!!! »

Que faites vous le week-end prochain ? Les 29, 30 juin et 1er juillet va se tenir la troisème session de Fumetti (bande dessinée en italien), les rencontres de la BD curieuse, qui se tiendra à la maison de quartier de l’île de Nantes, 2. rue Conan Mériadec avec pour cette année une annexe à l’atelier Vide Cocagne, 10. rue Geoffroy Drouet.

La maison de quartier sera ouverte selon les horaires suivants: vendredi 29 de 18h00 à 00h00, samedi 30 de 13h00 à 00h00 et dimanche 1er de 13h00 à 19h00.

Au programme, des expositions, parfois interactives, le collectif Radar, Terreur Graphique, Damien Froidboeuf. Une animation menée par Michou La Savate qui vous lancera un défi graphique ainsi qu’un débat dimanche 1er juillet à 14h00 retransmis sur Jet FM.

Le tout en présence de nombreux auteurs et collectifs:

RADAR: Benjamin Adam, Julia Wauters, Yann Le Bras, Yoko Homareda

Olivier Texier, Aurélien Ducoudray, Gwen de Bonneval, Fabien Grolleau, Terreur Graphique, Appelle moi Papa, Le Poisson Borgne, Les Machines, Morphosaintaxe, Hors créneau, Grante ègle, La Maison &, Vanilles Goudron, L’art en Bulles, Tib-Gordon, Thierry Bedouet, La Rouquine, Tête à tête, Lomig, Atelier TTDMRT, Editions Plus, Vide Cocagne …

Et de la musique avec un DJ SET de Rubin Steiner le samedi 31 à21h00 et du MIX live tout le week-end.

Pour vous y rendre, rien de plus facile, la maison de quartier de l’île de Nantes se situe tout près de l’arrêt de Tram Vincent Gâche (ligne 2&3) et ensuite cela sera très bien indiqué. Si vous êtes curieux et que vous aimez la BD, vous savez ce qui vous reste à faire en fin de semaine prochaine et je vous le rappelle, C’EST GRATUIT !

Ici, une oeuvre

Bon, d’accord, vous avez boudé notre cadavre exquis, soit. Très bien. On passe l’éponge. N’en parlons plus. Tant pis…

Mais alors du coup, vous avez intérêt à venir voir l’oeuvre exposée dans la librairie dans le cadre du Voyage à Nantes.

Il s’agit de « Catastrophe » de Jean-Charles Blais, une linogravure réalisée en 1984.

On vous en met un tout petit bout. Vous savez ce qu’il vous reste à faire pour en voir l’intégralité 🙂 !

 

En 1981, Jean Charles Blais participe à l’exposition « Finir en beauté » qui sera l’acte de naissance de la figuration libre. Sa première exposition personnelle se déroule en 1982 au CAPC Musée d’Art Contemporain de Bordeaux.

Jean-Charles Blais commence à peindre sur des matériaux de récupération, notamment des affiches, des bidons, des cartons d’emballage et des feuilles de journaux. Dès 1982, il ne peint plus que sur des affiches arrachées, une surface irrégulière et épaisse qui guide l’artiste dans l’inscription de ses personnages, les défauts du support déterminant ses compositions. Ses premiers personnages sont de gros bonshommes qui semblent s’échapper à grandes enjambées de l’espace pictural. Les visages sont toujours dissimulés, ce qui les transforme en lourdes silhouettes qui, par la suite, s’affinent mais dont l’identité reste toujours absente.

Pour Jean-Charles Blais, ses figures ne sont plus des personnages mais des objets, ses corps sont des morceaux de peinture.

Les silhouettes de Jean-Charles Blais deviennent de plus en plus abstraites. Il ne reste finalement que des fragments en ombres noires. En 1985, Blais utilise de nouveaux supports, notamment des palissades en bois, et des couleurs plus chaudes apparaissent. Les oeuvres de l’artiste deviennent plus lumineuses et les contours des figures plus nets et découpés. Au début des années 90, Jean-Charles Blais effectue une série de sculptures de bustes et de têtes qu’il place en apesanteur élastique. Les oeuvres de Blais séduisent par leur simplicité apparente, mais ce serait oublier la force de la construction et la solidité des compositions qui mettent en valeur des personnages souvent déséquilibrés semblant vouloir échapper à la peinture. Depuis les années 90, Jean-Charles Blais se plonge dans une abstraction de matière proche de celle des abstraits américains des années 60. Cette peinture devient le substitut de la peau de ses personnages disparus. « Ma peinture est sans intention. » Jean-Charles Blais « Je suis un artiste qui n’a pas d’idées ni de sujets de tableaux. » Jean-Charles Blais

BLAIS Jean-Charles

1956 – Naissance de Jean-Charles Blais à Nantes. 1974 – Jean-Charles Blais étudie à l’Académie des Beaux-Arts de Rennes. 1980 – Jean-Charles Blais peint sur des matériaux de récupération et travaille sur des affiches arrachées. 1981 – Jean-Charles Blais adhère au mouvement de la Figuration Libre, figurant au côté de François Boisrond, Remy Blanchard et Robert Combas. 1982 – Première exposition personnelle de jean-Charles Blais au Musée d’Art Contemporain de la ville de Bordeaux. Cette même année, l’artiste expose aussi à la galerie Yvon Lambert à Paris qui exposera de nombreuses fois l’artiste les années suivantes. 1987 – Exposition personnelles des oeuvres de Jean-Charles Blais au Centre Pompidou à Paris. 1990 – Jean-Charles Blais décore la station de métro « Assemblée Nationale » à Paris, d’une immense fresque représentant des têtes et des bustes en couleurs, ces illustrations étant périodiquement renouvellées. 1991 – Jean-Charles Blais expose à la Staatsgalerie Morderner Kunst de Munich et à la galerie Catherine Issert à Saint Paul de Vence. 1994 – La chapelle de la salpétrière à Paris présente un accrochage Jean-Charles Blais dans le cadre du Festival d’Automne. 1996 – Jean-Charles Blais réalise un projet pour le Musée d’Art Moderne de New-York : « the telephone booths » lors de la célèbre exposition « thinking print ». 1998 – Jean-Charles Blais expose à la galerie Yvon Lambert à Paris puis à la Bawag foundation à Vienne des travaux fabiqués en tissus par un atelier de couture. 2000 – Jean-Charles Blais expérimente des travaux utilisant des techniques numériques, ses oeuvres sont exposées dans les plus grands musées et les plus prestigieuses galeries du monde entier.

La figuration libre fait irruption au mois de juin 1981, chez le critique d’art Bernard Lamarche-Vadel. Sur le point de déménager, il prête ses murs à un groupe hétéroclite de très jeunes peintres, Robert Combas, Hervé Di Rosa, Rémy Blanchard, François Boisrond, Jean-Charles Blais et Jean-Michel Alberola, il intitule cette exposition «Finir en beauté». L’artiste Ben, du groupe Fluxus, baptise ce mouvement «figuration libre». ». Des peintres de la figuration libre «populaire», issus des villes, Combas, Di Rosa, Blanchard, Boisrond, revendiquent leur appartenance à une culture urbaine de masse, une culture populaire qu’ils enrichissent de leur expérience personnelle. D’autres artistes, ceux de la figuration «savante», Blais, Alberola, cultivent l’art moins médiatique des maîtres d’autrefois.

Le cadavre dans le VAN… ou la nuit du 15 juin

photo d'Olivier Metzger

La Mystérieuse Librairie Nantaise embarque dans le Voyage à Nantes en accueillant une œuvre de l’Artothèque et les visites des Brigades d’Interventions Plastiques. Mais de ceci, on en parle bientôt dans un prochain article.

Avant cela, nous n’allions pas être en dehors de la fête et laisser la Nuit du Voyage à Nantes battre son plein sans nous ! Vous devez sans doute savoir que tout Nantes entre en effervescence lors de la grande soirée de lancement du vendredi 15 juin. Plusieurs établissements rivalisent d’imagination pour que, entre 19h00 et minuit, l’art envahisse les rues.

Nous, nous vous proposons de participer à cette manifestation en réalisant un cadavre exquis en BD dont le résultat final sera visible devant la vitrine du magasin pour cette fameuse Nuit du VAN !

Comment y participer ? C’est très simple !

– Du 1er au 14 juin, rendez-vous chaque jour sur notre site, sur notre page Facebook ou sur le blog du Voyage à Nantes

– Vous devez réaliser un strip de quatre cases, en couleur ou en noir & blanc, dont la première case est obligatoirement constituée de l’une de toutes les cases proposées sur les sites cités au-dessus. Ces cases sont les dernières des bandes réalisées par les contributeurs de la veille.

– Le contenu devra être lié de près ou de loin aux thématiques développées lors du Voyage à Nantes, dont le mot d’ordre est « La Ville renversée par l’Art » !

– Débutant ou amateur, tout le monde peut y participer quel que soit son niveau de dessin.

– Vous nous envoyez le tout à mysterieuselibrairienantaise@gmail.com

– Le 15 juin, nous rassemblerons l’ensemble des productions que nous afficherons devant notre vitrine.

Et voilà, vous venez de rentrer de plain-pied dans la Voyage à Nantes. Qu’y gagne-t-on à y participer ? Le plaisir de faire, la joie de partager et un sentiment de plénitude exacerbé ! C’est déjà pas mal, non ?

 

Pour démarrer, voici la quatrième case du strip de départ réalisé par l‘illustratrice Lalex. Non, non, elle est publiée dans le bon sens !! Votre strip devra obligatoirement avoir en première case celle-ci. A vous !!