Pas sans un petit air du "Roi et l’Oiseau" de PREVERT

A la mystérieuse librairie nantaise, on ne fait peut-être pas tourner les tables, mais on fait tourner les piles de nouveautés…et parfois les têtes ( surtout quand on fait les c…), et cette semaine qu’ai-je trouvé, je vous le demande?…  Ben alors, qu’est-ce que j’ai trouvé?…j’attends… Celui qui a répondu une B.D. intéressante, c’est facile, mais ça fait plaisir : y’en a un qui suit. Oui, le nouvel album de KRASSINSKYet DELVAL, Les Petits Soldats, première partie d’une histoire en 2 tomes parue chez Vents d’Ouest, m’a rappelé Le Roi et l’Oiseau, ce film magnifique, bourré d’humour et de poésie. Ils ont en commun une certaine austérité, un côté pince-sans-rire : les gens de la haute sont maquillés tels des aristos/clowns blancs. Leurs discours vont de pair, on peut se permettre de jouer le jeu et de douter quand ils raillent le monde où quand ils sont tout à fait sérieux. Les conscripteurs ou bien les soldats, car oui il y aura une guerre, offrent une atmosphère mêlant classicisme et technologie, renforçant le côté sombre de ce que notre personnage principal va devoir affronter.

Qui est-il? Frantz est un poète, et ce qu’il a en tête, l’amour des femmes, surtout celui d’une dame.

Frantz et Freidrich se querèlent l’amour d’Héloïse, et aimeraient savoir duquel des deux, elle est éprise.

Alors que défi est lancé de conquérir un baiser, Frantz si proche de la victoire, va voir sa vie basculer dans le noir.

L’annonce se propage dans la taverne, la guerre est déclarée par l’empereur qui gouverne.

Frantz n’est qu’un poète, il redoute le destin qui le guette.

Freidrich fera le brave et le fier, pour séduire la belle, il partira à la guerre.

Pour Frantz, une toute autre aventure se prépare, je laisse la découverte à ceux qui liront l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.