Pop pop pop, y’a du lourd en ce moment.

Ceci est une invitation au voyage, pas toujours voulu, pas tout à fait dans les conditions souhaitées mais comme le disaient si bien les Pet Shop Boys: GO WEST ! 

Rome West, Justin Giampaoli, Brian Wood & Andrea Mutti, éditions Jungle Comics. Brian Wood est un scénariste brillant, s’intéressant à l’histoire et aimant bien jouer avec à l’occasion. Nous avons déjà pu apprécier certaines des ses oeuvres avec entre autre Northlanders ainsi que Rebels aux éditions Urban Comics. Concernant Northlanders vous avez pour la version française 3 tomes consacrés le premier aux îles Anglo-Normandes, le deuxième à l’Islande et le troisième à l’Europe, et tous trois regroupaient différentes histoires, illustrées par plusieurs dessinateurs et s’intéressant aux différents aspects de la culture Viking. Pour Rebels, nous suivions le parcours d’un américain rejoignant les troupes « rebelles » décidant de s’insurger contre l’empire Britannique en 1775 afin de conquérir leur indépendance, une succession de différents actes et batailles qui ont émaillés ce combat.

Pour Rome West, Brian Wood fait le choix de l’Uchronie et prend le parti qu’une escouade de navires Romains pris dans une tempête au large de l’Ibérie et va s’échouer mille avant Christophe Colomb sur les côtes Américaines. En un volume et plusieurs histoires courtes, vous allez suivre les descendants de l’un des membres d’une des grandes familles Romaines les Valerius. A peine débarqués, les romains vont très vite se rendre compte, que malgré leurs grandes compétences stratégiques et de combats, ils ne feront jamais le poids pour s’imposer face aux autochtones, ils décident donc de parlementer et se faire tolérer dans ce qui deviendra leur nouvelle patrie. 

L’idée est intéressante et habilement montée, car en voyant une nouvelle civilisation voir le jour, les tribus qui dans la réalité se sont succédées, vont cohabiter et faire évoluer un nouvel empire sur le continent américain tandis que pour le reste du monde l’évolution restera la même. L’Espagne ne va donc pas gagner son hégémonie avec le débarquement de Christophe Colomb et le commerce d’épices et autres denrées et richesses qui s’en suivra mais je préfère vous laisser la surprise à la lecture de cet album des quelques modifications de l’Histoire que l’auteur a apportées.

J’ai déjà eu l’occasion de vous présenter la série Manifest Destiny le t 04 – sasquatch – est paru il y a peu. Les auteurs Chris Dingess, Matthew Roberts & Owen Gieni, aux éditions Delcourt. présentent une version originale de la mission du Capitaine Merriwether Lewis et du lieutenant William Clark.

Les nouveaux états américains viennent de racheter aux Français leurs territoires et décident d’envoyer une mission d’exploration afin de savoir si les migrants et nouveaux colons pourront s’implanter sur ces terres ou bien si elles sont inhospitalières. Si on vous en a fait une bande dessinée c’est que bien évidemment tout ne va pas se dérouler paisiblement. Au fur et à mesure de leur pérégrination, la mission va tomber sur des arches toujours liées à un élément naturel, impliquant un développement de la faune et de la flore toujours hostile à l’homme. Dans cette série on reste pantois devant l’ingéniosité et la créativité des auteurs sur cette version alternative de l’Amérique plus que sauvage étant donné qu’elle est plutôt horrifique. De plus on pourra s’amuser à se demander quelle sera la prochaine victime à chaque instant et sur quelle type de créature ils vont bien pouvoir tomber à la prochaine rencontre.

Un destin de trouveur – un récit des contes de la Pieuvre – Gess, éditions Delcourt. La malédiction de Gustave Babel

Nous avons été heureux de recevoir une nouvelle fois à la librairie notre ami Gess pour qui nous avons beaucoup d’affection et un grand intérêt pour ces créations, alors lorsqu’il s’agit de son bébé Les contes de de la Pieuvre nous éprouvons encore plus de fierté à vous le faire (re)découvrir.

Ce projet date d’il y a quelques années déjà avant qu’il est pu voir le jour sous la forme d’un premier album: La malédiction de Gustave Babel, qui bénéficia d’une édition le présentant sous la forme d’un bel ouvrage, et voici qu’un deuxième opus vient de voir le jour: Un destin de Trouveur.

Les contes de la pieuvre se déroulent en France principalement, dans un Paris qui vient de connaître son fameux et néanmoins tragique destin de la Commune de Paris et avant les grands travaux de Haussmann. Le postulat de départ: certains êtres sont nés avec des talents, celui de Gustave Babel étant de parler et de comprendre dès la naissance tous les langages du monde, dans le cas de Trouveur c’est de pouvoir dénicher tout ce qu’il cherche, y compris le grand amour. Pour des raisons que vous découvrirez au sein de l’album, il a décidé de mettre ses talents au profit de la justice en intégrant la police de Paris et ce même si certains de ces collègues haïssent ceux que l’on appelle les talents. Vous allez être entraîner dans le milieu des petites gens qui font la vie du ventre de Paris, avec des personnages tous plus troublant les uns que les autres. Il vous savoir que ces deux premiers récits sont indépendants l’un de l’autre, Gess vous invite dans son univers, et les histoires des contes de la Pieuvre feront apparaître des personnages à différents moment de leur vie, les histoires n’ayant pas spécialement de lien les unes avec les autres, vous pourrez vous amuser à observer ce qui se passe en arrière plan et voir si vous reconnaissez tel ou tel personnage et découvrir comment leur vie à évoluer, un petit peu comme on avait l’occasion de le voir dans les Sin City de Franck Miller. Gess est au sommet de son art avec son bébé et c’est une très très bonne opportunité de découvrir son oeuvre.

Amertumes, Filipe Melo & Juan Cavia éditions Paquet.

Un recueil de deux petites nouvelles comme il est bon parfois de se mettre sous la dent, les auteurs du truculent Dog Mendonça & PizzaBoy aux éditions EP comics sont de retour.

La première histoire s’inspire d’une histoire vraie qui s’est passée pendant la seconde guerre mondiale, la deuxième se déroule dans les années 80 dans le désert du Névada. toutes deux tournent autour du côté savoureux de la nourriture ou bien de la boisson.

L’histoire d’un polonais qui s’implanta avant la seconde guerre mondiale à Berlin, monta un restaurant qui attire les foules mais aussi une clientèle bien qu’indésirable à qui on ne peut interdire l’accès: les S.A. . L’histoire d’une bouteille de champagne, une touche de luxe dans bien souvent des cas, que l’on peut garder pour les grandes occasions ou bien pour un plaisir intime.

L’autre récit évoquera une tarte aux pommes, un met réputé de cette cuisinière qui travaille dans un de ces « diners » qui jalonnent les bords des grandes routes américaines. Un client vient pour lui en passer commande, mais il se trouve qu’elle a déjà décidé depuis quelques temps de ne plus en réaliser, mais l’homme n’en démord pas et ne quittera pas le restaurant sans sa commande.

Pour rappel Dog Mendonça & PizzaBoy était un récit complètement déjanté et bien débile comme j’aime, avec un livreur de pizza qui se fait piquer son scooter lors d’une livraison par un …gobelin ??? et qui va faire appel à un privé versé dans l’ésotérique et affublé d’une assistante, une gamine d’à peine une dizaine d’année et qui recèle en son sein un démon de plusieurs millénaires, tout un programme. Enjoy !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.