Coups de coeur : Du jeune libraire

3 romans graphiques pour démarrer 2018

Le mois de janvier est l’occasion pour les éditeurs de nous présenter quelques belles nouveautés après l’avalanche de suite de grosses séries auxquelles nous avons le droit à chaque fin d’année. Le mois de janvier 2018 n’a pas dérogé à cette règle puisque nous avons eu de belles découvertes. Dont voici 3 récits complets qui valent le détour :

-L’homme Gribouillé (de Serge Lehman et Frederik Peeters, chez Delcourt) : Plus je vous parlerai de cet album plus je vous en gâcherai la lecture, alors voilà lisez le…

Bon je vous en parle quand même un peu.. mais pas trop. Frederik Peeters et Serge Lehman sont deux auteurs qui aiment créer des univers et des récits d’ambiances. Ils vous plongent dans une atmosphère et vous attrapent dès le début de l’histoire pour vous lâchez à la dernière page. Contrairement au côté intriguant en fantastique de la couverture l’histoire se passe dans notre monde bien réel à Paris où nous allons découvrir 3 générations de femmes. La grand-mère, la mère et la fille… Mais je vous en ai déjà trop dit, découvrir l’intrigue fait partie du plaisir de ce récit.

Attendez-vous à vous faire surprendre. Notre passé et nos origines cachent souvent bien des mystères et des légendes.

Comme toujours le dessin de Frederik Peeters accompagne à merveille ses histoires, vous invitant d’une case à une autre de manière palpitante et fantastique.

-Les danois (de Clarke, chez Le Lombard) : La fin d’année 2017 a été riche en bons récits d’anticipation avec Bug et Serum. Et si le genre vous plait ne ratez pas Les Danois de Clarke.  C’est le genre de récit qui vous fait réfléchir sur notre monde et notre société.

L’histoire démarre à Prague avec des naissances d’enfants issus de l’immigration qui sont blonds aux yeux bleus. Imaginez un peu la réaction d’une famille musulmane à la vue d’un enfant blond au yeux bleus ? Imaginez la réaction d’une femme qui pensait accoucher d’un enfant métisse quand va apparaitre sous ces yeux à l’accouchement un petit blondinet au yeux azur ? Et vous comment réagiriez vous si l’enfant que vous attendiez ne ressemblait pas à l’idée que vous vous faites de lui ? Nos idées sur le sujet sont encore très arrêtées et ce récit les pointe magistralement du doigt.

Mais il serait bien dommage que le récit s’arrête à ce simple fait, Clarke nous invite donc à découvrir toute une galerie de personnages qui vont suivre cette affaire en étant impliqué à différents degrés. Un journaliste qui va chercher à comprendre ce qui ce cache derrière ces naissances ? Un laborantin qui après avoir fait la première analyse, disparaît dans la nature pour se faire oublié, les deux premières femmes touchées par le phénomène et bien d’autres qui vont également construire les différentes réflexions liées à notre société.

Un très beau livre qui amène à ce poser des questions sur notre vision du monde et ce qui nous entoure et comment le monde peut évoluer ? Voilà un bel exemple de comment le BD peut nous  rendre plus tolèrent et ouvert au changement. A découvrir et à faire découvrir.

-Cinq Branches de cotons noires : 2018 est l’année des 30 ans de la collection Aire-Libre des éditions Dupuis. Voilà 30 ans que la collection nous régale avec des récits beaux autant scénaristiquement que graphiquement. Au début de la collection on ne parlait pas encore de roman graphique, le terme n’était pas encore à la mode. Mais pourtant tout y était déjà. De Cosey (Voyage en Italie, à Pedrosa (Portugual, Equinoxe, en passant par Van Hamme et Griffo pour l’incontournable SoS Bonheur, mais aussi Lepage (Muchacho) Gibrat (Le sursis, Le Vol du Corbeau) et tant d’autres qui m’ont fait rêver et voyager. 

Donc pour ouvrir cette 30eme année d’édition il fallait un album marquant. Il vous suffit de regarder la couverture pour tout comprendre avec un simple profil de soldat Steve Cuzor le dessinateur arrive déjà à dégager tellement de force et d’émotion. 

5 branches de contons noires est à la fois ce que la BD Franco-belge classique propose de mieux avec un dessin incroyablement classique et puissant imprégné de la culture des plus grands standard de la BD Jean Giraud, Herman… Mais avec une écriture moderne et une mise en scène dynamique, comparativement aux oeuvres BD des année 80-90.

L’histoire nous entraîne en 1944 aux côtés de soldats afro-américains qui pensaient avoir quitter leur pays pour combattre l’oppression Nazie, mais qui vont se retrouver  parqué dans un camp en retrait où ils doivent garder des chars gonflables pour faire croire aux allemands que le débarquement aura lieu dans le sud de la France. Mais outre leurs rêves de partir combattre, nos soldats afro-américains ne sont pas traités pareil que les autres soldats alliés la couleur de leur peau est un problème pour certains de leurs supérieurs et alliés au sein du même camp. Alors qu’en temps de guerre les soldats ne devraient-ils pas être tous solidaires les uns des autres ? Une réalité bien triste sur la bêtise humaine. Alors qu’un bataillons formé avec des soldats afro-américains arrive a se former pour mener à bien une mission assez spéciale, une autre histoire se déroulera en parallèle, celle des femmes, soeur et mères de ces soldats restés aux pays qui vont à travers le récit de leur passé se battre à leur façon pour l’égalité des chances, nous rappelant que ce sont des petits combats qui amènent à de grands changements et que l’action d’une seule personne peu changer les choses.

Steve Cuzor au dessin fait un travail incroyable. La pureté de son travail en noir et blanc est tellement saisissante que la mise en couleur a été pensée pour garder tout le détail du dessin original en optant pour une monochromie par ambiance et séquence narrative. Donc la mise en couleur ne gâche pas du tout le plaisir graphique et l’investissent du dessinateur. Lorsque vous aurez lu le passage sous la neige vous comprendrez de quoi je veux parler cette séquence est un pure bonheur pour les yeux.

Steve Cuzor et Yves Sente arrive avec cet album à faire ce que veut faire la collection Aire-Libre depuis ses débuts, plaire aussi bien aux amateurs de romans graphiques que aux amateurs de BD Franco-Belge classique. Nous rappelant que l’un et l’autre ne sont pas deux univers bien différents.

 

Voilà donc 3 récits qui finalement ce complètent bien, abordant tous trois les origines, le changement et l’ouverture d’esprit. Chacun se déroulant dans un espace temps différents, le passé pour « Cinq branches de coton noir », le présent pour l’homme gribouillé et le futur (proche) pour Les danois.

Alors n’hésitez pas: lisez les et dites nous ce que vous en avez pensé ?

 

Les 3 Fantômes de Tesla

tesla1

Les 3 fantômes de Tesla est certainement l’une des meilleures surprises de cette rentrée Bandée Dessinée 2016.

TeslaTesla fait parti de ces noms comme Jules Vernes ou Thomas Edison, qui ont changé le cour de choses en leur temps. Les noms résonnent aujourd’hui avec tout un univers visuel qu’ils ont créé par leurs inventions, leur imagination et toutes les promesses d’un monde nouveau qui s’offrait à nous… Cette époque est très marquée par des ambiances de ville moderne, de matériaux nobles et une esthétique très soignée. Toute un imagerie visuelle qui reste propice à de magnifiques histoires.

Ces hommes de science pionniers dans leurs domaines ont depuis toujours influencé et fait rêver les hommes, c’est le cas du jeune Travis qui rêve de marcher sur les traces d’Edison. Notre jeune héros vient d’emménager à Manhattan avec sa mère. Nouvelle ville, nouveau quartier et nouvelle vie pour Travis et sa mère. Alors que le monde autour d’eux tourne à 100 à l’heure avec la second guerre mondiale qui a éclaté en Europe et l’annonce imminente d’un guerre d’un nouveau genre, une guerre qui se gagnera par la science, tous les pays sont sous tension et font travailler de force leurs meilleurs chercheurs sur l’arme de demain. Dans ce contexte particulier, Travis va devoir trouver sa place parmi les jeunes de son quartier et avec son énigmatique voisin qui effraye tous les gamins du coin.

Tesla2La plus grande réussite de cet album est sans conteste son univers visuel. Rien qu’avec la couverture, on a envie de plonger dans le récit. Et même si ce premier tome de cette trilogie ne fait que planter le décor et découvrir le contexte et nos personnages. Le dessin de Guilhem nous fait voyager dans l’ambiance du récit. Son graphisme et son encrage donnent du dynamisme et de la vie aux personnages. La ville et les décors deviennent également vivant sous son crayon. Le dessin est empreint de nostalgie, les personnages ont une beauté et un charme désuet. Comme s’ils étaient sorti d’un film en noir et blanc imposant toute leur prestance et leur charme sur le lecteur. Tous les designs sont prodigieux. Ce dessin somptueux nous rappelle l’incroyable classe de cette époque industrielle où l’art déco reflète l’étendue des possibilités qui s’offrait à nous avec toutes ces découvertes que faisait la science. Et s’il vous faut d’autres preuves du génie du coup de crayon de Guilhem et bien vous n’avez qu’à regarder les détails qu’il met dans les escaliers de l’immeuble où vit Travis. Quel plaisir de pouvoir contempler tous ces détails qu’ils cachent un peu partout dans son décor.

Vous l’aurez compris je suis sous le charme du dessin de l’album mais rassurez vous le scénario est aussi un récit signé Marazano, simple et efficace, qui laisse la place au dessinateur pour nous faire voyager et rêver.

Voilà une nouvelle preuve si il en fallait une à l’heure des one-shot et des romans graphiques que la BD franco-belge classique en série a encore de belles heures devant elle.

Vivement la suite…

Tesla4 Tesla3Tesla5

Batman vs Superman… l’affrontement

 

Batman et Superman, les deux grandes vedettes de DC Comics s’opposent depuis la nuit des temps.

SupermanL’un représente la lumière et l’espoir et l’autre nos peurs et nos parts d’ombres.

Superman veut croire en l’humanité, il veut croire que nous avons tous une part de nous qui veut faire le bien. Il représente la droiture, la force infaillible et notre foi en la justice. Derrière ses lunettes,  Clark Kent représente tous les gens que l’on juge au premier regard. Tous ces gens qui croient aux lendemains meilleurs. Superman lui est la représentation moderne du Messie. Très souvent critiqué pour son côté naïf, il devient un sujet casse-tête pour tous les scénaristes qui veulent  le confronter à un Némésis à sa auteur. Mais ceux qui aiment Superman savent que ce n’est pas l’être surpuissant qui compte chez lui mais sa vulnérabilité humaine. Et sa foi inéluctable en l’espèce humaine, à qui il veut appartenir malgré ses origines. Plus que Superman, Clark Kent est le bon copain pas excellence.

Batman-by-Alex-RossBatman lui représentent tout notre part d’ombre, nos peurs des uns et des autres. Mais également notre vulnérabilité et notre mortalité. Sous l’image du Batman se cache finalement rien de plus qu’un homme. Un homme riche, rusé et d’une grande intelligence, mais ni plus ni moins qu’un homme derrière un masque avec tous les défaut de l’humanité. Il est l’inverse de Superman, ne faisant confiance à personne, il cherche toujours à avoir un coup d’avance sur les autres, les espionne. Mais ses défauts font également ses qualités. Batman est le reflet de notre imperfection. C’est pour cela que beaucoup plus de personnes s’identifie plus facilement à Batman : un homme imparfait mais qui lutte à sa manière aux cotés des plus grands. Il a le courage et l’audace que nous voudrons tous avoir pour tenir tête aux autres.

Ni plus ni moins que le Ying et Yang de Dc Comics, Batman et Superman sont deux pièces d’un même puzzle. Rien de plus normal que les faire s’affronter. Un rêve de gosses, qui se chamaillent dans la cours de récré pour savoir qui de Superman ou Batman gagnera. En 1986 Frank Miller rend ce rêve accessible dans les pages de The Dark Knight Returns. Une oeuvre majeure qui laissera à jamais son empreinte dans l’histoire du Comics.

batman miller

Round 1 :

batman-the-dark-knight-returns-dvdBatman The Dark Knight Returns : le premier véritable affrontement entre Superman et Batman. Pour avoir plus de liberté d’écriture et d’opinion Frank Miller décide de nous projeter un dans une futur chaotique où Batman a raccroché les gants depuis quelques années. Et malgré les années d’intervention de Batman, Gotham est un ville qui reste pourrie de l’intérieur où la terreur règne en maître. Certains défendent encore les idées du chevalier noir. Mais Bruce Wayne est et restera à jamais le Batman et fera donc sont grand retour à Gotham malgré son âge. Frank Miller offre une version très sombre du Batman. Rongé et détruit par la mort de ses parents, il est depuis pris dans un vendetta infernale et sans fin, où Bruce Wayne ne peux plus exister sans Batman.  Frank Miller exploite également à merveille la relation conflictuelle entre les deux opposés que sont Batman et Superman. Faisant dans ce futur de Superman un toutou à la solde du gouvernement, Miller crit sont amour pour le Batman et libère sa part d’ombre. Nous offrant un final à couper le souffle avec ce duel mythique entre Superman et Batman, pour la première fois Batman semble crédible face à Superman, l’homme face au dieu. Largement repris dans le nouveau film « Batman v Superman », Batman porte la même armure que dans la BD pour affronter le dernier fils de krypton. Ne vous méprenez pas : le film ne raconte pas la même histoire mais s’imprègne de l’atmosphère de Miller. The Dark Knight Returns a posé les pierres d’un nouveau Batman, celui que l’on connait aujourd’hui plus sombre et plus controversé. Et cet album reste l’un des plus beaux chefs-d’oeuvre de Frank Miller, tant du point de vu graphique que scénaristique. Un indispensable car c’est de cet album et de Year one du même Frank Miller que le Batman de Tim Burton a vu le jour au cinéma et que la série animée des années 90 a explosé sur nos petits écrans.

Bilan (Attention Spoiler de la BD) : Superman c’est pris une sacré raclée, mais gagne quand même le combat, même si dans l’esprit de tout lecteur le grand gagnant est Batman. (Avantage pour Superman).

A découvrir également la suite de ce récit : Batman Strike Again et Batman Master Race (Suite beaucoup plus discutable, mais vous pouvez vous faire votre avis)

Superman1

Round 2 :

batman-silenceBatman Silence : voilà un autre album qui voit Batman affronter Superman. Alors que Batman enquête sur le mystérieux Silence, Superman va se mettre sur sa route. Envoûter par Poison Ivy, Superman va devenir un garde du corps pour la belle plante. Un duel mémorable, sous de crayon de Jim Lee l’un des meilleurs dessinateur de notre époque au sommet de sa forme. Batman va se servir pour la première fois de l’anneau de Kryptonite que lui a confié son ami Clark Kent.

Bilan (Attention Spoiler de la BD) : Une fois  de plus Batman ne peut rivaliser au corps à corps avec Superman. Pas même avec un anneau de kryptonite. Mais Batman va quand même gagner ce duel par la ruse. Il va demander à Catwoman de menacer Lois Lane et de la jeter dans le vide. Face au choix cornéliens de laisser mourir Lois Lane ou d’affronter Batman, Superman va reprendre ses esprits. (Avantage pour Batman)

Superman2

Round 3 :

justice-league-tome-1Justice league : En 2012, Dc Comics relance tout son catalogue de Super-héros avec les « News 52 » (rebaptisé en France « Renaissance »). L’occasion pour tout lecteur néophyte de plonger dans cette univers riche, sans rien connaitre de nos héros. Certaines séries suivent leurs cours comme le Batman de Snyder et Capulo qui ne revient pas aux origines du héros et d’autres comme Justice League qui sous le trait d’un dessinateur super star (Jim Lee) et d’un faiseur de miracle (Geoff Johns, scénariste qui a relancé Green Lantern et fait les beaux jours de DC Comics  avant les News 52), qui vont ré-écrire complètement sous un nouvelle angle radicalement plus moderne la « Justice League ». Cette ré-écriture est donc l’occasion de nous montrer la première rencontre entre Batman et Superman. Batman enquête avec Green Lantern sur l’apparition de monstres étranges et la piste va les mener à Métropolis. Je vous laisse imaginer la suite. Batman étant à cette époque considéré comme un hors-la-loi et Superman comme une forte tête, la rencontre sera des plus explosives, nous offrant au passage une bonne petit scène d’affrontement dont Jim Lee a le secret.

Bilan :  (Attention Spoiler de la BD) Vous l’avez deviné bien sûr, ils vont vite faire la paix et faire équipe pour sauver le monde. (Avantage à Superman qui se ballade face à Batman, Green Lantern, Flash et rappelle qui est le taulier)

endgamefeature

Round 4 :

batman-tome-7-300x460Batman – 7 – Mascarade (Scott Snyder et Greg Capullo) : après Poison Ivy, c’est au tour du Joker de posséder Superman dans la saga End game (fin de partie). Le Joker va mettre à se botte toute la Justice League pour plonger Gotham à feu et a sang. Et Batman reste notre dernier rempart. Heureusement que notre parano de service a une longueur d’avance sur ses camarades. Et c’est Greg Capullo qui nous livre un combat titanesque entre un Superman au sourire flippant et un Batman vêtue d’une armure chauve-souris.

Bilan : Victoire de Batman (Nous sommes dans un comics qui porte son nom) mais pas sans mal. (Avantage à Batman)

Batman-Superman-Fight-Red-Son-Comic

Round 5 :

superman-red-sonSuperman Red Son (Mark Millar et Dave Johnson) : Quand Mark Millar le créateur de Kick Ass, joue avec Superman vous imaginez bien que vous n’allez pas lire du Superman classique. Toute l’idée de Millar étant de dire « et si Superman était tombé en Russie au lieux de l’Amérique ? » Une idée géniale ! Oubliez les Superman pro-américain patriote, mais imaginez un Superman communiste… Un Wath if… (Et si…) incroyablement bien réussi où tous les personnages de l’univers DC Comics vont voir leur vie changer. Surtout Batman qui deviendra le leader du mouvent anti-superman chez les Russes. L’occasion d’un nouvel affrontement entre les deux personnages.

Bilan : Après de nombreuses stratégie Batman s’incline face à Superman. Mais pas sans un départ explosif (Avantage à Superman)

Od9Rw7g

Round 6 :

injustice-tome-2Injustice (Tom Taylor et Jheremy Raapack) : si on m’avait dit que j’aimerais un scénario issu d’un jeu vidéo ! Injustice utilise un concept simple : Superman perd Lois Lane et décide de faire régner sa justice sur la monde sans respecter les règles des humains, en imposant une paix et ne laissant plus de seconde chance à ceux qui ne le méritent pas selon lui. Un récit qui va voir le monde divisé en deux. D’un côté, la team Superman et de l’autre team Batman. Derrière ce scénario qui est un énorme prétexte pour voir s’affronter tous les héros de l’univers DC, Tom Taylor développe une incroyable histoire de l’univers DC Comics. En modifiant les idées de chaque personnage, il crée ainsi une nouvelle ligne temporelle et un nouveau mythe. Et contrairement aux apparences, un magnifique récit riche et construit. Petite déception, Urban Comics l’éditeur français surfant sur le succès du jeu vidéo a décidé de faire des couvertures avec des visuels du jeu vidéo pour les 2 tomes, ce qui n’est pas très beau.

Bilan : Il était inévitable dans l’univers d’injustice que Batman se retrouve face à Superman. Pour le choc des titans, cette fois c’est la batcave qui sert de lieux de ring. Si Superman montre vite sa suprématie et sa surpuissance, ce sera finalement Alfred qui corrigera le dernier fils de Krypton (Avantage à la team Batman)

Pour conclure 3 avantages pour Superman et 3 avantages pour Batman. Match nul. Mais ces deux là non pas fini de se disputer. Alors choisissez votre camp !

-font-b-Superman-b-font-Batman-Joke-Funny-font-b-Comics-b-font-Print-36

Superman_Batman_Logo

 

Harmony, la force tranquille…ou presque…

HarmonycouvHarmony est sans conteste l’un des albums forts de ce début d’année 2016.

Mathieu Reynes, dont vous avez déjà pu voir le talent dans des séries comme « Alter égo », « La peur géante » ou « La mémoire de l’eau », nous livre cette fois un album d' »Ambiance »…

Harmony 3Qui est Harmony ? Elle même voudrait bien le savoir. Lorsqu’elle se réveille amnésique dans une étrange cave, retenue par une brute au grand coeur, qui refuse de lui donner la moindre réponse à ses questions. Et si ce n’était que ça, outre ce tourment de questions, elle doit s’accommoder de nombreuses voix qui embrument son esprit et cerise sur la gâteau elle va vite découvrir qu’elle est douée de pouvoir télékinésique. Mais à qui faire confiance ? Ces geôliers lui veulent-ils véritablement du mal ? Pas facile de savoir où se trouve le bien du mal ? Pas facile de savoir où est la vérité et si elle est bonne a dire ? Pas facile de faire face à ses problèmes quand on est une ado en quête de réponse sur soit-même.

Harmony 4Derrière un scénario assez simple Mathieu Reynes nous livre une histoire digne des grands best-sellers pour ados de ces dernières années. Oubliez Hungers Games, Le labyrinthe ou Divergente et venez découvrir Harmony, le nouveau phénomène. Si cette histoire à tout des grands blockbusters américain, c’est surtout l’attachement aux personnages qui rend cette histoire plus forte que d’autre. Le personnage principal est bien entendu génial mais c’est surtout les personnages secondaires qui ont de bonnes gueules, un caractère fort et un grand charisme. A l’image de Mahopmaa et Nita. Qui brillent à chacune de leur apparition dans le récit.

Harmony 2Si vous attendez des réponses dans cet album, passez votre chemin. Nous vivons l’aventure du point de vue de l’héroïne et pour marquer une vraie ambiance nous découvrons le monde au même rythme que notre jeune amnésique. Et c’est là, toute la puissance de l’aventure. Marquer un rythme et une tension afin de créer une vraie connexion avec l’héroïne.

Et le dessin de Mathieu Reynes auteur complet (scénariste et dessinateur) sur cet album. Donne un côté dynamique et résolument moderne à l’histoire. Maîtrisant à la perfection son trait il joue avec les cases et ses cadrages pour amplifier certaines scènes et leur donner un aspect très cinématographique.

Harmony5

Bref usant à merveille de nombreux codes empruntés au cinéma, aux séries télé ou aux romans ados. Mathieu nous montre tout son talent et sa maîtrise du 9eme art. Et nous livre une série palpitante à laquelle on devient vite addict. Et mon petit doigt me dit que ce tome 1 n’est qu’un début de ce que nous promet la série…

Heureusement vous n’aurez pas besoin d’attendre bien longtemps le tome 2 est prévu pour septembre 2016 et le tome 3 qui marquera la fin du 1er cycle sortira en Mai 2017. Mais le tome 2 devrait déjà apporter son lot de réponses.

Et petit plus, vous pouvez lire l’album avec en fond sonore la BO, de la BD. Vous pouvez trouvez ici : http://www.dupuis.com/harmony/ gratuitement afin d’être plongé de manière encore plus immersive dans l’histoire. Nul doute Harmony va devenir une série incontournable alors ne passez pas à côté.

Harmony1

Duel au soleil pour Xavier Dorison

Undertaker

Xavier Dorison est LE scénariste de Janvier. Avec 2 gros lancements de séries : Undertaker et Ulysse 1781. Alors le papa de Long John Silver, Sentinelles, Sanctuaire ou encore Le complexe du Chimpanzé (et j’en oublie plein d’autres) revient en force en 2015.

Je commence avec mon chouchou :

undertaker2Undertaker (Dargaud) : Xavier Dorison fait a nouveau équipe avec l’excellent Ralph Meyer qui est au top de sa forme. Après nous avoir embarqué dans un récit viking avec Asgard que je vous recommande, le duo nous emmène cette fois sous le soleil du désert américain. Ambiance western spaghetti garantie… Donc tout commence quand Jonas Crow, notre croque mort (undertaker), se fait appeler par l’un des plus grands chercheurs d’or qui a un contrat à lui proposer. Mais un contrat bien spécial… L’homme en question va lui demander de conduire la dépouille de son corps dans un lieu qui devra rester secret de tous,dès le lendemain et seule la fille de ce dernier saura où se trouve le fameux lieu. Comme notre héros n’est pas un homme de parole mais d’action, il va accepter le contrat contre un forte somme que lui remettra la fille de son commanditaire une fois le travail accompli. Une fois le contrat signé le chercheur d’or s’offre un dernier festin princier et ingurgite  toutes ses pépites d’or avant de se donner la mort. C’est à ce moment que commence vraiment l’aventure…

0OM0TITiKTJq9vuwUg5cJ2ztqG5PVGqL-page6-1200Xavier Dorison signe là un scénario très classique qui puise toute sa force et son originalité dans la construction de son personnage principal, mais aussi dans les seconds rôles qui sont très bien écrits, à l’exemple du personnage de la gouvernante chinoise un personnage haut en couleurs. Côté dessin Ralph Meyer, reste le meilleur argument de cet album. La qualité de ses 56 pages justifie à elle seule le fait que cet album doit trouver sa place dans toutes les bonnes bibliothèques de BD. Digne héritier de Jean Giraud (Blueberry) Ralph Meyer impose son style tout en marchant dans les pas des grands de la BD. Donc ne soyez pas étonnés de trouver ce récit classique, non on ne révolutionne rien avec Undertaker on nous rappelle  juste ce qui fait la marque des grandes BD. Espérons que notre croque-mort ait encore de long jours devant lui…

Ulysse

Je vous parlais de duel au soleil et pour avoir un duel il faut être 2 et la deuxième série de Xavier Dorison c’est :

UlyssecouvUlysse 1781 (Decourt) : Nous sommes toujours sur le territoire américain, mais période guerre d’indépendance. Ulysse McHendricks vient d’ailleurs de sortir victorieux de cette guerre et alors qu’il fête dignement sa victoire avec ces soldats, son fils débarque venant lui dire que le village et la femme qu’il a laissé pour partir à la guerre ont besoin de lui puisqu’ils sont tombés entre les mains d’un ignoble anglais (ce ne serait pas un pléonasme ça ? le grand libraire) . Alors que notre héros vient de finir une guerre et qu’il se voit mal reprendre une vie normale, la venue de son fils va précipiter les choses et avec ses anciens compagnons ils vont prendre la route de la maison. Mais  tout comme son homonyme grec, Ulysse aura du mal à retrouver sa route et son parcours sera semé d’embûches, dans l’ouest sauvage où mystère et chamanisme vont faire perdre le nord à notre héros et ses équipiés.

Pour cet album Xavier Dorison confit son récit au crayon de Eric Hérenguel. Le dessin nous plonge directement dans un univers très riche et dense. On pardonne même une certaine rapidité au dessinateur ou certains traits de travers tant on prend du plaisir. Le duo signe un très bon début de diptyque, qui fera plaisir aux amateurs de BD simple et efficace. Vous ne vous prendrez pas la claque de votre vie mais un bon moment de lecture c’est sûr.

Le plus gros défaut que peuvent avoir ces deux séries  est certainement la sur-médiatisation qui a été faite autour de leur sortie, à tellement vous dire que c’est génial que vous serez déçus du résultat. Donc n’en attendez pas trop mais laissez vous séduire par ces bonnes BD.

Et puisque j’ai commencé en parlant d’un duel, il faut forcement un gagnant. Donc si Jonas Crow devait rencontrer Ulysse et bien je miserais sur Jonas Crow notre Undertaker pour son coté gâchette facile et mystérieux face à un Ulysse qui mise tout sur sa force brute.

Syndrome

C’est article aurait pu se terminer là mais 2015 est vraiment l’année Dorison puisqu’il vient de sortir la suite que l’on attendait plus :

Syndrome1Le Syndrome d’Abel (Glénat) : Certaines personnes dont je fait partie avaient découvert le premier tome en 2008, puis depuis on nous a annoncé à plusieurs reprises son retour à chaque fois reporté jusqu’à ce début 2015 ou le tome 2 et 3 sont sortis en même temps (ne me demandez pas pourquoi, je ne comprends pas). Maintenant que ces petit détails éditoriaux sont réglés nous pouvons nous plonger dans ce récit complet en 3 volumes.

L’histoire est assez simple un homme qui avait plutôt bien réussi dans la vie va tout perdre lorsque sa fille va tomber malade,en l’espace de très peu de temps il va perdre sa fille, sa femme qui ne veut plus vivre avec lui et se retrouve avec une dialyse sur le dos. Et cerise sur le gâteau il va être victime d’un accident de voiture. Et c’est à ce moment que l’intrigue commence puisque notre personnage ce réveil 7 ans plus tard sans savoir ce qui lui est arrivé et lorsqu’il va chercher à reprendre contact avec des gens, ses anciens amis vont le fuir sans même être étonnés qu’il ne soit pas mort…

Si vous aimez le récit d’ambiance, vous ne serez pas déçus, tout comme dans le Protocole Pélican ou Génétiks, Marazano sait mener l’intrigue et cette fois c’est lui au crayon. dans le premier tome il nous livre un coup de crayon plein de fougue et d’énergie, puis dans le tome 2 et 3 il se rapproche plus du style de son complice de toujours Ponzio (complexe chimpanzé, Protocole Pélican…)

Si vous voulez en savoir un peu plus, attention au « spoilers » qui vont suivre. comme je vous le disais, tout est dans l’ambiance et les découvertes que l’on va faire petit à petit. Mais si vous aimez les histoire des hommes démesurément riches, qui paient des scientifiques pour mener des expérience sur l’au-delà vous allez être servis. Car si je vous disais que le sacrifice d’un homme pourrait nous permettre de savoir ce qui il y a après la mort, seriez vous prêts à sacrifier une vie, voire sacrifier la votre …

Bref si vous avez déjà aimé les autres albums de Marazano, pas de soucis foncez.

De la bonne SF qui en met plein la vue

MermaidcouvWarship2

La Science-Fiction et la fantasy sont mes deux grandes passions depuis longtemps. Ces deux grand genres ont été boudés ces derniers temps. Où sont passés les années Série B de Delcourt avec des séries chocs comme Travis, Carmen Mc Callum, Golden city dans d’autres collection Sillage, Aquablue. Les purs et durs me diront : « petit tu oublies le vrai âge d’or avec L’incal, Les métabarons, Moebius, Druillet, Bilal… Certaines séries phares sont toujours d’actualité comme Universal War avec un nouveau cycle, L’incal avec final incal 3 ou Le cycle de Cyan qui va bientôt avoir le droit à un nouvel album en septembre. Mais où sont les vraies nouveautés… la relève ?

On peut toujours dire que c’était mieux avant, sinon on reste ouvert et on attend en faisant attention de ne pas rater la pépite. Orbital, Le complexe du chimpanzé, Métronome…

Warship1

Et nous voici en 2014 avec ce qu’il ne faut pas manquer en SF :

1- Warship Jolly Roger : De la SF bien « Bad Ass » comme on les aime. Le grand retour du Space Opéra qui en met plein la vue. Coté scénario Sylvain Runberg  nous mitonne une histoire aux petits oignons.  Jon Tiberius (oui Tiberius comme James Tiberius Kurk, de Star Trek) Munro, ancien militaire devenu criminel de guerre, va s’échapper avec une équipe improvisée, de tueurs et de malfaiteurs qui peuplent la prison dans laquelle il a été enfermé. Le voilà à la tête d’une équipe de personnes toutes plus inquiétantes les une que les autres. Notre héros aura bien du fils à retordre pour faire face à l’armée galactique et faire ouvrir au gens leurs yeux sur les hommes qui les dirigent. Un joyeux cocktail d’explosions digne des grosses productions hollywoodiennes. Laissez vous embarquer à bord du Warship Jolly Roger et ouvrez grands les yeux car Miki Montllo va vous en mettre plein la vue.

Mermaid3

MermaidcouvMermaidcouvMermaidcouv32- Mermaid Project : Déjà le 3eme tome de cette série signée Léo (le papa de Aldebaran Betelgeuse, Antares…) au scénario et Fred Simon au dessin. Nous sommes dans de la science-fiction d’anticipation. Le monde à changé et les pays émergeants (Afrique), ont pris la place des grandes puissances d’aujourd’hui. Ainsi le racisme ordinaire à changé créant bon nombre de situations étranges et dérangeantes. C’est dans ce futur, qui nous fait réfléchir, que l’on retrouve l’inspecteur Romane Pennac. Elle enchaine les enquête sans intérêts jusqu’au jour où un couple vient frapper à la porte de son bureau, pour parler du décès de leur fille et d’un étrange courrier qu’ils ont reçu leur disant d’aller voir l’inspecteur Romane Pennac et d’ouvrir le cercueil de leur fille car elle n’y serait pas. Voilà comment tout commence. Chaque tome vient étoffer l’histoire et créer de l’intérêt supplémentaire pour la série. Bref un régal.

Sidar2

Sidarcouv3- Les univers de Stéfan Wul : La collection dirigée par Olivier Vatine voit deux nouveaux titres venir compléter ces adaptations. Le temple de passé et Rayons pour Sidar. Toujours aussi incroyables, les romans de Wul arrivent toujours à nous parler et nous faire réfléchir.

Avec Rayon pour Sidar, Wul voulait nous faire réfléchir sur les relations avec les colonies, le tout projeté avec des planètes et des Templecouvraces extraterrestres, l’intelligence artificielle et la vie sont également les points forts de ce récit. Emmanuel Civiello apporte, lui, une empreinte visuelle  à ce monde et ces créatures.

Le temple du passé est, je dois bien l’avouer, mon petit chouchou après Niourk. On y suit une équipe perdue dans l’espace suite à une mauvaise rencontre sur la route. Dès le début les personnage se réveillent d’un sommeil cryogénique, comme dans Alien et nous voilà dans le bain. Etienne Leroux nous livre un dessin très efficace et Hubert au scénario nous dévoile petit à petit sous forme de flash back le monde et la société d’où viennent les personnages. Voilà qui promet également de grande réflexion. Les univers de Stéphane Wul sont à lire et à méditer.

Temple3

alteregocouvSillagecouvSinon il vous reste toujours des séries qui continuent leur chemin comme Alter Ego avec le 3eme tome du second cycle, série toujours aussi prenante. Ou alors Sillage premières armes. Après Les chroniques de Sillage et Navïs, voici le nouveau spin-off de Sillage. Buchet prête son personnage et son crayon à Pierre-Mony Chan. Ce nouveau spin-off est l’occasion de retrouver la fraicheur du personnage de Navïs. Il s’agit de, comme son nom l’indique  la première mission de Navïs pour Sillage. Je trouve que depuis plusieurs tomes la série Sillage est perdue dans des histoires complexes et torturées dont on arrive pas à sortir, aussi pas d’histoire sur le long terme juste l’envie de faire vivre une bonne aventure sympa à Navïs comme dans les tome 3 et 4. Donc défi relevé pour Sillage première mission et j’espère que la série mère retrouvera cette fraicheur bientôt.

Voilà pour mon tour des série SF cru du 1er semestre 2014

Tonton Joker est de retour…

Joker1

Dark Vador, Moriarty, Dracula, Gollum, Mr Smith, Lex Luthor et JOKER tant de méchants qui ont marqué nos mémoires des fois bien plus que les héros eux même. Etes vous sûrs que Batman est plus connu ou plus aimé que le Joker ??? Pour faire une bonne histoire il faut un bon méchant, voilà la règle d’or.

Si les aventures de Batman sont devenues si emblématiques c’est grâce au Joker, personnage que l’on aime détester. Il nous fascine, nous obsède, il a la folie contagieuse et c’est pourquoi on éprouve quelque chose de savoureux pour ce personnage…

En 2012, pour démarrer, les éditions Urban axent leur catalogue sur le Chevalier Noir joyau de leur catalogue, en 2013 l’actualité cinéma oblige, c’est Superman qui a le droit à une myriade de titres avec un succès plus mitigés (Je doit être le seul a aimé les boy-scout). En 2014 c’est le joker qui a le droit de figurer sur un grand nombre de couvertures des titres Urban Comics. Avec du moderne: « Batman -3- Le deuil de la famille »; du culte: « Killing Joke/Joker Anthologie »; et de l’étrange: « Empereur Joker ».

batmansaga1

Batman -3- Le deuil de la famille : Il fait partie de l’univers renaissance. Le Joker revient après une longue période d’absence. On pensait au début du relaunch dans le premier épisode de Détective comics, (dispo en VF dans le fascicule Batman Saga 1) que le Joker avait disparu suite au vol de son visage par le taxidermiste, méchant de seconde zone qui devient célèbre grâce à cet acte. Triste fin pour un personnage anthologique. Mais il revient de plus belle: première étape pour lui, récupérer son visage; deuxième étape, retrouver son adversaire de toujours en face à face et pour cela il va devoir détruire tous les « parasites » qui gravitent autour de Batman, à savoir la Bat-Family (Alfred, Nightwing, Red Hood, Red Robin, Robin, Batgirl…). Les avis divergent sur cette histoire pour ma part je suis fan. Retrouver tout ce petit monde autour du Joker je n’avais pas vu ça depuis Batman Silence de Jim Lee. Et puis Le duo Scott Snyder et Greg Capullo font toujours des merveilles sur le titre. Et en Bonus les back-up dessinés par Jock. Il vous faut quoi de plus ????

PS : Ne pas oubliez de lire Nightwing en parallèle pour compléter les pièces du puzzle Nightwing -3- toujours aussi cool.

joker-anthologie

Coté indispensable vous avez le choix entre :

Joker Antholgie : Si vous êtes coutumier de Urban, il s’agit de leur format qui regroupe de mini récits cultes en retraçant 75ans d’histoire en 1 volume. Bref un efficace remède pour ceux qui ne connaissent pas ce grand malade qu’est le Joker. UN chapitre part soir et vous verrez, tout ira mieux.

The-Killing-Joke

Killing Joke : Œuvre indispensable de l’univers de Batman. Trônant bien haut au côté des récits cultes: Year one, Long Halloween, Dark Knight et Silence… Duo 5 étoiles Alan Moore (Oui Mr Watchmen, V pour Vendetta…) et Brian Bolland (trop rare dessinateur). Ce récit est culte en deux points, pour ces conséquences et pour sa qualité d’écriture. Evidemment quand vous donnez carte blanche à un scénariste torturé, pour s’occuper des origines du plus déjanté des super-vilains, cela donne une explosion de saveur. Et ce récit amène un autre fait marquant qui bouleversera la continuité, pour un des personnages du Bat-univers. Seul bémol 60 pages, c’est trop court. Un must à avoir dans toute comics-othèque.

Joker2

Et puis le dernier: Empereur Joker si comme moi vous ne ratez jamais une aventure de l’homme d’acier ou du Joker, alors vous le prendrez, sinon passez votre chemin. Trop étrange, trop space. Bref pas facile seul les dessins de Ed Mc Guiness sauve cet album.

Joker-1

Et je ne pouvais décemment pas vous parler du joker sans faire une allusion au Joker de Brian Azzarello et Lee Bermejo au dessin, histoire centrée sur le Joker. Un Joker très inspiré de l’interprétation de Heath Ledger. c’est aussi l’un des premier gros job confié à Lee Bermejo petit prodige du crayon, il offrira d’ailleurs une place de choix au joker dans son Batman Noël. Et un petit dernier pour la route « Un deuil dans la famille », autre grand classique qui bouleversera  la vie du chevalier noir. Un Joker qui s’amuse avec Robin (Robin 2, Jason todd), enfin il s’amuse à la façon du Joker. Encore une fois Urban fait un super boulot éditorial sur cet album en nous offrant plus qu’une simple histoire allant nous présenter les conséquences de cette histoire et une éventuelle lueur d’espoir… N’ayez pas peur du dessin qui semble dater il s’agit des plus grands de l’époque Jim Aparo, George Perez et Jim Starlin entre autres.

Après le Montreur d'histoire, Tourne disque le nouveau Zidrou et Raphaël Beuchot

Tournedisque03

Nous avons souvent des coups de cœur, mais il y a aussi les coups de foudre. Ces albums se font rares alors il faut en profiter et en déguster chaque miettes. Ce sont des albums rempli d’émotion et d’une grande sensibilité graphique. Mélangeant souvent douceur et violence, monde réel et imaginaire… Bref ce sont des pépites dont on se délecte et qui nous rappelle pourquoi on aime tant la BD, pourquoi on fait ce métier pour partager avec vous nos lectures et ces chefs d’œuvres des fois méconnus.

Tournedisque02

Rappelez-vous il y a d’abord eu Le montreur d’histoires (des mêmes auteurs, Zidrou et Raphaël Beuchot), qui nous plongeait dans l’Afrique de « Il était une fois », un raconteur d’histoires dans un pays opprimé par un terrible dictateur… Vous avez été nombreux à suivre notre conseil et à revenir l’acheter pour l’offrir tellement cet album vous avait touché. Il y eu aussi Portugal de Cyril Pedrosa ou Paco les mains rouges de Eric Sagot. Et ce début 2014 il y eu aussi Blast 4, et Les vieux fourneaux.

TournedisquecouvEt puis, il y a ce retour très attendu du duo fantastique Zidrou/Raphaël Beuchot. Encore une fois ils nous emmènent en Afrique mais dans une ambiance bien différente. On y découvre Edgar Ysarÿe, un grand musicien Belge qui part en Afrique rendre visite à son neuveu parti vivre avec sa femme dans l’une des colonies Belges. Notre héros est un homme très érudit et lors de son voyage il va faire la rencontre de « Tourne Disque », un homme qui depuis sa plus tendre enfance à toujours tourné la manivelle du tourne disque, ce qui lui à valu son nom. Les deux hommes issus de deux mondes différents vont partager un amour de la musique et une grande sensibilité d’écoute. Ainsi commence une bien étrange amitié. Bluffant de justesse ce récit nous transporte dans des décors incroyables à l’origine du monde. Le contexte colonialiste apporte quelques scènes de tentions et de violences verbales, poignantes. Tout comme dans le montreur d’histoire. On y retrouve toute la magie du duo scénaristique Zidrou/Beuchot, nous plongeant dans la violence ordinaire de notre monde, tout en gardant quelques moments d’imaginaires… ici amené par le tourment nocturne du personnage.

Une fois plus un vrai petit bijou à lire et à relire. Avec leur titre Raphaël Beuchot et Zidrou nous offrent un autre univers BD. Un album qui ne peut pas vous laissez indifférents. A une époque où les albums sont trop souvent formatés par leur époque. Ils savent créer leur univers et faire une vraie proposition inédite. Bref qu’il est bon de lire des album aussi réussis que Tourne Disque.

Le petit plus qui fait tout, la découverte de la mystérieuse chambre dans la qu’elle tout les vinyles sont rangés. Une bibliothèque qui nous fait rêver… (Mais pour la découvrir il faut le lire)

Tournedisque01

 

Des papis Rock and Roll

Vieuxfourneaux1

Les vieux fourneaux :

Voilà une BD qui donne la patate. Pas de doute il s’agit bien de la meilleure découverte de l’année (Blast n’est pas une découverte, c’est un chef d’œuvre).

VieuxfourneauxcouvLes vieux fourneaux c’est l’histoire de Mimile et Pierrot qui viennent rendre un dernière hommage à la femme de leur vieux potes Antoine. L’occasion pour eux de ce souvenir du bon vieux temps et de leurs folles années. Mais tout les bonnes choses on une fin et le lendemain Antoine doit ce rendre chez le notaire pour recevoir une lettre que lui à laisser sa femme… Furieux il rentre chez lui prend son fusil, monte dans sa voiture et part dans le sud de la France. C’est deux amis assistant à la scène  desside de partir à la poursuite de leur ami… Et c’est le début d’une énorme aventure…

Après le succès de « Ma révérence », Lupano revient avec une nouvelle brochette de personnages haut en couleur. Rire et émotion au rendez-vous. Volant ainsi le fond de commerce de gens comme Davodeau, Rabaté ou Zidrou. En prenants des monsieur tout le monde pour en faire les héros ordinaire de notre monde. Mais ne vous y trompez pas il y a une vrai pattes Lupano il ne s’agit pas de copie, l’humain est le maitre mots et ainsi tout les personnages deviennent attachant et unique. De nos 3 anciens à la petite filles de notre héros enceinte jusqu’au yeux. Un beau regard sur l’inter génération les luttes de anciens et les luttes des jeunes d’aujourd’hui pour se faire une place en ce monde. Car qui voudrai mettre au monde un enfant dans une période de crise et de doute sur l’avenir de notre planète. Mélangez tout ça avec la dose d’humour qu’il faut et vous obtenez un chef d’œuvre. Et Cauet avec ses crayons n’y est pas pour rien non plus, il sut transcender son dessin et trouver le trait parfait pour nous raconter cette histoire. Il avait déjà mis sont dessin au service de Lupano avec « l’honneur des Tzarom » et égale sur un série super sympa « Aster » série fantastique et 4 tomes que malheureusement trop peu de gens connaissent. Marre des beaux récits tristes, vive les récits positifs et drôles.

Vieuxfourneaux2

Bref quand vous l’ouvrez vous ne pouvez que tomber sous le charme du dessin et quand vous le lisez c’est le scénario qui vous rendra accro. Et comme nous trois vous direz : Vivement le tome 2 !!! (en fin d’année)

C’est donc « LA » BD de ce premier semestre à ne pas manquer (avec Blast mais Blast sa compte pas, je l’ai déjà dit et puis Blast c’est pas drôle).

Vieuxfourneaux3